Les petites économies inutiles: la pompe à vélo

Il y a parfois des petites économies qu’il faut éviter de faire. C’est le cas d’une pompe à vélo de qualité.

On n’a pas pas toujours besoin du meilleur matériel pour faire du vélo, heureusement. Mais il y a parfois des économies de bout de chandelle qui sont inutiles. C’est le cas par exemple des pompes à vélo. J’ai passé mon enfance et l’essentiel de ma vie d’adulte à utiliser des pompes à vélo à main. Vous savez, ces pompes à vélo avec une partie qui reste fixe et une autre que l’on fait coulisser avec sa main pour pomper de l’air. Honnêtement, elles ont failli m’écoeurer du vélo. Heureusement, j’ai découvert le pompes à pied et là c’est le bonheur…

Pompes à vélo: Le cauchemar des pompes à main

Certes, les pompes à main sont bon marché. Certes, on peut les emporter partout. Mais à part ça que de misères! Déjà, il faut la trouver… Votre cher et tendre a pu la « ranger » n’importe où. Votre fils s’en est peut-être servi pour avoir l’impression d’avoir un fusil ou un gourdin. C’est trop petit, ça se cache, ça se perd… Si on la trouve, il faut s’en servir… Une fois qu’on a trouvé la valve de la chambre à air, il faut rester penché dans une position inconfortable en priant pour que la pompe soit correctement positionnée par rapport à la valve. Et il faut pomper sans perdre la position jusqu’à ce que la chambre à air soit remplie. Un fois sur deux, ça se passe mal, c’est fatiguant, énervant. Bref: Du temps perdu un peu bêtement et de manière désagréable. Sans compter certains cas où la pompe est trop grosse pour la roue. Essayez de gonfler certains vélos d’enfants avec une pompe à main! Elle ne passe pas entre les rayons! Bref, un cauchemar!

La révélation de la pompe à pied

Heureusement pour moi, énervé par un énième gonflage insuffisant, j’ai craqué pour une pompe à pied. « Craqué » est un bien grand mot. Elles ne coûte que quelques euros de plus et m’apporte beaucoup de satisfaction. Un rapport investissement/plaisir totalement rentable!

Pourquoi un tel changement? Déjà l’objet est plus gros, sans être encombrant. Je ne le perds pas. Ensuite, le fonctionnement est plus pratique. Je branche l’embout du flexible sur la valve et  je pompe avec les deux mains de haut en bas. C’est plus puissant, plus rapide, mais aussi moins fatiguant. Et dire que je me suis cassé le dos pendant des années avec une pompe à main…

Conclusion: quelques euros en plus dans un bon équipement sont souvent un bon investissement….

Et vous? Quel type de pompe à vélo préférez-vous ?

Étiquettes : ,


2 commentaires à propos de “Les petites économies inutiles: la pompe à vélo”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.