TOP

Open Data pour et par les cyclistes : collecte de données GPS à Bruxelles

données cyclistes big data

Open Data pour et par les cyclistes : collecte de données GPS à Bruxelles

pub

Avec le Bike Data Project, Open Knowledge Belgium – l’association parapluie des initiatives actives dans la connaissance ouverte et des données ouvertes en Belgique – lance une nouvelle plateforme collaborative permettant de collecter des données cyclistes : sur où et quand le vélo est utilisé.

En collaboration avec Bruxelles Mobilité et la ministre Elke Van den Brandt, une campagne démarre à Bruxelles durant laquelle les cyclistes peuvent utiliser des applications mobiles pour collecter et partager les données cyclistes de leurs déplacements à vélo sur www.bikedataproject.org.

La plateforme vise à rassembler les données GPS des cyclistes et à les rendre disponibles sous forme de données ouvertes. Le vendredi 13 novembre 2020, des analystes de données, des experts et expertes de la planification de la mobilité, des urbanistes, des cyclistes et des journalistes se rassembleront lors d’un événement Data Dive pour analyser ces données cyclables et identifier des nouvelles manières de rendre les villes mieux adaptées aux vélos.

Des données cyclistes pour le développement de villes cyclables

Davantage de données sur l’utilisation du vélo sont nécessaires pour le développement de villes cyclables
On sait peu de choses sur la façon dont les cyclistes se déplacent dans les villes aujourd’hui. Si des données sont disponibles, il s’agit de données à accès restreint fournies par un seul fournisseur d’application ou de données statiques collectées via des comptages manuels.

“Si nous voulons faire en sorte que plus de personnes fassent du vélo en ville et rendre ce choix aussi logique et évident que celui de la voiture, nous devons récolter autant d’informations sur le comportement des cyclistes que de données qui sont actuellement collectées sur la circulation automobile”, explique Dries Van Ransbeeck, initiateur du projet.

La communauté cycliste joue un rôle crucial et central dans la conception du Bike Data Project. Tous les cyclistes, y compris ceux et celles qui l’utilisent pour se rendre au travail, faire des livraisons, du sport ou visiter une ville, sont invités à enregistrer leurs trajets via une application mobile de leur choix et à partager leurs données sur www.bikedataproject.org.

Les applications de cyclisme sont déjà largement utilisées pour les entraînements sportifs. Désormais, la communauté cycliste est également encouragée à collecter des données en se rendant au travail ou allant faire ses courses.

Lancement de la première campagne de collecte de données à Bruxelles

En collaboration avec Bruxelles Mobilité, une première campagne est lancée pour la Région de Bruxelles-Capitale demandant aux cyclistes d’enregistrer et de partager les données de leurs déplacements à vélo au cours des mois d’octobre et de novembre.
Plusieurs événements en ligne seront organisés pendant lesquels les participants et participantes pourront en apprendre davantage sur la collecte et l’utilisation potentielle des données cyclables. Pour clôturer la campagne, un événement Data Dive est prévu le vendredi 13 novembre, pendant lequel des analyses des données collectées seront faites pour identifier des nouvelles manières de créer des villes mieux adaptées aux vélos.

« Il est prioritaire pour le gouvernement bruxellois d’améliorer nos infrastructures et itinéraires cyclables pour faire du vélo une alternative de plus en plus sûre et confortable pour le plus grand nombre. La collecte de données par le Bike Data Project va nous permettre d’avoir un état des lieux de la pratique plus précise et savoir où sont les marges de progression. J’invite chaleureusement tous les cyclistes à y participer”, explique Elke Van den Brandt, Ministre de la Région de Bruxelles-Capitale, chargée de la Mobilité, des Travaux publics et de la Sécurité routière.

Données cyclabes disponibles sous forme de données ouvertes

Les données agrégées et anonymisées seront publiées sous forme de données ouvertes et pourront être utilisées à des fins diverses, comme :

  • Les experts et expertes de la mobilité, de la planification urbaine ou du design urbain ont besoin de données ouvertes pour développer des infrastructures modernes et, ainsi, créer des villes durables.
  • Les citoyens et citoyennes peuvent travailler eux-mêmes avec les données et avoir un aperçu du nombre de cyclistes par itinéraire et des kilomètres parcourus.
  • La société civile et les journalistes peuvent consulter les données pour analyser la situation des cyclistes dans la ville, comme le temps moyen d’attente des cyclistes aux feux de signalisation.
  • Les sociétés informatiques peuvent utiliser les données pour obtenir des informations intelligentes sur le cyclisme et créer des outils avancés tels que des planificateurs d’itinéraires vélo et des moteurs de recommandation pour améliorer l’infrastructure cyclable. Les données peuvent également être très utiles pour d’autres produits et services liés au vélo.

Après la campagne de collecte de données à Bruxelles, la plateforme restera disponible en ligne et sera maintenue par Open Knowledge Belgium vzw. Les communautés cyclistes d’autres villes et régions peuvent également utiliser la plateforme et lancer une campagne locale. “Un certain nombre de groupes de citoyens et d’entreprises active dans la mobilité sont déjà intéressés à contribuer au projet. Leur engagement montre qu’il est nécessaire de collecter des données cyclables ouvertes pour rendre nos villes plus adaptées au vélo”, explique Dries Van Ransbeeck.

Partagez vos données cyclistes via le Bike Data Project

Pour se tenir au courant et/ou partager ses propres données cyclistes, n’hésitez pas à les suivre et à vous inscrire à leurs événements.

pub

Ajouter un commentaire