TOP

Quand cessera le sport contre les femmes ?

Stop au sport contre les femmes

Quand cessera le sport contre les femmes ?

pub

Le sport est une loupe dans laquelle on peut regarder la société. Il reflète donc aussi la place des femmes. Or l’accès au sport en général — domaine machiste par excellence — demeure une vraie conquête, pour ne pas dire un combat au quotidien pour les femmes.

 

Que le sport reflète la place des femmes dans la société, c’est ce que précise par précaution Béatrice Barbusse, que nous avions déjà cité dans le mag, dans son ouvrage Du sexisme dans le sport. Mais les femmes elles-mêmes dénoncent aujourd’hui cette place, peu enviable, parfois, où on les cantonne. Vous n’aurez pas manqué, dernièrement, le témoignage de Clémentine Sarlat journaliste, sur sa déplorable expérience professionnelle à France Télévisions.

Inutile de dire et redire combien ce genre de révélations est inférieur aux expériences similaires, désastreuses, de nombreuses femmes dans le monde du sport, de tous les côtés. Dans la pratique, et tout autour. Et pourtant…

Un homme sur deux est une sportive, disais-je récemment dans ce mag, récupérant cet adage féministe pour relativiser les effets d’annonces selon lesquelles les femmes seraient plus nombreuses à pratiquer un sport que les hommes.  J’invitais à la précaution à la fois sur l’exactitude des chiffres (à qui on peut faire dire ce qu’on veut) et surtout au fait que la quantité ne fait pas la qualité. Or la qualité n’est pas au rendez-vous pour les pratiques sportives des femmes. Loin s’en faut.

C’est d’ailleurs ce qu’évoquent d’autres ouvrages parus ces dernières décennies sur la question du sport au féminin : Le sport contre les femmes, Les femmes dans le sport, Le sport contre les femmes, pour se convaincre que le sujet est brûlant (et traité enfin, on y reviendra).

Un autre exemple ? Le sport féminin : le sport, dernier bastion du sexisme »?, ouvrage sans concession, dans lequel Fabienne Broucaret, son autrice, dénonce : « Le sport est un milieu machiste, et ce sexisme prend aujourd’hui des formes plus insidieuses : dans les choix des pratiques, dans le peu de place que les médias (eux-mêmes très machistes) accordent au sport féminin, dans l’image glamour à laquelle on réduit trop souvent les championnes, dans l’inégalité des revenus entre sportifs et sportives, … ».

Le livre sur le sexisme dans le sport est en libre téléchargement jusqu’au 20/04/20. Merci Béatrice!

Cette expansion du sport féminin trouve donc sa source dans l’essor du sport « tout court » et des pratiques physiques. Mais cette évolution s’est accompagnée, depuis le XIXe siècle, de processus de distinction et de différenciation — pour ne pas dire ségrégation.

La culture sportive (comme pratique, institution, spectacle, lieu de sociabilité) soutient, historiquement et socialement, la construction de la masculinité. À l’instar de toutes les pratiques culturelles, ce domaine demeure aujourd’hui traversé par des inégalités sociales.  Catherine Louveau, Inégalité sur la ligne de départ : femmes, origines sociales et conquête du sport .

Et Catherine Louveau de préciser, dans son article, que, s’agissant des femmes, appartenance de sexe et appartenance sociale surdéterminent les (im)probabilités de pratique [sportive], les disciplines choisies, les lieux et finalités. Les rapports aux temps (de travail, de loisirs), les rapports au corps ainsi que leurs usages sont ici particulièrement différenciateurs. Certes, sa contribution date de 2006. Mais l’article des Sportives, près de 15 ans plus tard, ne constate rien d’autre : « Les femmes font face à des difficultés plus importantes que les hommes ». Parmi les obstacles évoqués : les moyens financiers, le manque d’infrastructures à proximité de leur domicile.

[ Encadré ]

Et Dieu sait qui créa la sportive, mais ce n’était pas Coubertin

En 1900, lors des Jeux olympiques de Paris, les femmes ont le droit de participer pour la première fois ; elles représentent alors 1,6 % des près de 60 000 participants. Parmi elles, la joueuse de tennis britannique Charlotte Cooper devient la première femme à décrocher un titre olympique.

