TOP

Interview exclusive: Lorna, de Londres à Paris à vélo!

Interview exclusive: Lorna, de Londres à Paris à vélo!

pub

Au lendemain de son extraordinaire challenge, Lorna nous confie ses impressions! De Londres à Paris à vélo, en moins de 24 heures, un superbe exploit inspirant.
A peine rentrée de son voyage, Lorna livre son ressenti et les raisons qui l’ont poussée au bout de ce défi. Accompagnée de Sophie Radcliffe, une habituée des challenges cyclistes, Lorna s’est surpassée pour parcourir 320 km à vélo en moins de 24 heures!
Lorna, après ce voyage étonnant, comment vous sentez-vous?
Malgré la fatigue, les douleurs musculaires et les courbatures, je me sens incroyablement bien. Je n’en reviens toujours pas d’avoir réussi à le faire en une fois!
Quelles raisons vous ont poussée à réaliser ce voyage?
Ce challenge sportif était organisé par Sophie. Elle l’a mis en place pour encourager les participants à se dépasser, repousser leurs limites et se rendre compte de ce qu’ils sont réellement capables. A peu près 70 personnes ont participé et nous y sommes tous arrivés! Il s’agit surtout d’un évènement pour se prouver à soi-même que l’on est plus fort que ce qu’on pense.
Comment avez-vous rencontré Sophie?
En tant qu’éditrice d’une plateforme sur le cyclisme féminin, j’ai rencontré Sophie sur Twitter. J’ai ensuite eu la chance de travailler avec elle lors d’évènements organisés par un sponsor commun. J’ai toujours été inspirée par son point de vue et la manière dont elle envisage un challenge sportif. Elle se lance dans l’aventure en faisant taire ses doutes afin d’atteindre son but. Jusqu’à présent, elle a participé à de nombreux challenges étonnants. Je recommande de les lire sur son blog. Je lui ai donc fait entièrement confiance pour nous mener jusqu’au bout de notre voyage.
« Une fille tout à fait normale comme moi, loin d’être une athlète, pouvait réussir un tel défi d’endurance »
Comment se préparer mentalement à un tel voyage?
Je le voyais comme une expérience que je voulais tenter pour moi-même. J’étais curieuse de voir si, une fille tout à fait normale comme moi, loin d’être une athlète; pouvait réussir un tel défi d’endurance. Dans les moments plus difficiles sur la route, je me le rappelais et ça me remotivait. Aussi, durant la course je faisais partie d’une excellente équipe: chacun à son tour pouvait prendre la tête du peloton pour conserver au top la motivation et de l’énergie de chacun.
Et physiquement, comment vous êtes-vous préparée?
J’ai poussé mon entrainement cycliste un peu plus loin et j’ai beaucoup roulé dans des paysages montagneux. Cela m’a donné plus de souffle et davantage de force dans les jambes. Je n’avais jamais roulé plus de 75 miles (environ 120 km) durant mes entrainements, le voyage me rendait un peu nerveuse.
Pour vous, quel était la plus grosse difficulté dans ce voyage?
Le manque de sommeil, qui s’est surtout fait ressentir lors des 30 premiers miles (environ 50 km) sur le sol français. Puis, ma pédale s’est cassée et j’ai dû rouler 100 miles (160 km) avec juste un seul clip à ma pédale. C’était vraiment difficile, surtout dans les côtes. Le pluie incessante durant tout le voyage en France a également augmenté les risques de crevaisons et de dérapages.
Quel est votre meilleur souvenir dans ce challenge sportif?
L’énergie procurée par le peloton dans lequel se trouvaient 6 filles et 2 garçons. Nous avons avancé ensemble comme une équipe et on avait l’impression que rien ne pouvait nous arrêter.
Quel est votre conseil aux femmes qui aimeraient se lancer dans un tel défi?
Une grande part du défi est mentale et il faut juste se rappeler que chaque km est un pas de plus vers la Tour Eiffel. Si vous le voulez vraiment, je pense que tout le monde peut y arriver avec une bonne préparation et un peu de confiance en soi.
Pensez-vous que ce challenge joue un rôle dans le “vélo au féminin”?
C’est notamment l’une des raisons qui m’a poussée à rejoindre le défi de Sophie et pas n’importe quel autre challenge. Elle est une grande figure pour le cyclisme féminin et son projet atteint 40% de présence féminine. C’est un nombre vraiment élevé dans le monde des évènements sportifs!
Etait-ce votre premier challenge du genre? En avez-vous d’autres prévus prochainement?
Je n’ai jamais atteint une telle distance avant ce voyage, c’était vraiment une expérience unique.
Mon prochain challenge est l”Ironman 70.3” (un triathlon de 113,1 km) à Zurich en juin et ensuite l’Ultra Marathon de 100 km, avec a un ami et ma maman de 64 ans en juillet.
 
Retrouvez toute la préparation de Lorna ou sur twitter @QueenOfTheMile

451 Partages
pub

Commentaires (2)

  • Avatar

    Raphaël PLÉ

    Bonjour,
    Tout d’abord félicitations pour votre parcours, ça n’a pas dû être facile !
    Quand je regarde pour faire Paris – Londres à vélo avec 2 copines je vois que la distance semble plutôt être d’un peu plus de 400km. Par quel chemin êtes-vous passé ? Est-ce que les 320 km ne correspondent-ils pas à la distance parcourue uniquement en France ?
    Merci pour votre partage d’expérience !

    répondre

Ajouter un commentaire