Belles mécaniques vélo

Tu adores voir briller de belles mécaniques vélo, écouter le murmure d’une chaîne bien huilée, suivre des yeux la ligne et les courbes d’un deux roues.

La rédaction remercie Priscillia pour la réaction de cet article.

Le vélo, la petite reine, le biclou.

A ces mots tes oreilles s’affolent et ton rythme cardiaque s’accélère.

Tu adores voir briller de belles mécaniques vélo, écouter le murmure d’une chaîne bien huilée, suivre des yeux la ligne et les courbes d’un deux roues. Plus encore ce que tu aimes, c’est ce petit frisson de liberté qui te parcours l’échine quand tu montes en selle et saisies les poignées… Vroum, vroum…

Oui mais voilà. Dès qu’on commence à parler mécanique vélo, c’est la chute libre, tu perds pieds. Tu écoutes impassible et attentive tous ceux et celles qui ont plus de 10 mots de vocabulaires sur le sujet, tu vas catégoriser comme grands gourous de la pédale et… choisir de t’effacer.

Et que dire des moments où chacun parle de ses expériences à vélo ? Riri a fait une compèt samedi dernier, Fifi 3000 bornes de voyage vélo, Loulou fait quotidiennement plus de 20km à vélo pour ses déplacements urbains… Qu’il vente, qu’il neige ou qu’il pleuve ! ..

Tu as ton vélo que tu adores couvert de poussière?

Et toi alors? Toi… et bien tu as ton vélo que tu adores couvert de poussière dans le garage à vélo. Tu t’es promis de le ressortir sous peu mais… il faudrait lui faire une révision mécanique vélo. Et par où commencer ?

Et même s’il était réparé, aller rouler seule, ça t’effraie un peu: tu n’es pas encore très à l’aise… ça pourrait être dangereux.

Du coup te voilà : cycliste de cœur et malheureuse piétonne, par résignation. Ne t’inquiète pas : EFDV à la solution! Ou tout du moins, un début ! En effet, c’est difficile à croire mais… aucun ni aucune cycliste n’est née les mains couvertes de cambouis et les pédales aux pieds.

Si, si c’est vrai : certains murmuraient même, qu’au départ, aucun.e d’entre eux.elles ne savaient faire…! Alors comment passer de la pratique du vélo « dans l’allée » à celle de la conquête de toutes les pistes, de tous les sommets ?

Chacune ira de sa petite histoire

Chacune ira de sa petite histoire : que le déclic est survenu d’un cadeau inopiné, d’une journée où elles avaient particulièrement besoin de se défouler, d’une tradition familiale respectée, de trajets trop longs à pieds…

Les récits sont nombreux mais possèdent tous un point commun… Pour un sport défini comme plutôt « individuel » y’a comme qui dirait… une histoire de solidarité.

Sur leur parcours, elles n’auront pas été seules. Il y aura toujours eu une personne qui les a invitées à se mettre en selle et/ou, se remettre en selle (ce qui peut, parfois, être bien plus complexe)!

Ētre invitée à rouler à vélo

Quelqu’un qui leur a montré comment changer une chambre à air, régler des freins, un dérailleur… et que finalement, juré, c’est pas si sorcier d’entretenir sa mécanique vélo. Quelqu’un qui leur a donné l’idée, l’envie, le courage de se lancer. Qui aura su expliquer quels sont les principes de bases pour rouler en sécurité, où se trouvent les parcours sympas pour sortir se faire une virée, deux, trois astuces pour moins se fatiguer et puis finalement un jour un..: « d’ailleurs tu fais quoi ce Week end? y’a ptet une rando d’organisée… » Comme une invitation à sortir Titine, la décrasser, se mettre dans une roue et aller rouler, respirer!

Et puis pourquoi pas, on ne sait jamais: que ce soit à plusieurs, avec quelqu’un, mazette.. s’entraîner?!

Aussi aucune n’a « appris le métier » avec aisance : les sorties de route, en vélo comme ailleurs sont monnaie courante. Un coup de mou, un impératif familial, scolaire, professionnel… Plus grave encore: une blessure, un problème de santé et puis, pour les plus malchanceuses: l’affreuse-ultime-horrible-malédiction du… vol de vélo. (Beaucoup d’entre nous attendent d’ailleurs toujours la mise en place d’une cellule psychologique de soutien à ce sujet, hein).

On ne dépasse jamais ce genre d’aléas…sans volonté diront certain(e)s. Certes. Mais encore moins seule ajouteront les plus avisé(e)s.

Ainsi donc et pour conclure : manifestez-vous!

Que ce soit vous et votre envie d’aller rouler. Ou bien vous et votre envie d’initier.

  • Osez être débutante, osez-vous risquer.
  • Osez être la dernière qui ralentit tout le groupe,
  • Osez ralentir le rythme, lever le pied.
  • Osez prendre le temps de partager.
  • Osez poser des questions, osez vous renseigner.
  • Osez vous rendre disponibles, accessibles.
  • Rejoignez les clubs, les pages et groupes Facebook, les forums.
  • Proposez à votre voisine de palier, franchissez la porte de votre asso de quartier, demandez conseils à un vendeur dans un rayon, une boutique spécialisée.
  • Pour les plus audacieuses : risquez-vous sur google avec les recherches par mots clefs…! Enfin si, au-delà de l’aventure humaine et sportive, il fallait encore un argument pour vous décider, dites-vous qu’il vous suffira d’une ou deux sorties « encadrées » pour acquérir tout le champ lexical qui vous permettra de briller en société.

Et si vous êtes une cycliste convaincue, à vous de tendre la main et d’être l’élément déclencheur de celles qui n’attendent que ça! Bien à vélo.

Photo crédit: Lapierre Experience Center à Dijon


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.