Mulinsport met en lumière les fausses idées sur les maltodextrines ou ces boissons énergitiques. À consommer avec précautions et modération!

Mulinsport met en lumière les fausses idées sur les maltodextrines ou ces boissons énergitiques. À consommer avec précautions et modération!

Les maltodextrines, vous connaissez? Bien sûr! Quel(le) cycliste n’en a pas consommé pendant les sorties ou compétitions? Mais savez-vous ce que ces boissons de l’effort contiennent réellement? Je vous éclaire!

Les maltodextrines ne sont pas des «sucres lents»

Les fabricants nous targuent à propos des bienfaits énergétiques de ces boissons énergisantes. Ils soutiennent qu’elles favorisent l’augmentation des réserves glycogéniques. Mais le principal argument marketing des fabricants repose sur la «libération progressive de l’énergie». Les « maltos » seraient donc «des glucides lents». Eh bien NON!

L’index glycémique de ces fameux maltodextrines «sucres lents» est de 100! Tout comme le sucre blanc ou le glucose. Lorsqu’on l’ingurgite, cela engendre une perturbation de la glycémie avec sécrétion d’insuline, surtout lorsque ces maltos sont consommés hors exercice, notamment en période de surcharge glucidique avant une compétition longue distance par exemple.

Consommés pendant l’effort, les maltos ont moins d’impact car c’est le glucagon qui est libéré. Celui-ci possède une fonction hormonale opposée à celle de l’insuline, puisqu’il entraîne une hausse de la glycémie (fonction hyperglycémiante). L’insuline est donc sécrétée en moindre quantité pendant l’effort.

Quelle différence entre un sucre rapide et un sucre lent?

Depuis les recherches de Jenkins et Brand-Miller, il est clair que la longueur d’une chaine de glucose (une chaîne courte étant considérée comme un sucre rapide, et une longue considérée comme un sucre lent) n’a rien à voir avec son indice glycémique.

Un exemple concret: le pain blanc, composé d’amidon, qui a une chaîne de glucose très longue, est encore considéré comme un sucre lent et pourtant, son indice glycémique est particulièrement élevé: il provoque une élévation soudaine de la glycémie, suivit d’une élévation de l’insuline, ce qui en fait, en réalité, un sucre rapide!

Cherchez l’erreur!

Une erreur courante concerne les maltodextrines, qui sont présentés par un grand nombre de marques comme un sucre lent. En témoigne la description d’une marque leader en France: «la consommation de Malto, composé à 96% de glucides lents, est un atout considérable, car il assure l’accroissement de vos réserves glycogéniques sans avoir à s’alimenter copieusement: vous mangez des quantités raisonnables aux repas et votre hydratation est idéale en perspective de l’épreuve.»

La maltodextrine est un sucre composé en réalité d’un mélange de différents sucres dérivés du maïs ou du blé, obtenu par hydrolyse (glucose, maltose, maltotriose, oligosides et polyosides), un processus qui permet d’obtenir des molécules de plus petites tailles.

D’où proviennent les maltodextrines?

Là, je vais rentrer dans le vif du sujet! L’origine des maltos provient essentiellement du maïs. Mais celui-ci est-il transgénique? Pour le moment je n’ai pas eu de réponse fiable de la part des fabricants, qui puisse étayer mes convictions. Et pourtant…

De nombreux produits dérivés d’OGM sont autorisés. Ils prennent différentes forme comme par exemple les produits dérivés du maïs tels que amidons, maltodextrines, beta cyclodextrine.

Si cela ne vous parle pas, sachez que les dérivés de l’amidon de maïs (sirop de glucose, dextrose, maltodextrines …) se retrouvent dans les sauces, les biscottes, les barres de céréales, les potages, les biscuits apéritifs, les préparations de fruits sur sucre incorporés dans les yaourts et divers desserts, les glaces… La liste est longue et non-exhaustive!

Les études versus la réalité financière

Aux États-Unis, les maltos sont utilisés dans la plupart des produits de consommation courante, comme… le fromage! Et cela n’est pas sans conséquence sur la santé. Dans un article publié par Heart America Health Association, il semble qu’ « en 2006, plus de vingt-milles cas de cancer de l’estomac ont été liée à la consommation de maltodextrine ».

Malheureusement, sous prétexte de pouvoir causer des pertes financières de l’ordre des milliards de dollars aux compagnies américaines, l’étude demeure impubliée.

