TOP

Le fat bike, la force tranquille

Le fat bike, la force tranquille

Le fat bike, la force tranquille

Le fat bike, c’est le biclo qui n’a peur de rien. Avec ses pneus étonnamment larges, ce mastodonte est de loin le vélo le plus tout-terrain.

Le fat bike et ses origines

Si les fat bikes sont de plus en plus courants, à la campagne comme en ville, ils ne sont pas nouveaux dans le monde de la petite reine.
Originaire d’Amérique du Nord, il a été créé il y a environ 10 ans pour rouler dans la neige. Cette vocation lui vaut d’ailleurs le surnom de « Snow bike ».

Tout terrain et toutes saisons

Grâce à ces énormes pneus, le fat bike possède une adhérence et une portance inégalables. Il est donc totalement logique que ses adeptes aient voulu étendre l’usage de ce curieux vélo toute l’année.
Car s’il est très pratique pour rouler sur des chemins enneigés, le fat bike ne recule devant rien. Désert de sable fin et terrains rocailleux ne lui font pas peur.
Mais du coup, nous sommes en droit de nous demander ce que le fat bike a de plus que le VTT, non?
Ses utilisateurs disent souvent que le VTT est un vélo tout chemin, en comparaison avec le fat bike qui lui, passe réellement partout, il flotte même sur l’eau!

Avantages et inconvénients

Le fat bike a su convaincre ses fans grâce à son adhérence et à son confort. Ce vélo pépère est prévu pour des trajets ou des balades tranquilles ou d’aventures, il ne s’agit pas d’un vélo-cross. En côte comme en pente, il est capable de supporter du poids dans les endroits les plus improbables.
En revanche, ses énormes roues sont assez lourdes, ce qui ne fait pas de lui un vélo de rêve pour les accélérations. La pression de ses pneus est capitale: pas assez, le vélo n’avance pas et trop, vous rebondirez fortement en terrain abrupt.

Où les trouver?

En Belgique, le constructeur belge Sandman réalise des vélos de qualité et d’une gamme de prix de 2.450€ à 3950€.
En France, Salamandre Cycles propose un plusieurs choix de fat bikes avec des prix variables selon si on veut un vélo entier ou si vous préférez le monter sur-mesure pour vous, juste avec l’achat d’un cadre, par exemple.
Et vous, avez-vous déjà eu l’occasion de tester le fat bike? Qu’en pensez-vous? Partagez-nous votre expérience!

pub

Commentaires (3)

  • Avatar

    Et vendredi, la White style pour concrétiser le succès du snow bike 😀

    répondre
  • Avatar

    J’ai craqué et acheté un Fat Boy début d’hiver – depuis le temps que je lisais les blogs des fondues d’ultra en Alaska, ou autres compétitrices nord américaines, j’attendais avec impatience que les Fat Bikes débarquent en Europe.
    Pas déçue – et pourtant guère de neige dans le Beaujolais ! mais dans la boue, c’est le top !! et quelle maniabilité, quelle assurance il donne. C’est un rail dans les descentes, même techniques. Certes en montée, il faut de la puissance pour l’emmener, mais c’est excellent pour l’entrainement – il ne faut pas hésiter à mettre du braquet, et se mettre en danseuse, même dans les parties techniques – le Fat Boy adore ça !
    Un autre avantage : pas de suspensions, donc moins d’entretien, moins de dépenses, davantage de rusticité, ce qui est un plus pour l’hiver….et idéal pour le bikepacking ! Possible aussi de les équiper d’un mono-plateau, la mécanique du Fat devient alors des plus simples ! Ce qui a bien des avantages pour nous les girls!!

    répondre
    • Muriel

      Pat, merci, grand merci pour votre partage. Et comme on dit, après une sortie en Fatboy, rien de tel que de se vautrer dans un Fatboy! 😉

      répondre

Ajouter un commentaire