TOP

Végétarienne et sportive?

Les protéines dans le régime végétarien

Végétarienne et sportive?

Végétarienne et sportive ? Non ce n’est pas un oxymore. Les végétariens (et végétaliens) sont mêmes très nombreux chez les sportif.ve.s. Explications.

Outre le tennis, quel est le point commun entre Navratilova et les sœurs Williams ? Elles sont végétariennes. Il apparaît même que la proportion des végétariens (et végétaliens) chez les sportifs est supérieure à la moyenne.

Peur de manquer de protéines?

Alors pourquoi les deux concepts, mis côte à côte, ont tendance à susciter chez de nombreux omnivore la curiosité, voire le doute. Pourquoi la peur de manquer de ressources, en optant pour le régime végétarien, reste parfois tenace ?

On le sait, quels que soient nos objectifs (prise de masse, perte de poids…), l’alimentation est capitale pour la performance, mais aussi pour le bien-être et la santé en général.

Or, on a tendance à croire, parce qu’elles se trouvent en grande quantité dans les aliments d’origine animale, qu’il faut privilégier les protéines – les œufs ou encore le blanc de dinde, par exemple –  quand on pratique régulièrement une activité sportive. Certes les protéines sont essentielles à la formation des muscles. Mais elles ne se trouvent pas que dans le régime omnivore. Et elles ne suffisent pas.

Sportive ou non, on a toutes besoin de protéines. Les protéines constituent, avec les lipides et les glucides, une des principales familles de macro-nutriments et donc d’apport énergétique. C’est surtout un entraînement intensif, susceptible de provoquer des micro-lésions musculaires (vous les sentez : les courbatures, là …) qu’il est nécessaire de soigner. Via une alimentation plus riche en protéines.

L’apport en protéines ne croît pas avec le niveau d’activité

Il faut savoir également que l’apport en protéine ne croît pas avec le niveau d’activité, quoi qu’on en dise. Donc il serait faux de croire qu’un apport accru en protéines via un régime omnivore serait bénéfique à l’activité sportive.

Des protéines, oui. Des graisses saturées, non.

Certes, les protéines sont essentielles pour l’activité sportive : elles contribuent à une meilleure récupération physique et au renouvellement des tissus musculaires. Mais elles doivent être consommées dans une juste mesure. Sinon, c’est la performance cardio-vasculaire qu’on met en danger. Car les aliments d’origine animale contiennent de grandes quantités de graisses saturées. Or ce sont les hydrates de carbone qu’il convient de privilégier.

En revanche, certaines protéines végétales ont une teneur limitée en acides aminés indispensables (contrairement à la viande).

Alors, même si le régime végétarien ne vous tente pas, sachez qu’il est possible de varier les apports en protéines pour répondre aux besoins de votre entraînement physique.

Le saviez-vous ? Il est conseillé de prendre du fer avec de la vitamine C, pour faciliter son absorption. Et sans boire de thé, qui empêche l’absorption du fer.

Régime végétarien et sportive donc, oui!

Alors où trouver les protéines quand on privilégie un régime végétarien ? Partout : en grande surface, en magasin bio. L’idéal c’est de combiner légumes, légumineuses et céréales. Par exemple : lentilles et riz. Sans oublier les noix, bien sûr.

Il faut préciser que la sportive en mode régime végétarien prend ses protéines et ses acides gras dans le lait et les œufs, ce qui réduit les risques de carence par rapport au régime végétalien.

Vous nous direz : et le fer alors ? On le trouve dans les épinards crus, le poivron vert, les lentilles, le cresson ou … la spiruline. Ainsi que le germe de blé ou la gelée royale.

Inspirez-vous de nos recettes végétariennes et prenez des conseils auprès de nutritionnistes.  Bien à vélo!

pub

Ajouter un commentaire