Entretenir les sentiers moins connus

S’arrêter en VTT pour nettoyer les obstacles qui barrent la route? Oui, il revient à chacun de nous d’entretenir les sentiers moins connus que l’on aime!

En VTT, jardiner peut avoir deux sens.

  • Le premier s’applique lorsque l’on se perd ou se lance dans une trace aléatoire. Avec à la clé parfois de bons fous rires, ou de sévères galères.
  • Le second s’applique lorsque l’on s’arrête pour nettoyer les sentiers des obstacles qui l’encombrent.

En France, les sentiers balisés pour le VTT, les sentiers de grande randonnée (balisés rouge et blanc), et dans une moindre mesure les parcours locaux (PR, balisés jaunes), sont bien entretenus. Ils le sont par les collectivités locales, les fédérations ou les clubs de randonneurs ou de cyclisme. Inutile a priori donc de s’inquiéter de leur entretien. Qu’en est-il par contre des sentiers moins connus?

Pourquoi entretenir les sentiers moins connus?

Un sécateur bien rangé en permanence dans le sac permet parfois au printemps de couper des ronces agressives. On peut aussi rectifier quelques branches un peu trop basses qui lorgnent sur nos casques. Ce sont donc les sentiers moins connus, fréquentés qui peuvent avoir le plus besoin de nos soins, voire carrément d’une remise en état! Il n’y a plus guère en effet que les chasseurs pour en prendre soin en montagne. Parfois, l’entretien des sentiers balisés n’est pas réalisé assez fréquemment…

Quelle est la meilleure période pour les entretenir?

On peut nettoyer toute l’année mais la sortie de l’hiver concentre le plus souvent le gros du boulot. Dans les régions sujettes aux chutes de neige, des arbres faibles tombent en travers des sentiers, des branches cassent. C’est aussi en sortie d’hiver qu’on peut ouvrir de nouveau d’anciens sentiers, lorsque la végétation n’est pas trop dense et que la trace est plus facilement discernable dans le sous-bois. Chaque tempête amène également son lot de travail. Pensez donc à prendre la matériel après les gros coups de vent. Au printemps, on pourra aussi veiller à réduire les ambitions des fougères de part et d’autre de la trace sur 30 ou 40 centimètres avant qu’elles ne poussent trop (ça évite un peu les tiques ! ).

Alors que faut-il nettoyer?

Vous pouvez ainsi couper les branches et les petits troncs qui encombrent la trace. Ou enlever les ronces. les pierres qui ont roulé sous l’effet du ruissellement. Vous pouvez sinon, le cas échéant arranger la trace, remonter des pierres pour consolider le sentier lorsqu’il s’effondre. Vous pouvez également procéder à quelques aménagements discrets. Poser des pierres pour aider un franchissement de marche par exemple. Ayez cependant toujours en tête qu’entretenir les sentiers moins connus doit rester discret et le plus naturel possible. Vous pouvez enfin fermer les coupes qui sont créées par le passage des vélos dans les épingles pour éviter que le sentier ne se dégrade. Une grosse branche posée en travers de la coupe guidera naturellement vers l’épingle! Mais surtout, ne construisez pas de modules de slopestyle sur les sentiers ou les forêts sans avoir l’autorisation des propriétaires. 

Quel équipement pour entretenir les sentiers moins connus?

Un sécateur ou une scie rétractable. Il existe en effet des scies très efficaces et relativement légères à trouver sur internet. Dites vous bien que le poids du sécateur ou de la scie sera largement compensé par le plaisir que vous aurez, la fois suivante à pouvoir emprunter les sentiers sans devoir poser pied à terre.

Et comme nous avons bien pris soin d’entretenir les sentiers moins connus, profitez à fond cet été des plaisirs du VTT. Vous débutez? Voici comment bien vous préparer.

Crédit photo @Yann Kerveno.

Étiquettes : , , ,


Un commentaire à propos de “Faut-il entretenir soi-même les sentiers moins connus que l’on affectionne?”

  1. Martial dit :

    Cool, enfin un photo de moi qui ressemble a quelque chose! D’habitude c’est moi qui suis derriere l’objectif! Merci Yann !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.