TOP

Bien choisir son vélo de voyage: les bons réflexes

Bien choisir son vélo de voyage

Bien choisir son vélo de voyage: les bons réflexes

pub

Parmi la myriade de modèles proposés, bien choisir son vélo de voyage n’est pas une mince affaire. Voici quelques conseils.
Pour voyager à vélo, le choix de son compagnon de route à 2 roues est essentiel. Quel type de vélo pour quel type de voyage? Retrouvez tous nos conseils!

Le vélo de voyage, votre compagnon idéal

Son portrait-robot? Sobre, léger, robuste et confortable. Sans être experte, soyez attentive à trois éléments principaux :

  • Cadre: choisissez-le en acier CrMO plutôt que Hi-ten, double ou triple butted. Solide et léger, c’est un meilleur compromis que l’aluminium. Pour obtenir la taille idéale du cadre, multipliez la longueur de vos jambes par 0,56.
  • Transmission et roues: le développement idéal est inférieur à 3 m, avec des plateaux à 38 ou 48 dents. Je vous recommande des roues de 26 pouces et des jantes double paroi à 36 rayons pour plus de résistance.
  • Guidon et selle: optez pour le plus confortable. Le guidon doit correspondre à l’écartement des épaules pour éviter crampes ou gêne respiratoire.

Un vélo pour voyager vous coûtera entre 400 et 5000 euros. Pour des petites escapades occasionnelles, l’entrée de gamme peut suffire. Dès que le terrain devient technique (déclivité, sentiers rocailleux) ou que le voyage dure plusieurs semaines, il ne faut pas hésiter à y mettre le prix.
Mon vélo préféré? La randonneuse. C’est un vélo vintage, très élégant, crée au siècle dernier pour le cyclotourisme. Inspirée du vélo de course, mais renforcée et dotée d’accessoires, la randonneuse est depuis peu déclinée en version modernisée.

Comment adapter les classiques pour un voyage à vélo?

Si vous ne souhaitez pas investir dans un nouveau vélo, il est toujours possible d’adapter le vôtre.
Si vous disposez d’un VTC, parfait: ce type de cycle est vraiment LE vélo pour voyager. A la fois léger et maniable, il passe partout. Veillez simplement à y fixer un porte-bagage, et si besoin à percer des œillets pour l’accessoiriser.
Le  VTT est idéal pour les terrains difficiles mais peu adapté à la route. Pour compenser, vous pouvez monter des pneus semi-slick. Pensez également à remplacer le guidon par une version multiposition, à potence réglable, pour une posture plus confortable.
Enfin, je vous déconseille de partir avec un vélo de course. Plus rapide, léger, il est néanmoins très fragile. Si vous ne pouvez pas faire autrement, installez un protège-dérailleur et renforcez vos roues (jusqu’à 40 rayons, pour éviter de les voiler).

3 modèles insolites de vélos pour voyager

Ludiques, ces vélos peuvent également permettre de passer des vacances agréables :

  • Le vélo pliant: nouveau chouchou des voyageuses, il s’emporte partout. Mais il s’agit avant tout d’un vélo de ville, encore peu adapté à la randonnée.
  • Le vélo couché: on dirige ce drôle de cycle allongé, les pédales à l’avant. Plus confortable et rapide, il est néanmoins assez cher, peu maniable et moins sécurisant.
  • Le Tandem: Sympa pour pouvoir discuter avec son passager, et parfait pour voyager avec un enfant. Mais beaucoup moins amusant pour la personne à l’arrière, qui doit synchroniser son rythme et ne peut pas diriger le vélo.

Alors, pour quel type de vélo de voyage opterez-vous?

pub

Commentaires (6)

  • Avatar

    Il y a des petites astuces aussi : par exemple la distance entre la roue avant et le cadre et la taille de la fourche
    Explications :
    Quand on part pour un voyage sur plusieurs mois, le vélo est généralement très chargé, la béquille est le point critique.
    Pour limiter les chutes, il y a un petit système à base de ressors que l’on met entre la base du cadre et la fourche (proche de la route) ! Très utile, mais ça vaut le coup de s’assurer que l’espace est suffisant pour pouvoir s’en équiper (quelques cm suffisent mais sont indispensables).
    La longueur de la fourche aussi est un petit point à ne pas négliger : il vaut mieux vérifier qu’on a de la marge pour pouvoir faire évoluer la largeur des pneus 😉
    Bien à vous

    répondre
  • Avatar

    Jess, la Fitness bikeuse

    Bonjour Delphine,
    Merci pour ces précieux conseils et pour votre contribution!
    Je ne connaissais pas ce petit dispositif dont vous parlez mais ceci me donne une excellente raison de creuser la question. 🙂
    Au plaisir d’échanger de nouveau,
    Jessica.

    répondre
  • Avatar

    J’ai fait quelques voyages à vélo, et je suis perplexe devant certains de vos conseils :
    « Choisissez l’acier CrMo… »: c’était vrai il y a 20 ans, mais aujourd’hui, toutes les marques sont passées à l’aluminium et au carbone, y compris pour les vélos trekking »
    Concernant la taille : attention, il y a différentes géométries de cadre, on ne peut pas faire de règle générale. Fiez-vous aux conseils donnés par les constructeurs.
    Transmissions : l’idéal pour le voyage est d’avoir un triple plateau avec un grand pignon à l’arrière (32 dents par exemple), de manière à pouvoir encaisser des côtes raides avec un chargement.
    Budget : 400 euros, c’est peu, mais 5000 c’est vraiment beaucoup… On peut trouver des vélos très valables autour de 600 euros et les hauts de gamme trekking se situent vers les 1200-1500 €.
    Concernant les VTT et vélos de courses, pas d’accord non plus: le VTT est adapté à la route, pour autant qu’on le chausse de pneus de route. Le vélo de course n’est pas plus fragile (avec des roues « normales »), tout dépend du terrain que l’on va affronter. Il est moins confortable, sans doute, mais on peut sans problème s’utiliser pour voyager léger sur route.

    répondre
  • Avatar

    Brigitte

    Je rejoins Jean sur son commentaire. Tout dépend du terrain, et un vélo de route léger peut s’utiliser pour le voyage. Surtout si on voyage en Europe, sur du terrain à moyan ou fort dénivelé, avec un triple plateau on grimpe aisément les cols en évitant simplement les pentes supérieures à 10 % (elles ne sont pas si courantes) .
    A vélo de route léger bien sûr … bagage léger … pour nous ce fut environ 13 à 15 kg chacun tout compris, pour des étapes de 80-90 km/jour avec 1300 m D+ environ.
    Pour des étapes plus longues, voire très longues > 250 km/jour) , le vélo de course devient indispensable. Par contre là mon expérience était en semi-autonomie, je dormais à l’hotel ou chez des copains, et je n’avais que 4 kg de bagages.

    répondre

Ajouter un commentaire