TOP

Margriet, à vélo en ville jusqu'à la montagne

Margriet, à vélo en ville jusqu'à la montagne

Margriet, à vélo en ville jusqu'à la montagne

Margriet est une cycliste tout terrain. De la ville à la haute montagne, elle n’a peur de rien. Et c’est normal: pour elle, le vélo est une tradition.

Habituée au vélo depuis sa plus tendre enfance néerlandaise, Margriet a aujourd’hui basée en France. Et la passion de ces deux pays pour la petite reine n’est pas pour lui déplaire! À la fois cycliste urbaine et sportive, le vélo est pour elle un moyen de locomotion, un moment de détente et un sport extrême. Découvrez le portrait d’une passionnée!


Au printemps, j’essaie toujours de faire du vélo dans une destination ensoleillée et chaude. Et quand nous partons (mon mari et moi) pour un séjour plus long, nous faisons toujours du cyclo-tourisme. En 2013 c’était 3 semaines dans le nord du Thaïlande mais on a aussi fait 6 mois en Amérique de sud (de Lima à Ushuaia). En fait, mon mari et moi, nous nous sommes rencontrés pendant des vacances de vélo ! Et le cyclisme c’était la raison pour laquelle nous sommes allés vivre en France!


Étant Néerlandaise (vivant en France depuis 7 ans), j’utilise mon vélo sur une base quotidienne, notamment pour faire mes courses. Je fais du vélo de route et VTT. J’essaie de participer à quelques cyclo-sportives au cours de la saison cycliste. Vu que je habite dans une région vallonnée/montagneuse, les paysages et les parcours sont nombreux et variés. Le plaisir aussi!
En hiver, par contre, je ne roule qu’à l’intérieur pendant l’hiver. Et c’est seulement quand le temps ne me permet pas d’aller faire de trail ou de ski de fond. Lors de l’utilisation de mon Tacx d’habitude je porte que mes cuissards et une débardeur.


En tant qu’enfant, mon père m’emmenait sur son vélo le dimanche matin. Mon premier tour sur un vélo de course était quand j’avais 11 ou 12 ans. C’était un vélo Peugeot gris métallique. Et c’était aussi avec mon père. On a fait une sortie sur des pistes cyclables dans les dunes à côté de la mer du Nord. Ma mère nous a rejoint un an plus tard. A 75 ans ils montent encore leurs vélos de course!


Il y a plusieurs:
6 mois de vélo en Amérique du Sud. Du Lima (Pérou) à Ushuaia (Argentine).
La Marmotte mais aussi l’Ariègoise en 2014 avec l’arrivée sur le Plateau de Beille (que c’était dur!)
Mais la plupart de mes sorties ici dans le beau département du Puy de Dôme me donnent encore de bons souvenirs!


Mon GPS Garmin puisque c’est génial d’être en mesure de créer un itinéraire à la maison et ne devoir pas regarder sur une carte pendant la sortie. En plus, j’aime bien l’appli Strava, ça fait un peu de compétition.
Suffisamment d’eau à laquelle j’ajoute du sirop et un petit peu de sel. Mon smartphone afin de prendre des photos et une pompe avec kit de réparation.


Avec de bons pignons, vous arriverez toujours à monter un col! Et réservez votre première vitesse pour plus tard, quand la montée devient vraiment plus raide; sinon vos jambes se fatigueront trop tôt!



Retrouvez Margriet sur Facebook, Twitter et Instagram!
Vous aussi vous êtes un(e) Bike addict? Contactez-nous et témoignez!

pub

Ajouter un commentaire