TOP

Reportage journée sans voiture: le portrait d'Astrid

Reportage journée sans voiture: le portrait d'Astrid

Reportage journée sans voiture: le portrait d'Astrid

pub

6 questions posées à Astrid suite à la journée sans voiture: pour cette bruxelloise passionnée, pas question de se déplacer autrement qu’à vélo. 
« C’est un effort de changer d’habitude. Tenez, vous me forceriez à prendre une voiture pour me déplacer, cela m’embêterait vraiment beaucoup. »
Astrid aime le vélo dans sa vie de tous les jours. Elle pédale pour aller au boulot, faire ses courses et aller à ses rendez-vous.
Et quand elle a du temps libre, elle s’échappe en rando à vélo…rien que pour le bonheur de pédaler en roue libre!

Partis sous une fine pluie, mais pas découragés du tout, nous avons visité Val Duchesse, ouvert spécialement pour la Journée du Patrimoine à Bruxelles.

Puis, pour faire bonne mesure, le Pavillon des Passions Humaines (Victor Horta /Jef Lambeau). Les avenues étaient si calmes…

Le vélo, c’est mon unique moyen de transport: je l’utilise pour le boulot, mes courses, mes visites et rendez-vous, même quand c’est de l’autre côté de la ville!
Le vélo c’est zéro stress, pas de soucis de parking et 1 trajet vaut 1 bonne ballade à l’air libre.
 

C’est un effort de changer d’habitude. Tenez, vous me forceriez à prendre une voiture pour me déplacer, cela m’embêterait vraiment beaucoup.
Pour commencer à pédaler, il faut un bon vélo (moderne, de préférence) et un très TRÈS bon cadenas. Ensuite, il suffit d’étudier un peu les trajets, en privilégiant les rues calmes et un relief doux.
Si on n’est pas sûre de soi, pourquoi ne pas s’offrir les services d’un coach? Je ne m’y suis jamais essayée mais c’est très utile, paraît-t-il.
 

Ouh là non, c’est beaucoup trop ancien!

Le Bruxellles-Francfort pour MekongPlus (Raid Bruxelles-Saigon) ce printemps!
Partir un matin de printemps vers l’inconnu (en gros vers l’est); de temps en temps, déplier la carte et choisir le trajet pour les 20 prochains kms; trouver à manger puis à dormir; découvrir les paysages de son propre pays par les petits chemins, les fonds de jardin, les vallées cachées…
En bref: se sentir libre de sa route. Ça, c’était vraiment une expérience au top!
 

À vélo, au quotidien, mon principal gri-gri, c’est une cape de pluie (très rarement dépliée).
En rando, j’ajoute une chambre à air, une pompe, du matériel de réparation et, au guidon, mon cabas où retrouver facilement, lunettes de soleil, gsm et appareil de photo.


 Vous aussi vous êtes un(e) Bike addict? Contactez-nous et témoignez! 

pub

Ajouter un commentaire