TOP

Laura, une vraie cyclonomade dans l'âme

Laura, une vraie cyclonomade dans l'âme

Laura, une vraie cyclonomade dans l'âme

pub

Comme toute cyclonomade qui se respecte, Laura est sur son vélo dès que possible. Aujourd’hui, elle nous parle de ses premiers voyages et projets de vie.

« Partir seule est une expérience unique et enrichissante. Je le conseille à toutes les peureuses! »
Laura est une vraie cyclonomade dans l’âme. C’est sur un coup de tête qu’elle s’est un jour lancée dans le voyage à vélo. Une vraie révélation qui l’a aidé à se débarrasser de ses peurs et prendre confiance en soi. Aujourd’hui, le vélo est au centre de sa vie.


J’ai commencé à vraiment utiliser le vélo pour voyager. Aujourd’hui, je m’en sers à chaque fois que c’est possible. Je vais bientôt déménager et mes critères de sélection sont d’être proche du travail et d’un supermarché afin de ne pas avoir besoin de prendre la voiture, sauf exception. On est tellement mieux le nez au vent.


En 2009, face à une vie ennuyeuse et un avenir déprimant, j’ai craqué…  J’ai répondu à une annonce sur internet pour partir en voyage avec un inconnu. Je voulais voyager, il voulait voyager à vélo. Alors j’ai acheté un vélo et je l’ai suivi. On a parcouru la Loire de St-Nazaire à Orléans.
Pour la première fois de ma vie, j’ai fait du sport volontairement et en plus j’ai aimé ça. J’ai découvert que j’étais capable de parcourir 70 km très facilement. Moi qui suis peureuse, j’ai osé partir avec un inconnu qui en plus est devenu mon compagnon de vie pendant 4 ans. Et surtout, j’ai enfin commencé à explorer et connaître véritablement la France. Que du bonheur! Maintenant je ne veux plus m’arrêter, je souhaite même travailler dans le milieu du vélo.


Avec mon ancien compagnon (celui de la Loire à vélo), nous étions partis parcourir le continent américain de Québec jusqu’à Ushuaïa. Malheureusement, ça s’est mal passé et nous avons rompu en cours de route, sur une plage paradisiaque du Mexique. Qu’à cela ne tienne, j’ai pris l’avion pour Ushuaïa afin de toucher à mon but, et je suis remonté jusqu’à Santiago seule ou presque, afin de rejoindre des amis. Et si pédaler était difficile, que j’ai beaucoup fait de stop, que j’ai été malade… Ces quelques mois en solitaire m’ont apporté beaucoup et m’ont permis de prendre confiance en moi. J’ai même pu rencontrer mon nouvel amoureux, et aujourd’hui mari! Partir seule est une expérience unique et enrichissante. Je le conseille à toutes les peureuses!


Mon dromadary bag pour une bonne douche chaque soir (actuellement je voyage sans et je le regrette). Mon compteur, car on ne sait jamais peut-être qu’un jour j’irai enfin plus vite.


Se préparer oui, mais il faut aussi éviter de réfléchir sinon on ne se lance jamais. Il ne faut JAMAIS tenir compte des commentaires de tous les autres qui ne comprennent pas et qui ont peur pour vous. Puis une fois sur la route, c’est facile!



Vous aussi vous êtes un(e) Bike addict? Contactez-nous et témoignez!

pub

Commentaires (1)

Ajouter un commentaire