TOP

Test du masque anti-pollution WAIR à travers l'Amérique du Nord à vélo

masque anti-pollution vélo

Test du masque anti-pollution WAIR à travers l'Amérique du Nord à vélo

pub

J’ai donc testé le masque Wair lors de mon voyage à vélo de 4000 km à travers l’Amérique du Nord, et voici mon retour sur ce petit accessoire qui donne une autre dimension au vélo urbain. Bien à vélo !

Entre les routes trop embouteillées et les pics de pollution, voilà un bon moment que je fantasmais sur un masque anti-pollution pour accompagner mes sorties à vélo.

Prise en main du masque anti-pollution Wair

Facile d’utilisation, on n’a pas vraiment besoin du mode d’emploi pour comprendre comment l’assemblage se fait. Le tour de cou est agréable à porter et existe en plusieurs modèles et couleurs.
Note simple : gardez en tête que porter un masque n’est pas au gout de tout le monde. Cela apporte une certaine gêne respiratoire puisque la bouche et le nez sont légèrement obstrués. Mais ce sera le cas avec n’importe quel masque anti-pollution. Il ne faudra donc pas juger le masque dès les premières minutes sur votre nez, mais après plusieurs essais.

test de produit - masque anti-pollution - vélo urbain - la cyclonomade - elles font du vélo

Vue du masque sans le tour de cou

3 points positifs du masque anti-pollution Wair

  • Mon point le plus favorable est l’application Wair qui permet de connaître la qualité de l’air en temps réel. L’application utilise la géolocalisation et explique en détails ce qui nuit à la qualité de l’air : présence de particules fines, etc.
    Cela permet à la fois d’être informée sur notre environnement et de savoir quand il peut être utile (voir indispensable) de porter un masque.
  • Le masque Wair est de bonne qualité, solide et il se déclipse afin de pouvoir changer les filtres. Une idée qui permet d’être à la fois bien protégée et de limiter les déchets.
  • Mettre en duo un masque anti-pollution et un tour de cour est une bonne idée. Disons que porter un masque anti-pollution n’est pas ce qu’il y a de plus fashion pour le moment. Et, en toute sincérité, si c’est utile aujourd’hui d’en porter un, j’espère que l’environnement ne se dégradera pas assez pour que cela devienne un environnement à la mode

3 points négatifs du masque anti-pollution Wair

  • Les contours du masque sont en silicone (ou matière similaire). Ainsi je transpirais rapidement lorsque je le portais. Ce qui n’est pas des plus agréable. Ainsi je le porte aussi par intermittences lorsque je le mets sur de longues distances.
  • Le masque est plutôt gros. Ainsi si on souhaite l’enlever et le remettre, il gêne un peu au niveau du cou. Mais sans que cela soit inconfortable non plus.
  • Pensez à vous brosser les dents avant de porter le masque! Conseil d’amie 😉

Le masque est idéal pour des courts trajets comme un itinéraire vélo-boulot en ville ou le long de routes avec un fort trafic. Mais aussi utile pour les allergies et tout autre problème respiratoire. C’est un masque que je suis heureuse d’avoir et que j’ai hâte de tester durant l’hiver canadien.
Avez-vous déjà eu envie ou utilisé un masque anti-pollution ? Partagez votre expérience en laissant un commentaire.

test de produit - masque anti-pollution - vélo urbain - la cyclonomade - elles font du vélo

Un masque anti-pollution est plus que pertinent aussi en campagne lorsque l’on passe à côté de fermes durant une période de traitement


 
 

pub

Commentaires (1)

  • Avatar

    Pieravélo

    Bonjour,
    J’ai reçu cet article sur la même lettre que l’article « Mes 7 bonnes raisons de se déplacer à vélo en ville » où on peut lire : « Entre les infrastructures qui permettent de prendre des routes secondaires et l’espace de vie ouvert offert par le vélo, il a été prouvé par plusieurs études que les cyclistes sont moins touchés par la pollution. ». Cet article sur le masque et la pollution jette un doute sur le précédent, alors que :
    – En effet, à vélo, on respire un air moins pollué qu’en voiture ou qu’en transport en commun, y compris en Ile de France, malgré les nombreux pics de pollution.
    – Aucun masque ne semble retenir les particules fines émises par la pollution automobile et dont on pourrait en effet vouloir se protéger.
    Il serait donc utile de vous renseigner sur l’effet filtrant de ces masques. Avant de savoir s’ils sont agréables à porter, il me semble important de savoir s’ils apportent quelque chose à notre santé, ce qui n’est pas du tout évoqué ici.
    Ce qui est sûr, c’est que le fait de voir des cyclistes masqués, cela dissuade les non cyclistes de se mettre au vélo car cela véhicule l’idée qu’on est plus exposé à la pollution quand on est à vélo ! Ce qui va aussi à l’encontre du message de l’article « Mes 7 bonnes raison… » !
    Au plaisir de lire donc un nouvel article sur l’effet filtrant de ces masques et l’utilité d’en porter…
    Bonne journée
    Pierre

    répondre

Ajouter un commentaire