TOP

Mélanie, l'aventure c'est l'aventure à vélo

Mélanie, l'aventure c'est l'aventure à vélo

Mélanie, l'aventure c'est l'aventure à vélo

pub

La Turquie, le Laos, la Chine… Du paysage à vélo, elle en a vu Mélanie! Et vous savez quoi? Elle adore ça! Cap sur l’aventure à vélo…

« Le vélo donne un vrai goût de liberté »


Je voyage à vélo depuis avril 2015. J’ai effectué deux voyages à vélo. Le premier, pendant une semaine sur la Vélodyssée entre Bordeaux et Biarritz soit 600km. Puis un seconde voyage au long-cours: un périple France-Laos en 8 mois soit 8000 km et 18 pays traversés. J’ai commencé seule mais j’ai eu l’occasion de rouler en duo à plusieurs reprises. J’ai déjà prévu un prochain voyage pour le mois de juin… pour une durée indéterminée! Je prends le départ avec une autre coéquipière rencontrée en route sur mon deuxième cyclo-voyage. Le hasard fait bien les choses!


Je m’étais lancée dans un trek de plusieurs jours avec une cyclo-voyageuse, au Sud-Ouest de la Turquie, dans la montagne de Minare. Le dénivelé était si rude qu’aucun véhicule ne pouvait circuler, à l’exception des tracteurs. Nous avons campé au cœur de cette montagne, étonnamment sauvage et mystique. Nous avons été émerveillées par la visite de la cité antique des lyciennes (ruines, chapelle, amphithéâtre ainsi que leurs tombes creusées dans la roche).
Le trek a été plus long que ce que l’on pensait, et nous avons fini la dernière journée sans provisions, le ventre vide. Affamées et exténuées, nous sommes arrivées au terme du trek presque à la tombée de la nuit. Par chance, nous avons été ravitaillées par un gentil couple croisé en voiture. Sans attendre, ils nous ont offert toutes leurs provisions. Nous avons pique-niqué avec eux, « nos sauveurs ».


Je roulais au Sud de la Chine dans le Yunnan, accompagnée d’une autre cyclo-voyageuse rencontrée au Kazakhstan. Les routes étaient très accidentées. Nous n’avions guère le choix entre l’autoroute ou la petite route mi-terre mi-asphalte. La pluie ne cessait de tomber et les routes était chargées de boue. C’est alors qu’en pleine descente, ma tête heurta violemment le béton. Sonnée, je reste à terre un moment, le nez qui saigne. Ceux qui ont vu l’accident n’ont pas pris la peine de s’arrêter. N’ayant pas d’autres choix, je renfourche mon vélo pour le premier hôpital.
Nous roulons alors péniblement dans la boue jusqu’au moment où ma roue arrière crève à cause…d’un clou. À bout de nerf, nous décidons de prendre l’autoroute afin de rouler dans de bonnes conditions. Là, la police nous arrête et nous emmène gentiment à la prochaine sortie. Malgré l’interdiction de faire du vélo sur l’autoroute, dès qu’ils ont eu le dos tourné, nous reprenons l’autoroute. Commence alors un petit jeu du chat et de la souris avec les policiers. Ces derniers se sont lancés à notre poursuite mais nous avons le temps de nous cacher à la première station essence. Ici nous trouvons un camion pour nous emmener à la prochaine ville avant que la police ne nous retrouve.
Je suis finalement allée à l’hôpital trois jours après ma chute. Cela fut un vrai challenge, un parcours du combattant pour trouver cet hôpital. Heureusement que je n’avais rien!


Je ne partirais jamais sans mon matériel pour camper et plus précisément ma tente et mon duvet. Ma tente est devenue ma maison, mon réconfort. C’est l’idéal pour se protéger des animaux comme les cochons sauvages ou encore les chiens errants. Ils rodent autour mais jamais ils n’essayent d’aller plus loin. C’est l’objet indispensable pour l’autonomie parfaite, celle que je recherche avant tout. Et concernant mon duvet, il me permet de tenir jusqu’à -23°C. Après avoir passé des nuits à -10°C, j’étais vraiment heureuse de l’avoir.


Quoi de mieux que le vélo pour profiter d’être dehors et de s’imprégner du paysage qui défile à allure raisonnable. À vélo, on a le temps. Le temps de tout voir à son propre rythme. Le vélo donne un vrai goût de liberté peu importe la vitesse. Après ce qui m’est arrivé en Chine, je conseille d’investir dans un casque. La sécurité est primordiale! Après cela, rien ne peut vous arrêter les filles! Le vélo devient vite une institution!


Suivez les aventures à vélo de Mélanie sur son blog Cycle to Explore, et sa page Facebook.

Vous aussi vous êtes un(e) Bike addict? Contactez-nous et témoignez!

pub

Commentaires (1)

  • Avatar

    pascal

    bonjour, Mèl reste très modeste sur ce qu’elle a déjà fait. Nous devons tous être impressionné par cet esprit d’aventure simple et sans détours, à vélo, d’une jeune fille européenne qui va de l’avant et qui visiblement n’a pas peur de rencontrer les « z’autres »…Merci de donner le courage et l’envie aux cyclistines..On a hâte de suivre ses nouvelles aventures avec sa co-équipière.

    répondre

Ajouter un commentaire