TOP

Troisième étape de notre diagonale Dunkerque Menton à vélo

diagonale Dunkerque Menton

Troisième étape de notre diagonale Dunkerque Menton à vélo

Découvrez le récit de notre 3ième étape de la diagonale Dunkerque Menton à vélo en couple. Ce n’était pas une étape facile de notre diagonale de France.

 

Relisez notre seconde étape de 290 km réalisée la veille.  Pour rappel, notre diagonale Dunkerque Menton à vélo doit se boucler en maximum 100h pour parcourir une distance totale de 1190 km.

Diagonale Dunkerque Menton : troisième étape

Château-Gaillard – Sisteron, soit 255 km

Dès la sonnerie du réveil à 4h15, je sais que la journée de cette diagonale Dunkerque Menton ne va pas être facile… Pourtant, il va bien falloir grimper si je veux arriver à Menton… Il va bien falloir accepter de ne pas rouler vite… J’ai un toujours un problème avec les montées dans ma tête… Je stresse d’avance de ne pas rouler vite, d’être à la traine, qu’on m’attende… Ce n’est pas le fait de peiner qui me dérange, c’est vraiment le fait de pas rouler vite… Pourtant, à chaque fois que je suis allée pédaler en montagne, je n’ai jamais renoncé, je n’ai jamais fait demi-tour… Allez Sev, haut les cœurs !! La journée s’annonce magnifique, il faut y aller.

Tout d’abord direction le petit dej. La veille au soir, le réceptionniste nous avait dit qu’il y aurait moyen de s’arranger… Effectivement, le buffet est ouvert à 4h45 mais le gentil garçon a un peu oublié de prévenir son collègue… Nous ne demandions pas grand-chose, juste une bonne tasse de chocolat et un verre de jus d’orange, ayant pris nos réserves de pains au chocolat la veille.

Après quelques minutes de tergiversation avec le gardien de nuit, nous obtenons notre lait tant convoité. Chéri est plus diplomate que moi et après discussion à propos de notre voyage, nous repartons même avec un petit sac de victuailles. Le gars a eu pitié de moi et de mon problème de salivage. Il nous a offert compotes et yaourts. Un saint homme !!

Avec tout cela, il est déjà 5h15 lorsque nous enfourchons nos bicyclettes. 1er cafouillage dès la sortie de l’hôtel, le GPS est complètement perdu à cause d’une petite séparation en béton au milieu de la route. 1 fois, 2 fois, nous finissons par enjamber la bordure pour récupérer notre parcours juste en face. La journée commence bien, on s’embrouille dès le départ… Du coup, les 1ers km se font en silence et sur route mouillée… L’orage est passé par là mais fort heureusement avant nous.

diagonale Dunkerque Menton pancarte

Nous nous arrêtons brièvement à Serrières de Briord – km 24 pour effectuer un pointage photo et en profitons pour prendre un peu d’avance sur notre planning. Le lever du jour est magnifique. Il n’y a pas à faire, c’est autre chose que la plaine de chez nous ! Autre pause 25 km plus loin pour immortaliser notre passage dans la commune de St Didier. Avec un nom pareil, la photo s’imposait d’elle-même!!

Nous décidons ensuite de vraiment nous arrêter pour manger à St Genix sur Guiers, juste avant que la route ne prenne de la hauteur… Au croisement, je ne sais pas ce que Didier fabrique avec son vélo mais il se retrouve à terre. C’est rare que ce genre de mésaventure ne lui arrive ! Bref, nous trouvons un endroit à priori calme pour nous restaurer un peu. Il est 8h30, mon petit déjeuner est digéré. Je réussis à avaler une compote et un yaourt. Je suis heureuse.

Je m’enfonce tranquillement dans le chemin pour me remettre dans la crème. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque j’ai vu défiler un à un les habitants de la maison d’en face qui avaient l’air rudement intéressés par ce que j’étais en train de faire. Et me voilà à 8h30 en pleine explication auprès d’un monsieur que je ne faisais rien de mal et que j’étais juste en train de prendre soin de mon arrière train. « Et pourquoi êtes-vous là ? Pourquoi dans mon chemin ? Pourquoi à proximité de chez moi ?» « Bon ça va, on ne va discuter le bout de gras pendant des heures !! Vous voulez me prendre en photo aussi ? ». Quelle idée j’ai eu de m’installer dans un chemin habité. Je devais déjà avoir la tête dans les montagnes…

 

diagonale Dunkerque Menton pancarte

Cette fois-ci, on y est… Le GPS annonce 7 km de montée. La pente est régulière mais nous sommes toujours à un pourcentage de 6-7. Chéri file devant et je monte à mon rythme. Il m’attend de temps en temps, histoire de ne pas trop prendre d’avance. Globalement, je monte bien. Je ne m’énerve pas et j’essaye de faire abstraction de cette satanée montre…

diagonale Dunkerque Menton pancarte

La route est très sympa. Nous sommes quasiment seuls, ce qui ne gâche rien. Juste après le sommet, la boulangerie de Miribel les Echelles fait notre bonheur pour remplir les bidons. Il fait déjà chaud et il n’est que 10h15…

