TOP

Rencontre avec Nellie, une bike trotteuse passionnée de voyages à vélo

Rencontre avec Nellie, une bike trotteuse passionnée de voyages à vélo

pub

5 questions posées à Nellie, une Montréalaise intrépide amoureuse des voyages à vélo…

Je pratique le vélo en solitaire. J’y vais de temps en temps avec des amis mais mon but est vraiment de rencontrer des gens d’ailleurs. Pour moi, le vélo est un moment assez méditatif.

C’est au milieu du Parc Royal de Bruxelles que Nellie interrompt son trip Belgique/Pays-Bas et met pieds à terre pour répondre à mes questions. À peine essoufflée par l’effort ni affectée par le jetlag, elle se prête volontiers à l’exercice.


Mes premiers souvenirs remontent à mon enfance! Je sillonnais les routes avec mes parents, passionnés de cyclotourisme. On partait en camping l’été sur une base de 60km par jour, avec plusieurs arrêts. Donc je suis tombée dans la marmite quand j’étais petite!


J’utilise le vélo pour mes trajets quotidiens, pour aller au boulot. Mais je pratique aussi le cyclotourisme depuis 2 ans. Je m’y suis mise pour des raisons presque politiques: je suis une fille de Montréal, la grande ville. On me reprochait souvent d’être trop centrée sur ma ville. Alors j’ai grimpé sur mon vélo pour partir à la découverte des régions.
En voiture, les autoroutes ne permettent pas de voir les choses. Si vous voulez voir, découvrir, il faut prendre les petits chemins. Et pour ça, le vélo c’est parfait! Ensuite il y a une proximité humaine dans le vélo que vous ne rencontrerez jamais en voiture. Quand les gens me voient débarquer sur mon vélo avec mes bagages, ils me demandent où je vais, d’où je viens…
Quand je pars à vélo, je vais dans des campings ou auberges. Et surtout, je passe par les réseaux sociaux! Mes contacts ou même des contacts de contacts répondent toujours présents pour m’héberger. J’expérimente aussi la plateforme Warmshower: du couchsurfing mais spécialement dédié aux cyclistes. On peut y trouver des gens partout dans le monde, qui vous ouvrent leurs portes pour prendre une douche ou pour y passer la nuit… Et souvent, il y en a qui font un bout de chemin avec toi ou qui te donnent des conseils. Un bon moyen de connaître les bons plans de la région qu’on ne trouverait nulle part ailleurs!


C’est une question difficile! Le vélo, c’est tout le temps des défis et chaque journée est un beau souvenir. Un souvenir marquant, c’est quand j’ai fait Québec/Montréal en 2 jours. 300km en tout soient 150km par jour. Je n’avais aucun entraînement. En arrivant dans la ville, il me restait encore 20km à faire. J’ai cru que je n’y arriverai jamais, j’étais complètement morte. Je faisais sans cesse des pauses, mais j’y suis arrivée!
Il faut vraiment faire attention à l’entraînement, surtout au niveau cardio. A Montréal en hiver, je ne fais pas de sortie longue à cause de la neige, seulement mes trajets pour le boulot mais pas plus de 30 minutes. Alors la reprise du printemps est difficile. Je fais du jogging en complément, pour travailler le cardio. Puis je reprends 2, 3 semaines d’entraînement en ne dépassant pas les 60 ou 80km par sortie. Je me réserve les longues distances pour plus tard dans l’été.


Mon Iphone! C’est ma façon à moi de le faire socialement. Les gens me suivent sur les réseaux et je leur réponds en direct. Et j’ai toujours une photo de mes neveux: c’est mon porte bonheur!


Bien s’équiper! Tu sais, les gens qui se découragent, c’est souvent parce qu’ils sont mal informés. Alors ils partent avec le mauvais matériel et forcément l’expérience est mauvaise. Même emprunter du bon matériel à quelqu’un qui en fait déjà suffit pour commencer. Et puis il existe aussi tout un tas de blogs et de sites sur le sujet. Il ne faut pas hésiter à aller les consulter!
Pour moi, il n’y a aucune raison de ne pas faire du vélo: ça met en forme sans souffrance et quand on investit dans du matériel, c’est pour plusieurs années! Pour une première sortie, je recommanderai si possible de sortir de la ville. La ville est dangereuse, requiert plus d’attention. Il faut faire un raid à l’extérieur, idéalement avec quelqu’un qui en fait déjà. Ne dépassez jamais les 60km pour commencer et puis vous pourrez augmenter progressivement la distance. Et prenez un kit anti-crevaison, croyez-moi c’est indispensable!



 Next step pour notre aventurière? L’Amérique du Sud! Elle cherche d’ailleurs un compagnon de voyage. Si vous êtes intéressé(e), contactez-nous!
 Suivez Nellie sur Facebook et Twitter!
 Vous aussi vous êtes un(e) Bike addict? Contactez-nous et témoignez! 

pub

Ajouter un commentaire