TOP

Slaine nous raconte son voyage à vélo gastronomique…

Slaine nous raconte son voyage à vélo gastronomique...

Slaine nous raconte son voyage à vélo gastronomique…

De retour de son tour de France des chefs, Slaine nous raconte son voyage à vélo. Une expérience à découvrir bientôt au fil des pages de son livre… 

Il y a quelques temps, nous vous présentions le Tour de France des chefs: le projet de Slaine, partie en juin dernier sur son vélo à la rencontre des grandes toques de la gastronomie française.
Encore un peu étourdie de son voyage et la tête remplie de souvenirs, Slaine nous raconte son aventure. En 8 mois, elle a parcouru 5500km, traversé près de 40 villes, rencontré 40 chefs. Et quand on lui demande son retour d’expérience, cette passionnée de voyage n’a qu’une hâte: repartir à l’aventure.

Slaine, une artiste piquée par le virus du voyage à vélo

Vivante, déterminée, enthousiaste: Slaine a à peine posé le pied à terre qu’elle serait prête à enfourcher de nouveau son vélo pour partir à l’aventure. Encore plongée dans ses expériences de voyage, notre aventurière a du mal à réaliser qu’elle est déjà de retour. « C’était génial. J’ai envie de repartir, j’ai tellement partagé des trucs extraordinaires! C’était juste du bonheur à l’état pur. »
Il y a quelques temps, Slaine avait déjà parcouru le Canada à vélo dans le cadre de son tour du monde. 2 voyages aussi semblables que différents, dont elle retient surtout une chose: la sensation de liberté procurée par le voyage. Et d’ailleurs, pour Slaine, le vélo est une histoire de grandes échappées: pas de vélo au quotidien pour notre voyageuse mais de grandes aventures qu’elle vit et apprécie au rythme de son deux-roues.

« C’était aussi dur physiquement mais différemment… Mais j’en ai autant bavé en France qu’au Canada ! »

« C’est un véritable atout, quand on est une fille, de voyager à vélo »

Et quant au fait de voyager toute seule à vélo en étant une femme? Slaine sourit: « j’ai envie de dire que c’est plus facile de voyager à vélo quand on est une femme! Beaucoup de gens m’ont ouvert leur porte pour cette raison: ils m’ont dit qu’ils auraient réfléchi à 2 fois si ça avait été un homme. C’est un véritable atout quand on est une fille de voyager à vélo! »
Slaine nous avait déjà confié que, lors de son voyage à vélo au Canada, elle n’avait éprouvé aucune difficulté à voyager seule en étant une femme. Une expérience que ce 2ème périple semble bien confirmer.
En revanche, question bagage, pas question de penser comme une fille, conseille Slaine: « il faut oublier le superflu et se concentrer sur le nécessaire pour n’emporter que ce dont on a vraiment besoin: le minimum technique, de quoi charger son téléphone, quelques tenues… Il y a toujours moyen de faire des lessives ensuite! »

Un soupçon d’organisation et une bonne dose d’inattendu

Côté logistique et hébergement, Slaine explique qu’elle est beaucoup passée par Warmshower. L’été, elle optait pour les campings. Et le reste du temps? Elle allait tout simplement frapper à la porte des gens. « Les Français sont super accueillants: j’ai toujours trouvé un coin où dormir, on ne m’a jamais laissée dormir dehors. Cet hiver, je n’ai monté ma tente qu’une seule fois! »

« Il ne faut pas trop organiser. C’est ce que je faisais au début, et je perdais beaucoup de temps sur la route à cause de ça. J’ai rapidement arrêté de prévoir à l’avance, c’était trop de contraintes. J’anticipais simplement pour les grandes villes que je traversais. Le reste du temps, j’étais en camping ou dans des jardins. » 

Et puis, ne pas trop organiser c’est aussi ouvrir la porte à l’imprévu: les rencontres ou les expériences inattendues créent des moments magiques… Et, pour Slaine, c’est aussi ça qui fait la beauté du voyage. « J’ai rencontré des jeunes couples, des personnes seules, des personnes âgées… Un grand mélange social et tous des gens extraordinaires! »

Un projet de livre dans la musette

Au bout de ce voyage, il y en a un autre pour Slaine: celui d’un livre, qui racontera en clichés son périple et ses rencontres. Car, s’il y a une chose importante pour notre voyageuse, c’est de continuer à partager son expérience, via sa page Facebook, son site, et puis, prochainement, son livre.  Recettes, photos de ses hôtes, des chefs, des paysages: c’est toute l’aventure de Slaine qui se dévoilera au fil des pages. Pour faire voyager ses lecteurs, pour donner envie de rencontrer les chefs, de goûter leurs plats.
Ses projets pour le futur? « Me connaissant, je serai capable dans un an de repartir! Pour l’instant, je vais me consacrer à mon livre pendant l’année à venir. Et j’ai promis à beaucoup de gens de retourner les voir… » Des promesses que Slaine compte bien tenir!
Et, quand on lui demande si ce 2ème voyage lui a donné envie d’intégrer le vélo à son quotidien, Slaine rigole. « Non. J’ai besoin d’avoir un but pour en faire. J’aime quand il y a un truc au bout qui m’attend. » Slaine est peut-être cycliste à ses heures, mais quand elle enfourche son deux-roues, c’est avec passion et détermination. Une chose est sûre: notre aventurière n’est pas près de remiser définitivement son vélo… Quant à nous, on attend avec impatience ses prochaines aventures!

Un petit mot sur Ellesfontduvélo? « Ce magazine est super bien fait, il est magnifique ! Surtout, ne changez rien. 🙂 »

Et vous, un projet, une expérience à partager? Contactez-nous!

pub

Ajouter un commentaire