Derrière, le col de la Placette se monte tout seul. Nous sommes en haut à 11h25. Je me régale dans la descente qui nous emmène sur Voreppe. A l’entrée du bourg, petit coup d’émotion. Cette pancarte nous ramène en 2014 lorsque Chéri avait fait le Dauphiné Gratiné avec des copains. C’était au temps, où je ne faisais pas encore beaucoup de vélo… C’est à partir de là que nous devons prendre la piste cyclable puis la voie verte pour traverser la banlieue grenobloise. La trace est bien entrée dans le GPS mais je ne peux m’empêcher d’être anxieuse… Je briefe Chéri à plusieurs reprises pour qu’il soit attentif et qu’on ne se retrouve pas planté au milieu de la circulation. Contrairement à mes craintes, tout se passe bien à 2-3 jardinages près… L’un comme l’autre, en agglomération, nous avons tendance à ne pas assez grossir l’échelle sur notre écran et à ne pas bien visualiser la direction qu’il faut prendre sur les gros carrefours. A part cela, tout se passe bien jusqu’au moment où, alors que nous pédalions tranquillement sur la piste, un cycliste lancé à vive allure me double par la droite et ne manque de s’encastrer dans la sacoche de Didier en voulant zigzaguer entre nous… Non mais, je n’y crois pas, nous n’avons eu aucun problème avec les voitures en 800 bornes et c’est un vélo qui a failli nous envoyer valser ! Il n’est pas resté longtemps à nos côtés mais il a certainement eu le temps d’entendre les noms d’oiseaux que je prononçais. Didier, surpris, met un peu de temps à réagir. Le voilà, soudainement, qui se met à accélérer, ne m’écoutant pas quand je lui dis que cela ne sert à rien de s’énerver… Il se lance à la poursuite du gars plutôt typé coursier alors que lui est chargé comme une mule. Je n’ai qu’une peur c’est qu’il rattrape ce pauvre type et qu’il s’embrouille avec… Les quelques minutes (peut-être 5) où nous sommes séparés me paraissent une éternité. Retour au calme lorsque notre trace bascule sur la droite pour attraper la voie verte. Ouf, nous pouvons reprendre une activité normale !!

diagonale de France à vélo Dunkerque Menton

La traversée de Grenoble jusqu’à Pont de Claix se fait agréablement le long du Drac et nous nous installons au restau à 13h. Nous avons envie de manger rapidement mais l’établissement affiche quasi complet. Tant pis, nous investissons tout de même les lieux car j’ai envie de steak tartare. Le serveur nous promet de faire vite. Rupture de tartare, c’est le drame. J’opte du coup pour un carpaccio et de belles frites maison. Notre envie de manger vite disparaît avec l’arrivée de la carte des desserts. On ne se refait pas. Envolées les bonnes résolutions et tant pis pour notre demi-heure de retard pour cette étape, lors de la diagonale Dunkerque Menton !! La patronne nous offre même les cafés et fait de grands sourires au Chéri… Doucement Madame, il est avec moi !!

Il est un peu plus de 14h lorsque nous nous décidons à reprendre la route en direction du Col de Fau.

diagonale de France à vélo Dunkerque Menton

S’il y a une chose dont je me rappelle, c’est que je n’ai pas du tout aimé ce col… La chaleur est étouffante et la circulation intense. Je ne suis pas de tout à mon aise en ce début d’ascension. C’est la panique même. Je ne vois pas comment arriver au bout des 16 km de montée dans ces conditions…

Au bout d’à peine 3 km, me voilà déjà réfugiée à l’ombre d’un abribus, en larmes dans les bras de Chéri… Je le sens bien désarmé, et moi avec. Je n’avance pas, il fait excessivement chaud et je ne vois pas comment me sortir de cette ornière. Il me rassure comme il peut mais au fond de lui, il voit bien que l’après-midi va être longue. J’aurai besoin d’une dizaine de minutes pour me calmer et nous voilà repartis à l’assaut de ce qui me semble être un Everest. Didier reste avec moi pour me soutenir et sort ses muscles pour me pousser un peu. C’est à quasi le seul moment où j’ai eu besoin de lui lors de cette diagonale Dunkerque Menton mais sa présence à mes côtés me rassure.

La montée se fait en 2 étapes avec une pause à Monestier de Clermont. Je ne peux à nouveau plus rien avaler et j’ai le moral dans les chaussettes. Pourtant Chéri a fait tout ce qu’il a pouvait pour m’aider et est d’une patience d’ange. Avec le temps, il a appris à relativiser mes coups de blues.

