Paris Roubaix Challenge

Depuis 8 ans, le Paris-Roubaix Challenge, une épreuve cyclosportive proposée par Amaury Sport Organisation (ASO), permet aux cyclistes amateurs de ressentir ce que les cyclistes professionnels vont vivre 24 heures plus tard.

Le Paris-Roubaix est un MONUMENT du cyclisme! C’est l’enfer du Nord, ce sont des kilomètres de pavés, c’est le hashtag #RideInHell !

Cette édition du Paris-Roubaix est très spéciale

En effet, 2 anniversaires tombent cette année sur la Paris-Roubaix:

  • Il y a 50 ans, Eddy MERCKX remporte l’épreuve pour la première fois de sa carrière. Même s’il gagne 3 éditions (1968, 1970 et 1973), il confie au magazine DH Belgium le 7 avril 2017: « Je peux vous assurer que le palmarès n’atténue pas la souffrance et que celle-ci reste toujours présente” et, “Le lendemain de Paris-Roubaix, j’étais toujours fortement courbaturé et mes articulations grinçaient quelque peu ».
  • Il y a 50 ans également, la tranchée de Wallers-Arenberg fait, pour la première fois, partie du programme pavé.

Hell of the North #ParisRoubaix #cycling 📷 @paulineballet

A post shared by Paris Roubaix (@parisroubaixcourse) on

Trois parcours Paris-Roubaix challenge ouverts aux cyclosportifs

Vous avez le choix entre un petit, un moyen et un grand parcours.  La difficulté majeure, ce sont les pavés, pas la distance, bien entendu. Retrouvez toutes les infos sur le Paris-Roubaix Challenge.

  • 55 kms de secteurs pavés (29 secteurs)
  • 145 kms, 33 kms de secteurs pavés (19 secteurs)
  • 70 kms, 10 kms de secteurs pavés (8 secteurs)

Participez au Paris-Roubaix Challenge et testez « L’enfer du Nord »

Paris-Roubaix n’est pas surnommé “l’enfer du Nord” parce qu’elle est terriblement éprouvante. Mais parce qu’en 1919, les coureurs vont découvrir un paysage de désolation juste après la guerre.

Plus subtilement, l’épreuve joue sur l’idée que la souffrance fait partie du plaisir, un moyen pour parvenir à se dépasser. Un « plaisir sadique », sont tentés de dire certains. De cette manière, l’épreuve peut être considérée comme un jeu consistant à passer d’un secteur pavé à l’autre pour découvrir ce qui s’y cache. Et ce qui se trouve en soi pour toujours aller plus loin.

Participer au Paris-Roubaix Challenge ne se fait pas sans un minimum de préparation, quelle que soit la distance choisie.

Quelques conseils pour se préparer au mieux au Paris-Roubaix Challenge.

La préparation physique

  • La capacité aérobie doit être étendue pour rendre le cycliste capable de réaliser le nombre de kilomètres requis. D’autant plus que les secteurs pavées vont, sérieusement, émousser l’endurance des cyclistes
  • Lire à ce sujet l’article « Comment optimiser le développement de l’endurance à vélo ?« 
  • Il est nécessaire d’élever l’intensité de l’effort dans les secteurs pavés. En effet, en augmentant la vitesse, il est possible de “lisser” les vibrations provoquées par la succession des pavés.
  • Ces secteurs ne se passent pas à une fréquence de pédalage élevée. Il faut adhérer à la route. Un surcroît de force dans le pédalage est indispensable pour relancer à chaque moment le vélo tréssautant sur le pavé
  • Dans ces conditions, le pédalage doit être parfaitement maîtrisé à la fois pour se détacher de l’aspect technique mais aussi pour relancer la pédale chaque fois que la résistance de la route freine le déplacement.
  • Il faut être habitué aux changements d’intensité. Notamment pour s’assurer d’une récupération de qualité.

La technique dans les sections pavés

  • On conseille souvent de rouler en haut du pavé parce qu’il y est en meilleur état. Cependant, sur ce type de parcours, on est, assez rapidement, tenté de se déplacer sur les parties plus roulantes sur le bord de la route. Cela suppose qu’elles soient carrossables (présence de cailloux, de boue…).
  • Le pavé est glissant, même lorsqu’il n’est pas humide. Ce qui exige de solides qualités d’équilibre. Pour y parvenir, il est important de rester assis sur la selle, le plus en arrière possible. On ne se lève pas de la selle afin de continuer à garder l’entière maîtrise des trajectoires et d’éviter la perte de contrôle du vélo en raison des vibrations.
  • En dépit des vibrations, le cycliste doit pouvoir conserver la maîtrise de son vélo.  Il doit tout à la fois tenir le guidon et pouvoir freiner. La tenue du guidon doit être souple : tenir sans serrer, les coudes fléchis pour absorber les vibrations.
  • Il n’est pas question de suivre un programme de musculation spécifique. Ce qui se joue sur les pavés, ce sont surtout les capacités d’adaptations du système musculo-articulaire : équilibre, vitesse de réaction. Par contre, le cycliste trouvera un bénéfice dans un programme de renforcement musculaire spécifique pour le bassin, dos, ceinture scapulaire et poignets.

Le matériel adapté pour le challenge Paris-Roubaix

  • Plus l’ensemble cadre/jante est souple, plus il va absorber les vibrations. Il est parfois conseillé de doubler la guidoline. Cela peut paraître accessoire, cependant, après 4 heures passées sur les pavés, tous les détails risquent de compter.
  • Le choix du pneu est déterminant. Tout le monde s’accorde à dire qu’il vaut mieux choisir une section plus large (28mm) et sous-gonfler le pneu (6 bars).
  • Le boyau est, semble-t-il, plus souple qu’un pneu. Ce dernier reste un choix de raison parce qu’il est plus facile de remplacer une chambre à air que de coller un boyau au bord du chemin.
  • On prend la précaution d’emporter 3 à 4 chambres à air et tout le matériel de réparation.
  • Enfin, on vérifie l’état général du vélo en prenant soin de vérifier tous les serrages.

Deux contributrices #EFDV participent au Paris-Roubaix Challenge le 7 avril 2018. Sandrine et Sandrine! Ce n’est pas une vanne.  Il est encore temps de les rejoindre sur les pavés! Bien à vélo

Étiquettes :


2 commentaires à propos de “Paris-Roubaix Challenge du 7 avril 2018 : conseils pour y participer”

  1. Merci Laurent pour ces précieux conseils pour samedi prochain 😉

    1. Bonne bonne bonne route! #RideInHell!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.