TOP

Interview de Fran Bambust

Interview de Fran Bambust

Voici un article de Monica Schlange, paru le 19 septembre 2018 sur ZwiftInsider, que j’ai traduit de l’Anglais US pour vous, avec son aimable autorisation.


Je l’ai adoré et je souhaitais le partager avec toutes nos lectrices non anglophones.

Monica nous y fait découvrir une zwifteuse étonnante, atteinte d’un handicap…
Voici l’interview passionnante de cette créatrice pétillante, et de l’aperçu de certaines de ses créations en rapport avec Zwift.

Article original: https://zwiftinsider.com/interview-with-fran-bambust/


Récemment, alors que je vaquais à mes occupations, j’ai reçu un message de Theia Friestedt du célèbre « Endurance Lab ». Elle me disait que je DEVAIS absolument voir les publications d’une des filles qui participaient à la Zwift Academy (1).
Je me suis renseignée, et j’ai su immédiatement qu’il fallait la faire connaitre à la communauté Zwift entière.
J’ai donc organisé une interview par mail, mais son originalité et son caractère surprenant étant si attachants, j’ai donc préféré la laisser vous raconter son histoire elle-même.

Je vous présente Fran Bambust.

—oOo—

J’envisage de déménager à Watopia, peut-être dans une location du village italien ou louer l’hydravion Spruce Goose si c’est possible.
Je pourrais travailler à partir de là, en me connectant de temps en temps au monde réel si nécessaire.

Je vis actuellement à Breda, aux Pays-Bas, avec mes deux petits robots, R2D2 et BB-8.
Je suis Belge de naissance et je travaille principalement pour des clients belges.
J’ai débuté comme rédactrice au début des années 90, puis j’ai réalisé des émissions de télévision, écrit des livres pour enfants, développé des expositions, créé un modèle de changement de comportement utilisé par le gouvernement belge, travaillé dans une usine, conseillé ce même gouvernement et des communes sur différents sujets, été porte-parole des droits des LGBT, été rédactrice en chef de plusieurs magazines… et forcément je suis constamment entourée d’écrans d’ordinateurs.
En fait, j’adore les écrans d’ordinateurs.

Pourtant, je sais que je dois faire bouger ce corps.
Il ressemble plus à un morceau de bidoche avec quelques os qui émergent, et comme j’ai vraiment besoin de me rendre chez les vivants, je dois en prendre soin de temps en temps.
Je ne suis pas sportive. Déjà toute petite, le sport me rebutait. J’étais maladroite, rapidement essoufflée, en surpoids, et j’ai des problèmes de perception de la profondeur de champ. Alors ne me jetez la pierre.
La seule activité qui me plaisait, c’était d’être sur un vélo. Non pas que je roulais vite. Je ne pouvais pas. Je ne peux toujours pas. Mais je savais que c’était fun.

A 35 ans, je me suis acheté un vélo de course. Un Kuota Kharma.
Je n’avais aucune idée si c’est un bon vélo ou un mulet. J’aimais la couleur.
Et puis j’ai commencé à faire du vélo.
Et j’ai continué à faire du vélo.
J’ai fait le Tour des Flandres dix fois – attention, la version courte – et je prenais mon temps. J’ai même commencé à grimper. Au sommet des Alpes, jusqu’au Tourmalet. Et bien sûr, j’en suis redescendue.
Avoir des problèmes de perception de la profondeur de champ, c’est vraiment la poisse, même à vélo. Je ne le souhaite à personne. Vous avez la sensation irrépressible que vous allez heurter des choses, des gens et être précipitée contre les falaises.
Après m’être éclatée sur le sol une fois de trop, j’ai décidé d’arrêter le vélo sous toutes ses formes. Je semble avoir un instinct d’auto-préservation.

Alors que j’envisageais de revendre mon fidèle Kharma, j’ai découvert Zwift.
Un monde virtuel?
Où tu peux faire du vélo sans chute?
Où il n’y aucune moquerie parce que tu es lente ou que tu es bizarre?
Cela ressemblait à un endroit sympathique.
J’y ai débarqué l’année dernière, mais ça n’a pas collé. Je suppose que j’avais la tête dans le guidon.
J’ai de nouveau essayé cette année pendant le Tour de France, et je m’obligeais à pédaler lorsque les pros attaquaient les 40 derniers kilomètres de l’étape. Et c’est comme ça que j’y ai pris goût. J’ai commencé à aimer m’amuser et à aimer souffrir.
Et je ne suis plus tombée.
Oui, je sais comment tomber de mon Tacx (2). Au début, quand je redescendais d’un sommet de Zwift ou si un zwifteur s’approchait trop près de moi, je paniquais et je me retrouvais brutalement par terre.
Mais vers la fin du Tour, j’ai fini par m’y habituer… et j’ai adoré.
J’ai adoré les paysages, les circuits, la transpiration, le rythme cardio soutenu… et la perte de poids.
Mais que pourrais-je bien faire maintenant que le Tour a couronné le Gallois (3)?

