TOP

Tolérance et respect : les cyclistes doivent montrer l’exemple – Chloé Dygert

Chloé Dygert

Tolérance et respect : les cyclistes doivent montrer l’exemple – Chloé Dygert

pub

Le comportement de la championne Chloé Dygert a été épinglé sur les réseaux sociaux ce week-end. Une action qui peut pousser les sportives à réfléchir sur l’exemple qu’ils donnent à la société.

Drôle de fin de saison pour Chloé Dygert. Grande favorite pour le titre mondial sur contre-la-montre, l’Américaine avait gravement chuté dans un virage. Alors qu’elle vient de signer un contrat de quatre ans avec l’équipe Canyon-SRAM, la jeune femme de 23 ans a été rappelée à l’ordre. En cause : son comportement sur les réseaux sociaux.

Le drame d’Imola pour Dygert

Les images ont fait le tour du monde. A Imola, fin septembre, la championne du monde en titre, Chloé Dygert, perd le contrôle de son vélo et passe par dessus le rail de sécurité. Un de ses quadriceps est sévèrement entaillé, et ses ligaments sont touchés. Le diagnostic laissait craindre le pire pour Dygert, prodige de l’effort solitaire.

Rapatriée aux Etats-Unis, la jeune rouleuse poursuit actuellement sa rééducation. Elle vise les prochains Jeux Olympiques. Son avenir est assuré, avec l’annonce de son transfert au sein de la formation Canyon-SRAM. Un contrat de quatre ans, pour lui permettre de s’exprimer sur les courses européennes.

Quand on sert d’exemple, il faut savoir l’être jusqu’au bout

Suite à cette nouvelle, des « likes » sur certains tweets transphobes et racistes (notamment de Donald Trump) remontent à la surface. Dygert a beau les avoir retirés, le mal est fait. Sa nouvelle équipe réagit immédiatement en publiant un communiqué.

“Canyon-SRAM Racing et l’ensemble de ses membres sont regroupés derrière les mêmes valeurs, dont celle de traiter tout le monde avec respect et dignité, quel que soit le genre, la couleur de peau ou les préférences sexuelles »

Dygert s’est également excusée sur son compte Instagram, en publiant un petit texte. « Je m’excuse auprès de ceux que j’ai pu offenser ou blesser par ma conduite sur les réseaux sociaux. Je m’engage de continuer à apprendre de mes erreurs, et grandir en tant qu’athlète, et personne », a-t-elle écrit.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Chloé Dygert (@chloedygert)

Le racisme ou l’homophobie ont longtemps été des sujets tabous dans le monde du sport. La parole commence tout juste à se libérer, grâce à des coureurs comme Kévin Reza, ou l’affaire Quinn Simmons.

Les sportifs et sportives sont les vitrines de notre société. Ils doivent défendre à tout prix les valeurs telles que le dépassement de soi, le travail, mais aussi la tolérance, le respect d’autrui. On ne peut plus faire passer un comportement limite pour une erreur de jeunesse.

Chloé Dygert a retenu la leçon, et certains s’y prendront sans doute à deux fois avant de « liker » sur les réseaux sociaux. Respect, diversité, solidarite : les valeurs de Elles font du vélo.

pub

Ajouter un commentaire