France féminin

Maryse CHAPELAND-LATALLERIE: ex-sportive de Haut Niveau (Equipe de France cycliste avec participation au Tour de France Féminin en 1987 (juste avant les hommes!)), Je suis restée accro au vélo avec une pratique sportive et touristique depuis 45 ans!

En 1987, le cyclisme féminin ne plaisait pas toujours, et on le faisait savoir ouvertement d’ailleurs. D’une violence inacceptable aujourd’hui. Petit à petit, les mentalités évoluent. Même si l’équité dans le sport n’est pas atteinte, même si les discriminations dans la vie sont encore bien présentes aujourd’hui.

Retour sur image INA de 1987

Le site INA est lent. Gardez patience pour visionner le documentaire.

Mon meilleur souvenir à vélo ?

Peut-être celui où j’ai donné mes premiers coups de pédales dans l’enfance avec ma sœur; nous avions un vélo pour deux. Elle me prenait sur le porte-bagages dans les descentes et moi je la prenais dans les montées avec cette sensation d’être maître de guider ma route!!!…

Et il y a aussi les souvenirs des premières grandes sorties en solo à l’adolescence avec cette liberté de rouler au bon me semble, le nez au vent, avec les difficultés à surmonter et la joie profonde de savoir se dépasser…

Mais le souvenir le plus magique c’est sans nul doute le Tour de France Féminin en 1987. Nous passions quelques heures avant les hommes, sur une partie de leur parcours. Encouragée par une foule dense, surtout dans les grands cols, cela me donner une certaine allégresse pour pédaler avec une sensation particulière de vivre comme dans un rêve quelque chose d’hors du commun, dans les roues de la Grande Jeannie Longo.

J’ai réalisé il y a quelques années la distance Bordeaux-Paris (600km) en 27h non stop… En 2016, j’ai relié en quasi-autonomie (sauf pour l’hébergement), avec sacoches et en solo, Brest à Nice. Soit 1522 km en 10 jours avec près de 20000m de dénivelés positifs. J’ai réalisé un carnet de voyage qui reprend chaque étape et le tracé global. Toujours en 2016, j’ai fait Strasbourg-Biarritz à vélo avec une amie (ancienne sportive de haut niveau avec JO d’Alberville et de Lillehammer), soit 1364km en 9 jours d’amitié partagée. Un carnet de voyage retrace notre périple.

Je ne pars jamais à vélo sans …une motivation profonde et sans l’envie de me retrouver avec moi-même… ou avec d’autres « fadas  » de vélo! J’emmène toujours de quoi réparer une crevaison, mon compteur, mes barres de céréales et une petite pochette m’identifiant avec quelques informations (Groupe sanguin, photocopie carte d’identité – de Sécurité sociale – mutuelle..) et des consignes en cas d’urgence. Je prends toujours mon casque et prévois mon itinéraire avec la durée approximative du temps passé sur le vélo.

La principale hésitation est souvent liée aux dangers de la route mais il y a tant de petites routes oubliées. Le risque zéro n’existe pas, il faut juste penser son itinéraire avant pour limiter les zones à risques (Grands axes de circulation). Si on débute, le plus important est de prévoir un retour le plus facile possible (plat ou descente) et de prévoir un circuit qui permette de raccourcir si besoin la sortie. Faire quelques séances de home-trainer, 2 fois par semaine sur 30 minutes. Cela permet de se « faire la selle » avant la première sortie sur la route. Une selle évidée en son centre permet de réduire considérablement les appuis sensibles. Le port d’un cuissard spécifique vélo porté directement sur la peau est indispensable pour une première sortie .

ET ON MOULINE!

Vous aussi vous êtes un(e) Bike addict? Contactez-nous et témoignez!


2 commentaires à propos de “Elle a fait le Tour de France Féminin en 1987. Découvrez son portrait!”

  1. AMBLARD dit :

    Quel bonheur et que de souvenirs ensemble en équipe d’Auvergne sur les courses par étapes où nous poussions la chansonnette lors des transferts en voiture.
    Bises
    Christelle AMBLARD

  2. Margriet dit :

    J’ai eu de la chance aujourd’hui de faire une montée avec Maryse ! C’était un vrai plaisir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.