TOP

Raphaële, maman bikeuse et vélotaffeuse

Raphaële, maman bikeuse et vélotaffeuse

Raphaële, maman bikeuse et vélotaffeuse

pub

Le mode de vie de Raphaële, c’est vélo-boulot-dodo… et petiots! Voici le portrait de cette vélotaffeuse qui initie ses enfants à l’usage du deux-roues.

« Le vélo, c’est aussi l’occasion d’apprendre aux enfants les bonnes pratiques de la route, pour qu’ils soient vigilants et responsables. »
Pour Raphaële, le vélo est une passion. Elle s’en sert comme moyen de locomotion pour se rendre au boulot et ne loupe pas l’occasion de sensibiliser ses enfants à la pratique du vélo. Découvrez son portrait!


Oui, une très belle balade en famille, à la campagne, avec pleins de cousins. J’étais sur le porte bagage de mon père, j’avais 5 ans. A l’époque on ne mettait que rarement des sièges-enfants.
Dans une très grosse descente, je me rappelle avoir encouragé mon père : « Plus vite Papa, plus vite Papa !« . Mes jambes balançaient au rythme de mes incantations… Jusqu’au moment où mon pied droit a été happé dans la roue arrière. On a volé dans le fossé. Mon père s’en est sorti avec une côte et une dent cassée, plus quelques bleus et pour ma part j’ai eu seulement une dent de lait arrachée. Ca reste malgré tout un bon souvenir !


Je circule à vélo tous les jours, toute l’année y compris pour aller au boulot. Mon trajet pour aller au travail dure environ 25 minutes (matin et soir), ça me donne le temps de penser. J’observe autour de moi, j’apprécie un paysage, je savoure un rayon de soleil… De temps en temps, je m’autorise une (courte) pause pour faire une photo ou papoter avec des connaissances : c’est facile de poser un pied à terre à vélo.
À vélo, j’ai un sentiment de liberté, je ne prends jamais le même chemin, je me laisse guider par l’envie ou par le passage d’un feu au vert.
À mon arrivée au travail, je suis bien alerte, en pleine forme, c’est motivant pour la journée.
Revers de la médaille : une petite douche forcée de temps en temps…


J’aime beaucoup accompagner mes enfants à leurs activités sportives, j’organise mon planning en conséquence. Pour un enfant, aller à la danse, à la patinoire, à la piscine, ce n’est pas forcément y être déposé en voiture.
Quand nous allons à vélo à leurs leçons : c’est 3 à 4 km aller, idem au retour, on y va tranquillement, sans forcer, mais autant dire que mes enfants sont bien échauffés en arrivant.
Ce sont des moments précieux de partage. C’est aussi l’occasion de leur apprendre les bonnes pratiques de la route, pour qu’ils soient vigilants et responsables. À Tours, on a la chance d’être privilégiés en voies cyclables, on en profite.


Un accessoire ou un vêtement Tumavu pour être bien vu et se protéger de la pluie 😉


C’est économique. C’est écologique. C’est dynamique.
Il est intéressant de changer sa façon de voir les choses. Personnellement, je trouve plus de satisfaction que d’inconvénients à circuler à vélo. Au début, je dois reconnaître qu’il me fallait beaucoup de motivation, mais c’est comme arrêter de fumer, c’est dur au début.
Les déplacements à vélo sont l’occasion pour moi de pratiquer une activité physique quotidienne, car je n’ai pas le temps de faire du sport. Les bénéfices sur ma forme sont réels : je suis moins malade qu’avant, je suis plus résistante au froid et au chaud, car je suis en harmonie avec les saisons, je ne les subis plus. Avant l’hiver m’agressait, c’était une épreuve de sortir, ce n’est plus le cas. Il suffit d’être bien couvert.



Retrouvez Raphaële sur Instagram!
Vous aussi vous êtes un(e) Bike addict? Contactez-nous et témoignez!

pub

Ajouter un commentaire