TOP

Rencontre avec Delphine: portrait grisant d'une baroudeuse

Rencontre avec Delphine: portrait grisant d'une baroudeuse

Rencontre avec Delphine: portrait grisant d'une baroudeuse

pub

5 questions posées à Delphine: cette baroudeuse vous fait vivre sa passion du vélo, ses défis, ses sensations. Laissez-vous porter par son témoignage…

À vélo, vous sentirez la moindre inflexion du terrain, montées comme les descentes, le vent de face comme de dos. Un petit défi après l’autre et après quelques temps, vous sentirez toute l’énergie que vous pouvez deployer et vous vous sentirez vivante!

Lorsque Delphine accepte de répondre à mes questions, elle le fait sous une tente, à exactement 68km de Moscou. En pleine traversée des pays de l’ancienne URSS à vélo (depuis la France, bien entendu), elle nous raconte son addiction au vélo.
De la sensation de tiraillements des muscles, à l’impression grisante de liberté en passant par celle du vent sur son visage, vous vivrez avec elle l’expérience du vélo avec un grand E. Et, si vous hésitez encore à vous y mettre, attendez d’avoir lu ce très beau témoignage…


Oui à 7 ans, j’avais la trouille et pas d’équilibre: mon grand-père devait se mettre sur la selle et moi sur le porte bagage!
Heureusement depuis, j’ai fais des progrès: ma première vraie sortie fut en Bretagne, 3jours de vélos à 85km/j. Épuisant mais exaltant, avec cette impression de vivre une petite aventure juste chez moi et des rencontres incroyables.


Depuis 5 mois je l’utilise tous les jours 5 à 6h par jour. Le vélo est ma source de liberté, d’efforts, de défis, de découvertes et de rencontres.
Quand on passe autant de temps à parcourir le moindre kilomètre d’un pays, on développe une relation tout autre avec celui-ci et ses habitants. C’est comme l’avoir dans la peau. Le vélo me permet un voyage véritablement humain: rythme, vulnérabilité, sensations…


Mon plus beau souvenir: gravir un col pendant plusieurs heures, sentir la douleur et la fatigue musculaire, ne jamais en voir la fin et soudain me retrouver sur une falaise face à la mer adriatique et son chapelets d’ile croates, le soleil dans le visage, du bleu plein les yeux.
Mon plus grand défi en deux roues: je pourrai dire « atteindre Moscou entièrement à vélo », mais en fait cela se fait petit à petit, presque sans s’en rendre compte. Je choisirai donc ma première journée à plus de 100km. J’ai mis plus de 3 mois de vélo quotidien avant d’oser la tenter. J’avais peur de ne pas en être capable mais la limitation était surtout dans ma tête. On se met parfois de sacrées barrières psychologiques!
Heureusement pour moi, ce voyage me fait rencontrer des gens incroyables et humbles, forcément ça vous donne des ailes un jour ou l’autre…


Ma selle en cuir, je ne partirai jamais sans elle! J’ai mis 400 km à la faire environ, mais maintenant, on s’est adaptées l’une à l’autre.


Un conseil: ne réfléchissez pas, allez y! Peu importe les kilomètres, commencez tout doux, à votre rythme car c’est forcément le meilleur, tout le reste viendra petit à petit. Le corps et la tête ont besoin de temps pour s’adapter à l’exercice mais ils s’adaptent très bien, vous verrez!
Je dirai que le vélo permet véritablement de redonner de la vie à ses sens et de vivre l’instant présent. A vélo, vous sentirez la moindre inflexion du terrain, montées comme les descentes, le vent de face comme de dos. Un petit défi après l’autre et après quelques temps, vous sentirez toute l’énergie que vous pouvez déployer et vous vous sentirez vivante!



 Envie d’en découvrir plus? Découvrez Delphine sur son blog:  //www.cyclovent.eu
 Vous aussi vous êtes un(e) Bike addict? Contactez-nous et témoignez! 

pub

Commentaires (2)

  • Avatar

    Damien

    Bonjour,
    Est-ce que Delphine a un site internet ou un blog pour suivre ses aventures ?
    Bravo à cette baroudeuse 🙂
    Damien

    répondre

Ajouter un commentaire