TOP

"Un vélo femme n'est pas un petit vélo homme"

"Un vélo femme n'est pas un petit vélo homme"

Bonnie Tu est la fondatrice et directrice de Liv, la marque « femmes » du fabricant de vélos Giant. Rencontre à Taïwan.
Nous sommes à Taichung, dans l’un des deux premiers magasins de vélos pour femmes de la marque Liv.

Pourquoi des espaces différents?

Bonnie Tu: La plupart des magasins de vélos sont dominés par les hommes, des vendeurs aux techniciens. Comme les magasins d’autos. Pour que les femmes se sentent à l’aise, nous devons changer l’environnement de vente.

Que leur proposez-vous?

Bonnie Tu: Des vélos qui ne soient pas simplement les mêmes que ceux des hommes en modèle réduit. Notre équipe de designers propose des cadres avec une géométrie adaptée à la morphologie des femmes.

Est-ce un marché d’avenir?

Bonnie Tu: Absolument. Le potentiel est énorme. Actuellement, la plupart des fabricants de vélos n’ont pas les moyens de se concentrer sur le public féminin. Giant propose non seulement des vélos mais aussi des vêtements, avec des couleurs qui plaisent aux femmes.

Vous cherchez à promouvoir la culture cycliste à Taïwan. Comment faites-vous?

Bonnie Tu: Giant a fourni les vélos en libre-service de la ville de Taipei. Cela fait beaucoup pour le développement du cyclisme comme mode de vie. En 2007, le fondateur de Giant a aussi fait le tour de l’île (900 km) à vélo, à l’âge de 73 ans. Les gens se sont dit: comment est-ce possible qu’un vieux puisse faire ça et pas moi? Ça a fait exploser les ventes.

 

J-P
Céline Gautier
J’aimerais dire que j’écris vite et que je me déplace lentement. Mais c’est l’inverse. J’aime prendre le temps de rencontrer les gens, de boire des cafés et de chercher mes mots. Et je me déplace, tant que je peux, à vélo. En Brompton depuis dix ans, avec quelques phases d’infidélité, en fonction de l’humeur, du temps et des pavés.

pub

Commentaires (1)

  • Avatar

    Michelle Biet

    Je suis comme Céline Gautier je fais tout avec mon Brompton et moi depuis sept ans et j’aime la ville je m’y sent plus en sécurité que sur une rue à la campagne

    répondre

Ajouter un commentaire