En 1912, 48 femmes dont 2 nageuses – avancée remarquable –, sur 2 407 athlètes, prennent part aux Jeux de Stockholm.

En préambule de ces Jeux, Pierre de Coubertin ne manque pas l’occasion de souligner avec véhémence : “Le véritable héros olympique est à mes yeux l’adulte mâle individuel. Les Jeux olympiques doivent être réservés aux hommes, le rôle des femmes devrait être avant tout de couronner les vainqueurs.”

De 10% à 50% : une inaccessible promesse ?

Fabienne Broucaret pose la question dans son ouvrage précité : à quand, par exemple, une femme à la tête d’une équipe masculine de haut niveau en France ? ». Rappelons que même au niveau international, il a fallu attendre 1981 pour que deux femmes soient cooptées au Comité international olympique (CIO), soit près d’un siècle après la création de l’institution. Or c’est ce CIO qui, au début des années 2000, a lancé le projet d’un leadership féminin dans les programmes de ses organismes. En France, les comités directeurs de fédérations sont contraints légalement, depuis 2020, au principe d’un égal accès aux femmes et aux hommes des instances dirigeantes d’un groupe sportif. C’est mieux que le décret de 1985, qui obligeait les comités directeurs de désigner au moins une femme par tranche de 10% de licenciées féminines.

« Une olympiade femelle serait impratique, inintéressante, inesthétique et, ne craignons pas d’ajouter, incorrecte » — Pierre de Coubertin.

Femmes (sportives) des années quatre-vingt (dix)

Les premières recherches sur l’histoire du sport et des femmes datent des années 1990. Oui, c’est tard. Certes, en 1974, Françoise Giroud alors secrétaire d’État à la condition féminine (1974) faisait réaliser une étude sur les femmes et le sport. Mais admettons-le : depuis, toutes les politiques de « sport pour tous » s’adressent aux femmes en tant qu’un des groupes cibles, au même titre que les populations immigrées, que les moins valides, etc.

Les années 1990 sont aussi celles où les fédérations sportives (et les organisations publiques ou associatives en général) ont intégré les outils et pratiques du management en entreprise : gestion participative et horizontale, flexibilité et implication personnelle, épanouissement personnel, etc.

Or cette nouvelle idéologie managériale semble en parfaite adéquation avec les dispositions féminines (perçues et attribuées par les hommes) : altruisme, pragmatisme ne sont plus incompatibles avec les fonctions de direction. Les représentations de la féminité deviennent — enfin — comptabibles avec l’exercice du pouvoir… Et du sport ?

Stop au sport contre les femmes. Vive le sport pour tou.te.s

Pas tant que cela. Du « sport pour toutes » il n’a jamais été question. Et ces représentations (pour ne pas dire ces truismes) de type « LA femme est devenue sportive », « La femme peut participer à la direction d’une fédération sportive », qui sont ressassées à l’envi, sont l’arbre qui cache la forêt.

Les femmes, un peu malgré elles, peuvent renouveler le fonctionnement des organisations parce qu’elles y apporteraient la candeur d’un débutant dans un monde d’hommes présupposés expérimentés, tout en supprimant la « grisaille bureaucratique » par leur séduction et en remettant en cause la focalisation sur les jeux politiques visant à maîtriser les clés du pouvoir. — In Chantelat, P., Bayle, E. & Ferrand, C. (2004). Les représentations de l’activité des femmes dirigeantes dans les fédérations sportives françaises : effets de contexte et ambivalences. Staps, no 66(4), 143-159.

Car plus que la pratique du sport, ou la pratique d’une autorité au sein des organisations sportives, c’est l’accès au sport en général — domaine machiste par excellence — qui demeure une vraie conquête, pour ne pas dire un combat au quotidien pour les femmes. Et ce depuis le XIXe siècle.

Je suis la fondatrice et l’éditrice de ellesfontduvelo.com, et la cyclo-gimmick de la bande. 5 vélos (Bianchi, Canondale, Kona, Wilier et Brompton), mon coeur bat pour les braquets et le moulin. J’ai pratiqué beaucoup, un peu, passionnément. Ai procrastiné longtemps aussi. Et prépare un grand retour à mes premières amours: le vélo. Et plus particulièrement le vélo de route. Et le pliant. Et le weehoo pour mes enfants.

pub

Ajouter un commentaire