Nombreuses sont les études qui démontrent que la maltodextrine crée une dépendance, similaire à celle de la nicotine. Un test en laboratoire fait sur des rats, nourris seulement de tranches de fromage pendant 30 jours a résulté avec 97.3 % de décès, en plus de 4 % de malformations graves.

Notons que le taux de maltodextrine dans les produits de fromage en tranches est passé de moins de 2% en 1975, a plus de 8.1% en 2007.

Les malto, une consommation vigilante

Je ne veux pas être alarmiste, mais restons vigilants! Apprenons à lire les étiquettes! Ce n’est pas une utilisation occasionnelle qui peut provoquer des problèmes de santé.

Mais sachez que vous pouvez consommer des glucides simples plus facilement dans votre bidon et surtout de façon plus naturelle comme les jus de fruits (raisins, pommes) qui vous apporteront de l’énergie tout autant que les maltos! Ils sont bons pour la santé et surtout seront beaucoup moins onéreux!

Source : Ogm.gouv.fr, Mulinsport

Crédits Photo: Sandstein


14 commentaires à propos de “La vérité sur les maltodextrines ou boisson de l’effort”

  1. Murielle Boucher-Linsolas Murielle Boucher-Linsolas dit :

    Erratum : veuillez lire boissons énergétiques et non énergisantes !😏
    « Les boissons énergétiques sont adaptées aux besoins des sportifs et se déclinent en boissons d’attente, d’effort ou encore de récupération.

    A l’inverse les boissons énergisantes ne sont pas destinées aux sportifs. Leur rôle se résume à éviter les coups de fatigue.  » riche en caféine ou/et Guarana

  2. Nicolas dit :

    Super Articles Murielle !

    Très interessant et pertinent.
    Personnellement je vais de plus en plus vers des sucres naturels et de fruits.Notament en utilisant un extracteur de jus, j’ai les vitamines, les minéraux et pas les fibres qui pourraient créer des petits desordre gastrique.
    Serais tu interessait que nous fassions un échange d’articles sur nos blogs respectifs ?

    Nicolas

    1. Murielle Boucher-Linsolas Murielle Boucher-Linsolas dit :

      Les jus de fruits sont très intéressants pour l’apport en glucides essentiellement du fructose, sans parler des vitamines, anti-oxydants naturels… Pour ta proposition, merci de me contacter en MP sur mulinsport 😉

  3. Ghyslain dit :

    Que peut-on penser du miel dans les bidons? Indice glycémique? Bienfaits?
    Bz

    1. Murielle Boucher-Linsolas Murielle Boucher-Linsolas dit :

      Le miel est composé essentiellement de glucose et fructose, coté assimilations c’est le glucose qui l’emporte, même si l’index glycémique de ce dernier n’est pas très élevé 62 (les miels industriels, qui sont à éviter, ont un IG supérieur!), le miel reste un sucre rapide!
      Du miel avec un jus de citron peut tout à fait etre consommé lors du sortie vélo 😊

  4. Alexisb dit :

    Hello,
    Justement, j’ai toujours cru (à juste titre ?) que tout l’intérêt de la malto était d’être assimilé plus vite par l’organisme. Une sorte de sucre « super » rapide.
    En gros, l’équivalent d’un sachet de gel qu’on prendrait dans une cote un peu plus dur que les autres pour se rebooster mais qui est assimilé encore plus vite.

    À titre perso, j’utilise un de mes bidons qui contient de la maltodextrine pour me donner un carburant immédiat lors de mes sorties vélo, j’alterne donc (idéalement) entre une gourde d’eau pur et une gourde avec un mélange de malto.

    1. Murielle Boucher-Linsolas Murielle Boucher-Linsolas dit :

      C’est bien ce que j’explique dans l’article, contrairement à ce que nous font croire les fabricants, les maltodextrines restent des sucres rapides !
      Energétiquement ils apportent les calories glucidiques qu’il nous faut pendant l’effort, MAIS, ce qui me gêne le plus c’est leur composition issue du maïs et du blé dont on ne connait pas l’origine…???
      Nous pouvons consommer pendant l’effort des produits glucidiques beaucoup plus sains et naturels, qui auront, à long terme beaucoup moins d’impact sur notre santé ! (jus de fruits, fruits secs, crème de marron, purée de fruits…) 😊

