troc maison velo

Digital nomad cycliste convaincue, Katia nous explique son parcours.  Elle combine ses deux passions au niveau professionnel: les voyages et les vélos.

J’ai grandi à la campagne et je pense pouvoir dire que j’ai grandi sur un vélo. Si je dis que je savais pédaler avant de savoir marcher, j’exagère à peine, nous explique Katia.

Le vélo depuis toujours

Petite, c’était pour m’amuser dans la rue. En grandissant, pour aller retrouver mes amis, dans le village d’à côté. Puis, adolescente, pour aller travailler, le week-end, à une dizaine de kilomètres de chez mes parents, et ainsi de suite. Même à l’époque où je travaillais sur des bateaux de croisière, je m’étais acheté un vélo, que je sortais à chaque escale – j’avais mes habitudes et mes sentiers préférés en Jamaïque, à Porto Rico, etc.

J’ai toujours beaucoup voyagé

Digital nomad cycliste seville pont

Séville

Dès la fin de mes études, le voyage a été pour moi une évidence : je ne pouvais pas concevoir de me lancer dans la « vie active » (quelle drôle d’expression, quand on y pense) avant d’avoir parcouru le monde (ou une partie, du moins). Ma quête a débuté dans un kibboutz, en Israël, et s’est achevée, six ans plus tard, à Miami Beach.

J’ai finalement décidé de revenir à ma base, à Bruxelles et c’est alors, il y a une dizaine d’années, que j’ai découvert le compromis idéal entre mon besoin de sédentarité et mes rêves nomades: les échanges de maisons.

Je continue à voyager à vélo et d’échanger mon appartement

digital-nomad cycliste seville

Séville

Mon appartement de Bruxelles pour séjourner un peu partout dans le monde. Étant donné que je suis indépendante et que je peux travailler de n’importe où (je suis ce qu’on appelle une digital nomad), les échanges de maisons sont la solution idéale pour moi.

J’avoue que j’ai aussi un faible pour les villes «pro-vélo», comme Barcelone, Amsterdam ou Séville

C’est aussi l’idéal pour pouvoir continuer à pratiquer partout le vélo puisque, bien souvent, je m’arrange pour échanger avec quelqu’un qui peut me prêter son vélo (certains combinent leurs échanges de maisons avec un échange de voitures, moi, je le fais avec des échanges de vélos).

J’avoue que j’ai aussi un faible pour les villes «pro-vélo», comme Barcelone, Amsterdam ou Séville, où je viens justement de faire un échange de maisons (ma partenaire d’échange n’ayant pas de vélo à me prêter, j’ai utilisé le Sevici, le Vélib local).

Digital nomad cycliste, la recette du bonheur!

On revient rarement en arrière, après y avoir goûté.

Aujourd’hui, j’ai l’immense chance de pouvoir combiner mes deux passions: le vélo et le voyage, puisque depuis un peu plus de deux ans, je travaille aussi pour le site d’échange de maisons dont je suis membre depuis dix ans, TrocMaison.com (version francophone de HomeExchange.com), où je m’occupe entre autres de la communication sur les réseaux sociaux pour le marché francophone.

Un job qui est bien plus qu’un job, pour moi, comme pour les autres membres de l’équipe (nous sommes tous des adeptes de l’échange de maisons et des digital nomads, puisque nous vivons aux quatre coins du monde et travaillons à distance). Je pense que le fait que nous soyons avant tout des membres du site est ce qui rend la plateforme, en place depuis 25 ans tout de même, si humaine.

Digital nomad cycliste Katia

Katia, digital nomad cycliste

J’ai vraiment envie de dire à toutes celles qui nous liront de se lancer et d’essayer l’échange de maison (et de vélos). On revient rarement en arrière, après y avoir goûté.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.