Zwift Academy à la rescousse! J’ai sauté de joie quand j’ai vu l’annonce.
Il y avait donc une académie! Avec des challenges! Des entrainements! Des rides en groupes! Même des courses!
Je pourrais être une véritable coureuse! Génial!
J’ai commencé à m’imaginer en Marianne Vos, Annemiek Van Vleuten et Anna van der Breggen, toutes en une, poids et âges cumulés.

Et c’était fun. Ça brulait comme le feu de l’Enfer, mais c’était que du bonheur.
J’ai adoré.
Et le plus fantastique, c’était toutes ces filles qui scandaient: Ride On. Je ne suis pas une sentimentale, mais je dois admettre que c’était émouvant.
Une pro, Leah Thorvilson, prenait même le temps de répondre à nos questions, nous donnait des conseils et nous encourageait.
C’était un monde nouveau et je l’adorais.
Et je maigrissais. Je n’avais pas maigri depuis des lustres.

C’est ainsi que j’ai commencé à partager ma joie, mon étonnement et ma merveilleuse expérience, mais à ma manière: par des mots et des dessins rigolos.
De cette façon, je voulais rendre quelque chose à toutes ces personnes qui m’ont tant donné, y ajouter mon ressenti.
Pour les lentes comme moi, ce n’est pas pour le premier prix ou le tour le plus rapide, c’est pour le merveilleux.
Watopia est un endroit merveilleux et une sensation merveilleuse, où quelqu’un de stupide comme moi peut se sentir comme une super-héroïne sur deux roues.
Watopia a été ma destination de vacances, un endroit où j’ai réalisé plusieurs rêves.
J’en parle à toutes les personnes que je rencontre.
J’y fais même allusion dans un discours que je dois prononcer à des fonctionnaires du gouvernement flamand.
C’est en train de me changer. Je suis en train de devenir une meilleure personne.
J’en suis même à penser que je serais mieux à vélo en étant plus affutée.
Je vais tenter les autres plans d’entrainements… et puis je partirai à Watopia.
Mes bagages sont prêts.

Les créations de Fran

J’ai créé celle-ci suite à une question sur le groupe FB, sur ce qui nous resterait comme souvenir après la ZA.
[Traduction: « Ce que nous retiendrons le plus à propos de la Zwift Academy, sont les souvenirs que nous avons construits avec nos nouvelles amies »]

Zwift ne fait pas seulement des miracles sur mon corps, il a aussi enrichi mon vocabulaire. ERG, FTP, ANT+, Kickr, Tacx… et merci à Theia Friestedt, qui a réinventé l’acronyme WTF, en fait je sais ce que ça veut dire désormais!
[WTF est un acronyme d’un expression grossière commune dans le langage anglo-saxon. Mais, pour Zwift, c’est devenu l’acronyme de Water-Eau/Towel-Serviette/Fan-Ventilateur]

J’ai deux petits robots qui me tiennent compagnie. Ici une photo d’eux regardant Zwift.

Gravir le Lutscher, en agonisant sur la selle, ne pouvait me faire penser qu’à une chose: “La meurtrière de Zwift est de retour, tuant tous les débutants sur son passage…
Quel parcours diabolique va-t-elle encore utiliser pour tous les massacrer? L’inspectrice Thorvilson pourra-t-elle arrêter la tueuse?”
J’ai choisi Leah comme enquêteuse, car elle était toujours là pour aider les personnes ayant des problèmes de connexion ou techniques.
Je revoie celle qui grimpait le Lutscher pour la première fois. J’étais si contente d’avoir survécu aux autres montées de Zwift, mais l’équipe a ajouté une nouvelle tueuse au programme.
[Traduction de la couverture: « Une enquête policière de l’inspectrice Thorvilson / de S. Canyon / Les parcours assassins, la meurtrière de Zwift est de retour » ]

“Les gens me demandaient continuellement où j’avais passé mes vacances. Alors j’ai envoyé une carte postale.”
Il y a des détails amusants, comme le bidon-chat sur le vélo. Une participante de la ZA avait partagé la photo de son bidon-chat sur le groupe FB.
[Traduction: Bonjour de Watopia]

“Rapidement, j’ai eu le sentiment que Zwift pouvait modifier l’existence de quelqu’un… Exit l’ancienne Fran (téléspectatrice passive), bonjour la nouvelle Fran (à Watopia)…”.
Le gâteau dans la main de la Fran inactive, fait référence à nos nombreuses discussions sur les gâteaux dans le groupe Facebook de la Zwift Academy.


Notes:

[1] Zwift Academy, ZA, voir dans le Dico-Zwift
[2] Tacx, fabricant de home-trainer
[3] Gagnant du TDF 2018, Geraint Thomas

La page Facebook de Fran: https://www.facebook.com/fbambust
Le compte Instagram de Fran: https://www.instagram.com/fatatookay/

pub

Ajouter un commentaire