Cet été, je pars pédaler dans les Alpes. Un petit entraînement s’impose donc, pour améliorer mes performances en vélo et affronter les ascensions multiples.

Cet été, je pars pédaler dans les Alpes. Un petit entraînement s’impose donc, pour améliorer mes performances en vélo et affronter les ascensions multiples.

La solution?… Le coaching individuel!

J’ai la chance d’être inscrite dans un club de fitness qui propose du coaching individuel. J’ai un peu hésité à m’affilier à ce service. Mais, il faut avouer qu’un programme sur-mesure est un excellent moyen d’atteindre des objectifs précis et ce, peu importe la discipline sportive.

J’en ai donc profité pour m’entrainer, et ainsi améliorer mes performances en vélo.

Au programme: échauffements, étirements, renforcement des grands groupes musculaires… Tout ça 45 minutes 2x par semaine, en alternant effort et récupération.

La musculation pour améliorer les performances en vélo

La musculation est très efficace pour se préparer physiquement à pédaler dans toutes les circonstances. Elle permet non seulement d’améliorer ses performances, mais aussi de prendre davantage de plaisir à vélo. La solution idéale donc pour en profiter pleinement cet été!

C’est parti: squats, pompes, abdos, crunchs… on travaille les muscles du bas du corps, mais aussi ceux des parties supérieures (qui sont souvent sollicitées lors des montées difficiles).

L’effort est intense, mais nécessaire. Je sens que ça travaille! Après deux séances de coaching muscu et une sortie vélo par semaine, c’est sûr, je ne peux que m’améliorer! (Je vous ferai un feedback dans quelques mois).

Une bonne alimentation, pour de meilleures performances

Autre avantage de ma séance de coaching individuel… mon coach est aussi conseillère en nutrition. Rien de tel pour chopper quelques conseils.

Comme tous les sports, le vélo demande une bonne alimentation pour gagner en performance. Ma coach me conseille de:

  • ne pas me priver de glucides. Pour être efficace, le corps a besoin d’énergie, et donc de glucides. Par contre, il est préférable de limiter les sucres rapides hors entraînement et hors compétitions.
  • m’hydrater régulièrement (pendant et en dehors de mes séances et de mes sorties vélo).
  • manger suffisamment de protéines et de bonnes graisses, car elles jouent un rôle essentiel pour le bon fonctionnement de l’organisme.
À éviter: la consommation de graisses saturées. À privilégier: les huiles végétales, comme l’huile d’olive, de colza. Avec modération, bien sûr! 

Vous souhaitez plus de conseils en matière de coaching? Lisez nos articles à ce sujet!  

Crédits photo: Commons wikimedia

Étiquettes : , , , , , ,


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.