      1. Certes, je suis d’accord, j’emporte toujours un peu de produit naturels avec moi (la pâte de coin notamment ! ).
        Mais la malto a l’avantage d’être assimilé plus rapidement que ces types de sucre  » simple  » 🙂

        1. Murielle Boucher-Linsolas Murielle Boucher-Linsolas dit :

          C’est ce que nous vente les fabricants ! Le glucose, reste le sucre le mieux assimilé pas l’organisme, que l’on trouve naturellement dans le miel, les jus de fruits, les fruits secs, la crème de marrons (à essayer!), la pâte de coing…. Certainement l’effet « placebo » du malto !😉

  5. philippe dit :

    bonsoir, merci bcp, pour ce superbe article, et d’ailleurs pour la quasi totalitée de vos articles et recettes !!!! du coup, que donneriez-vous comme recette de boisson, pour des sortie vélo de 3/4 h, et surtout pour trail long (50 /80 / voir + de km )
    merci d’avance
    sportivement
    sam

    1. Murielle Boucher-Linsolas Murielle Boucher-Linsolas dit :

      Bonjour Sam,
      Pour les sorties vélo le jus de raisin ou de pommes coupé avec de l’eau reste l’idéal en complément de barres énergétiques maison ou des fruits secs voire des pâtes de fruits, en revanche en compétition il faut absolument (question assimilation et coté pratique) prévoir des gels glucosés. sans malto évidemment.
      Pour les trails longs idem coté boisson et gels également.
      Essayer et tenez moi au courant 😉
      Bien à vous.
      http://www.mulinsport.com

  6. Bonjour,

    Permettez-nous d’apporter quelques précisions à votre article.
    La maltodextrine est un ingrédient d’origine végétale (blé, maïs, pomme de terre…), obtenu à partir de l’amidon. Les amidonniers français utilisent des matières premières issues de cultures conventionnelles (variétés non OGM).

    Elle est caractérisée par son goût peu ou pas sucré. Elle peut être utilisée pour améliorer la solubilité des épices ou des arômes. Elle est ainsi présente en très faible quantité. Par ailleurs, la maltodextrine est considérée comme une bonne source d’énergie pour les alimentations particulières (en période de croissance, pour les sportifs, pour les personnes âgées, pour les bébés…) car elle est facilement digérée. Les producteurs français proposent cet ingrédient à haute performance pour une alimentation de précision. Enfin, cet ingrédient alimentaire (ce n’est pas un additif) répond à des hauts standards de qualité.

    Comme vous le précisez dans cet article, nul besoin de chercher le 0 calorie. La maltodextrine fait partie de la famille des glucides. Les glucides participent à de nombreux processus métaboliques de base dans l’organisme et doivent représenter 50 à 55 % de l’apport énergétique total. L’EFSA confirme que la consommation de glucides, y compris la maltodextrine, contribue au fonctionnement normal du cerveau et des muscles (1).

    Pour finir, rappelons que les cancers ont des causes multifactorielles : déséquilibre alimentaire, environnement social, génétique, etc. Un seul facteur tel que la consommation de maltodextrine ne peut être à leur origine.

    Centre d’information de l’amidon

    (1) Hofman et al., 2015. Nutrition, Health, and Regulatory Aspects of Digestible Maltodextrins. Critical Reviews in Food Science and Nutrition.

    1. Murielle Boucher-Linsolas Murielle Boucher-Linsolas dit :

      Merci de me rappeler tout ce que je savais déjà ! En revanche, je vous rappelle que la surconsommation de maltodextrines (glucose/fructose) à pour effet une augmentation du diabète de type II, puisque aux US les maltodextrines sont rajoutés dans beaucoup d’aliments où il n’a pas sa place !
      D’autres part,pouvez vous m’expliquer pourquoi de plus en plus de fabricants de barres énergétiques ne rajoutent plus de maltodextrines dans ces produits ?
      je reste à votre disposition pour que nous en parlions de vive voix (mes coordonnées téléphoniques sont sur http://www.mulinsport.com
      Bien à vous.

  7. Steph dit :

    Merci pour cet article très intéressant.
    Ce que ne précise pas le centre d’information de l’amidon c’est que pour les malades coeliaque donc intolérants au gluten (zéro traces ) la malodextrine est toujours un sujet sensible et peu clair car issue du blé parfois …..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.