TOP

Petites reines de Kaboul : Masomah espère sa qualification pour les JO

petites reines de kaboul

Petites reines de Kaboul : Masomah espère sa qualification pour les JO

pub

En mars 2017, nous vous racontions l’histoire de Masomah et Zahra Alizada. Ces deux soeurs afghanes, « les petites reines de Kaboul » demandaient alors refuge à la France, pour fuire une situation dangereuse en Afghanistan, en raison de leur pratique du cyclisme. Trois ans plus tard, Masomah et Zahra continuent de rouler. L’aînée peut même espérer une qualification pour les Jeux Olympiques.

 

View this post on Instagram

 

Une petite reine de Kaboul en entraînement #ellesfontduvelo #efdv #lardechoise #veloaufeminin #cyclismefeminin

A post shared by Genevieve Ajas (@genevieveajas) on

Et si Masomah Alizada devenait la première cycliste afghane à prendre le départ de la course en ligne des Jeux Olympiques ? Ce rêve pourrait devenir réalité. Il sera juste reporté d’un an, en raison de la pandémie qui sévit sur le globe, repoussant d’un an l’organisation des JO de Tokyo. Qui aurait imaginé pareil chemin pour la jeune femme, il y a encore trois ans ? En mars 2017, la coureuse de 23 ans et sa famille obtenaient l’asile en France avec le soutien de Patrick Communal dont le livre est à découvrir. “Les petites reines de Kaboul”, comme elles sont surnommées, étudient désormais à l’Université de Lille. Masomah a choisi le Génie civil, quand Zahra, d’abord tournée vers la SVT, souhaite devenir aide-soignante.

Et puis il y a le cyclisme. Ce sport, qui les a menées à la France. Les deux soeurs continuent de s’entraîner, sous l’oeil protecteur de Thierry Communal, qui veille sur elles depuis trois ans désormais. En novembre dernier, Masomah est devenue la première réfugiée en France à intégrer le programme de Solidarité Olympique.

Seulement 50 athlètes dans le monde en bénéficient actuellement. Une telle reconnaissance pourrait bien lui ouvrir les portes d’une sélection pour Tokyo. Celle-ci sera connue l’an prochain.

« Les femmes sont libres de faire tout ce qu’elles veulent »

Voir une cycliste afghane au départ de la course en ligne, parmi les Marianne Vos, Pauline Ferrand-Prévot et compagnie, serait un immense symbole pour le développement du vélo féminin. A l’image de la sprinteuse Tahmina Kohistani, qualifiée sur le 100m en athlétisme aux Jeux de Londres, cette sélection serait une avancée énorme dans un pays qui a encore du mal à accepter de voir les femmes se mettre au sport. « En participant aux Jeux Olympiques, je veux prouver deux choses : à ceux qui pensent qu’une femme sur un vélo c’est mal, et bien que c’est positif ; et à ceux qui trouvent bizarre qu’une musulmane qui porte un foulard soit cycliste, que c’est tout à fait normal. Au final, je veux montrer que les femmes sont libres de faire tout ce qu’elles veulent », confiait Masomah à TV5 Monde début juillet.

En attendant cette potentielle sélection, la jeune femme de 23 ans continue de s’entraîner durement, en compagnie de sa soeur. Avec le coeur léger, sans craindre de se faire kidnapper ou arrêter parce qu’elle pratique le sport qu’elle aime, et des rêves plein la tête.

pub

Ajouter un commentaire