Aline, le vélotaf comme un reflex

Le vélo pour Aline, c’est partout, tout le temps. Ou qu’elle aille, elle y va en 2 roues. Le vélotaf pour se dépenser et se détendre en pédalant.

« Soleil, pluie, neige, vent, froid, chaleur, je suis toujours en selle! »

Mon vélo c’est mon moyen de locomotion. En effet, ça fait maintenant 3 ans que je m’en sers quotidiennement pour aller travailler (11 kms aller-retour). Je m’en sers aussi pour faire mes courses. De toute façon, c’est bien simple je m’en sers pour tout, encore plus depuis que j’ai décidé de vendre ma voiture que je n’avais pas utilisée depuis plusieurs mois. Donc mon vélo me sert pour aller travailler, pour faire les courses, pour sortir en concert, au resto, dans les bars, pour aller au sport (je me suis inscrite  cette année à l’athlétisme), pour aller chez mes parents à l’extérieur de la ville, en vacances. Bref, pour tous mes déplacements.
Je n’ai pas forcément un meilleur souvenir à vélo. Rentrer du travail après une journée stressante ça permet à la pression de redescendre et d’arriver à la maison détendue. Ça n’est donc pas un souvenir à proprement parlé mais au quotidien, c’est un moment agréable. Si je devais choisir un moment plus qu’un autre, alors je choisirais peut-être mes déplacements l’été à l’Île de Ré avec les vélos de locations, à longer la côté et à s’arrêter chez un ostréiculteur pour manger une assiette de fruits de mer avec mon copain.
Pour moi aucun grand défi à 2 roues. En effet, je n’ai pas de grand projet tel qu’un tour de Bretagne, un tour de France, un tour d’Europe, un tour du monde à vélo. Non, pour moi, le vélo fait partie du quotidien. Je dois me déplacer, j’attrape mes clés, mon antivol, et j’enfourche mon vélo. Je ne me pose aucune question. Exactement comme tous ces gens qui prennent leur voiture le matin, je ne pense pas qu’ils aient en tête une idée de défi.
A vélo, je ne suis jamais partie, je ne pars pas et je ne partirai jamais sans mon antivol en U, ce serait juste inconcevable. En effet, je fais très attention à toujours bien attacher mon vélo et je n’imagine même pas la colère et la tristesse que je pourrais ressentir si un jour je me faisais voler mon vélo. Et à vélo, en ville ou à la campagne, je fais toujours beaucoup d’arrêts (pour rentrer dans une boutique, boire un chocolat, aller voir un paysage…) mon antivol est indispensable. Mon compagnon part souvent à vélo (un de mes vélos que je lui prête d’ailleurs) sans prendre l’antivol et ça me rend folle. Je ne comprends pas!

Mon conseil pour se lancer dans l’utilisation du vélo ce serait d’y aller progressivement: plutôt que de prendre le bus ou la voiture pour aller travailler, un jour où il fait beau, prendre son vélo. Prévoir assez de temps pour que ce ne soit pas la course mais plus une balade. Puis retenter l’expérience régulièrement et je pense qu’après ça se fait tout seul. C’est tellement plus agréable d’être en selle qu’enfermée dans l’habitacle d’un véhicule. Je ne me pose plus la question depuis longtemps: soleil, pluie, neige, vent, froid, chaleur, je suis toujours en selle!

ET ON MOULINE!

Vous aussi vous êtes un(e) Bike addict? Contactez-nous et témoignez!

Étiquettes :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.