A la boulangerie, rien de me fait envie… C’est très compliqué… L’espace d’un instant, je me vois m’arrêter là… Tout notre été me passe par la tête… Ai-je eu plus gros yeux que gros ventre ? N’en n’ai-je pas trop fait ? Après tout, n’est pas randonneur au long cours qui veut… Non, non, non, Sev pas de cela chez nous !! Je ne dis rien à Chéri, me ressaisis et me décide à essayer de manger. De toute façon, si je ne mange pas, je n’irai pas plus loin… J’ai du mettre 20 mn pour avaler une malheureuse tarte aux framboises… « Comment tu fais toi quand tu… ? » Non, ce n’est pas la peine de lui poser la question, de toute façon, il ne sait pas, il ne connaît pas !!! Une micro-sieste et quelques calories plus tard, il est temps de reprendre les vélos surtout que la pluie a fait son apparition. Il nous reste 2 bons kilomètres à gravir pour enfin voir le haut de ce maudit col… Nous passons le sommet sous l’orage. Nouvelles questions car je n’ai jamais fait de montagne sous la pluie. « Dis Chéri, comment tu fais pour descendre quand il pleut ? » Pour une fois, j’ai de la chance, il connaît ! Il commence à peine à me conseiller qu’une belle grange s’offre à nous. Ni 1 ni 2, nous nous mettons à l’abri.

diagonale de France à vélo Dunkerque Menton

De cet orage viendra mon salut. Je me suis endormie dans la roue d’un tracteur flambant neuf et les 20 minutes de sieste m’ont sauvé la mise. Lorsque nous repartons, je me sens une toute autre femme. Certes, nous avons presque 1h30 de retard sur le programme, certes je me demande comment nous allons faire pour arriver à Sisteron mais le moral et les bonnes sensations sont revenus…

diagonale de France à vélo Dunkerque Menton

Le col de la Croix Haute passe sans problème et les larmes de soulagement coulent au sommet ! Ouf, j’y suis. Il est 18h30 et le profil des 40 kms nous séparant de Serres nous est très favorable. Il n’y a pas à faire, le vélo en descente, c’est tout de même plus facile et les galères de l’après-midi sont oubliées.

Nous nous amusons d’une ligne de chemin de fer qui coupe sans cesse notre route. Un coup à gauche, un coup à droite. Cela ne doit faire rire que nous mais ce n’est pas grave. C’est ce que j’aime dans ce genre d’aventure : ces petits moments de délires, de complicité à 2.

Nous atteignons Serres – km 224 à 19h45. Nous avons quasiment comblé tout notre retard sur cette troisième étape de la diagonale Dunkerque Menton. Nous élisons domicile l’instant d’un repas dans une brasserie quasiment vide. Le serveur nous promet que nous pouvons manger vite. Cela tombe bien car nous savons ce que nous voulons. Une pièce de bœuf pour chéri et un steak tartare pour moi. Le tout accompagné d’une bonne crème brûlée… Royal. La serveuse est très avenante, ce qui ne gâche pas le plaisir de Didier qui ne manque jamais une occasion pour faire le joli cœur. Au moment de repartir, alors que nous expliquions notre périple, je me rends compte que nous n’avons pas prévu le petit dej du lendemain… Qu’à cela ne tienne, Didier demande à l’affriolante serveuse si elle n’aurait pas de quoi nous dépanner. 5 mn plus tard, nous repartons avec la sacoche pleine de pains au chocolat pour parcourir les 30 km qui nous séparent de notre hôtel.

A la sortie du bourg, plutôt que de continuer sur la D1075 sur laquelle nous roulions depuis Pont de Claix, j’avais repéré une petite route parallèle que j’avais jugée plus sécurisée au moment de bâtir l’itinéraire. Encore un raccourci à la Chérie !! La montée vers Laragne-Montéglin fut un peu plus difficile que sur la grande route mais elle aura le mérite de nous avoir laissé de bons souvenirs.

diagonale de France à vélo Dunkerque Menton

Didier d’abord qui s’est retrouvé nez à nez avec 3 furets complotant au milieu de la chaussée. Il les a reconnus, c’étaient les petites bêtes des furets.com !! Quel fou rire !! A peine calmé, qu’il aperçoit un chat, somnolant sur le bas côté ! Le pauvre ! Entre le cri et la course poursuite, il a du avoir la peur de sa vie !! Sacré Chéri mais que cela fait du bien de rire ainsi ! Nous pédalons de bon cœur et nous amusons de la montre. Nous allons être à l’heure à l’hôtel, nous allons être à l’heure à l’hôtel… Ce challenge n’engage que nous mais il a le don de nous motiver.

22h07 : comme à quasi chaque arrêt, j’envoie un sms à nos proches pour les informer de notre avancée et en l’occurrence de notre arrivée à Sisteron. Réponse de Cécile : Bravo, vous avez 2 mn d’avance !!

Oui, nous avons 2 mn d’avance sur notre planning de cette étape de diagonale Dunkerque Menton mais sincèrement, à Monestier de Clermont, je ne l’aurais pas parié… Quelle journée… Mais quelle satisfaction d’avoir trouvé la force d’aller au delà du découragement. Parce qu’au final, une fois la douche prise, c’est bien de découragement dont il est question. Je n’étais pas épuisée juste découragée et affolée par l’heure à laquelle nous risquions d’arriver à l’hôtel… C’est dans la tête que cela se passait et pas ailleurs…

Et vous lirez la fin de notre histoire, la 4ième étape de notre diagonale Dunkerque Menton à vélo, dans mon dernier article! Bien à vélo!

Ajouter un commentaire