Marilyn

« Alors tous les mercredis, on défie les clichés, on s’accroche et on roule: un des grands défis, c’est d’être femme cycliste » nous explique Marilyn.

Le vélo et moi, ça ne date pas d’il y a longtemps: 1 an et demi environ.

  • Tout d’abord, pour accompagner mon copain dans des balades dominicales à la découverte des jolies rues parisiennes…
  • Puis pour aller au travail quotidiennement.
  • Ensuite pour partir en vacances: on voit les paysages et les villes tellement différemment depuis son vélo, la campagne et les villages paraissent tellement beaux.

Et depuis 6 mois, pour retrouver un gang de filles parisiennes qui, pareil que moi, sont petit à petit devenues mordues de vélo, incapable de s’en défaire, avec qui je roule tous les mercredis soir à la conquête de Paris et de ses alentours, et le week-end pour prendre l’air! On se sent tellement libre 🙂

Mon meilleur souvenir, le plus gratifiant et le plus douloureux en même temps, c’est lors de mon premier voyage à vélo, il y a quasiment un an, avec mon copain, lui-même cycliste. Une escapade d’une semaine entre Perpignan et les villes de la Catalogne Espagnole.

Premier jour, le passage des Pyrénées, le vélo chargé, les montées impitoyables et interminables, tout en côtoyant un paysage magnifique, qui me fait garder le cap et l’énergie pour monter encore davantage. Et en haut, une vue plongeante sur Cadaquès, blanche et scintillante, et la mer d’un bleu profond qui tranche avec le vert de la végétation. Á cet instant, on ressent un sentiment de liberté et de fierté: sa première ascension et en bas, le soleil et les vacances qui démarrent.

Á vélo, je ne pars jamais sans mes barres et mes compotes. Étant un petit gabarit, je puise rapidement dans mes réserves et j’ai besoin de manger -très/trop !- régulièrement! Sinon, je reste inséparable de mon coupe-vent: pour les moments de refroidissement à l’automne, lors des pauses hivernales, pour parer contre le temps capricieux, par la reprise après le café ou après la bière du finish, il n’y a pas une situation à laquelle échappe mon coupe-vent 🙂

Commencez par rouler sur les trajets dont vous êtes habituées, pour prendre le rythme, sentir vos limites, travailler vos réflexes, développer le cardio tranquillement. On se rend rapidement compte à quel point le vélo est une libération au quotidien: une bouffée d’air avant le travail, un sas de décompression et de défoulement à la sortie du bureau, et si vous roulez avec une autre personne, c’est encore mieux !

Mon plus grand défi à 2 roues est à venir: la traversée des Alpes et de l’Italie que je rêve de faire depuis que j’ai commencé à être accro à la route et que je prévois pour cet été.

Pour cela, et pour gagner en endurance et en force, je me mets à faire des tours de Longchamp pour tenter de gagner en puissance, à tâter du dénivelé de la région parisienne (Chevreuse, etc.) pour gagner en endurance et en souplesse de pédalage en prévision des cols. Le yoga aide aussi, on étire, on détend, on s’assouplit.

L’entraînement, ça se fait aussi en groupe: tous les mercredi soir et régulièrement le week-end, entre filles, on se fait des map, on ne lâche rien, on tente de progresser ensemble et de s’entraider.

Le plus grand des défis pour moi, c’est aussi que le vélo féminin sportif se démocratise davantage et que les femmes ne se sentent plus à part dans ce milieu très étiqueté comme masculin. Alors tous les mercredi, on défie les clichés, on s’accroche et on roule: un des grands défis c’est d’être femme cycliste

Suivez Marilyn via son compte Instagram

Marilyn

ET ON MOULINE!

Vous aussi, vous êtes une passionnée du vélo? Envoyez-nous votre témoignage!


Un commentaire à propos de “Marilyn et son gang de filles parisiennes, toutes mordues du vélo!”

  1. PatBentrider dit :

    Bonjour,

    On mouline aussi en tricycle couché !
    Cette année je pense faire la traversée des Alpes….je verrais en septembre.
    Si des filles veulent m’accompagner, ce serait avec plaisir !
    Bon vélo.
    Patricia.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.