TOP

Ardéchoise 2018, en mode préparation pour EDT

Ardéchoise 2018, en mode préparation pour EDT

L’ardéchoise 2018, j’y étais! Cela fait 6 ans que je fais du vélo de route et 6 ans que j’entends dire : il faut faire l’Ardéchoise, c’est magique. Je vous raconte ma journée sur La Volcanique.

Quelle Ardéchoise 2018, finalement?

La rando en 2, 3 ou 4 jours ou la Course en 1 jour?

  • la bien nommée Ardéchoise de 220 km ou
  • ses acolytes de 176km (La Volcanique) ou
  • 125km (Les Boutières) ou
  • les Sucs (233km) ou
  • le vélo marathon (277 km)

ardechoise 2018 christine dugelay

On se décide pour La Volcanique pour cette Ardéchoise 2018

Finalement, pour cette année nous optons un peu en dernière minute pour la Volcanique :
On m’avait prévenue : tu verras, c’est très convivial, les cyclistes ne viennent pas tellement pour le podium mais plutôt pour le plaisir de rouler ensemble, l’animation au bord de la route et les ravitos géants. On ne m’avait pas menti.
C’est vers 7h45 que nous arrivons à St Félicien samedi 23/06/2018 dans l’idée de prendre le départ autour de 8h.
Je suis très impressionnée par la manière dont sont gérés les milliers de candidats jusqu’à la ligne de départ.
Les cyclistes affluent de 2 zones différentes et les barrières en entonnoir ne laissent passer que 2 cyclistes à la fois. Du coup, on ne se retrouve pas en paquet sur la ligne de départ et il n’y a aucune bousculade.
En même temps, je n’étais pas là à 7h30… peut être que les départs y étaient un peu plus denses et électriques à ce moment là.
À 8h04, j’enclenche mon Garmin. Cela commence par une montée, il faut faire attention car il y a quand même une bonne densité de cyclistes. Tous les parcours sont réunis, et tous les niveaux. Je double et me fais doubler, il faut rester concentrée pour ne pas finir dans le fossé à gauche quand même. Mais le départ en montée permet sans doute qu’il n’y ait pas cet effet d’accordéon que l’on retrouve dans pas mal d’autres cyclos.
L’ensemble de la course sera une succession de montées assez longues mais peu exigeantes et de descentes royales, sur des routes en bon état et sans voiture pour la plupart. Du pur bonheur.
La réalité rattrape la légende, les paysages sont vraiment magnifiques, l’ambiance est bonne, ça discute sur le vélo, dans les villages que l’on traverse il y a des animations incroyables avec des thématiques (j’ai particulièrement apprécié le Pérou).
ardechoise 2018 christine dugelay
 

Des ravitos à profusion sur l’Ardéchoise 2018

D’autre part il y a des ravitos sans arrêt ce qui est très agréable. De l’eau et quelques victuailles vraiment souvent, je dirais tous les 20km, et des ravitos géants un peu à l’extérieur du tracé. Au moins 3 sur le parcours de la Volcanique.


Personnellement, je ne m’y suis pas arrêtée, les bonnes jambes étant là, à mi-parcours, partie dans l’idée de juste faire un entrainement, je me suis finalement mise en tête de « faire un temps » et je suis passé en mode autonomie (sauf pour l’eau). Il parait qu’on y trouve charcuterie, fromage, crème de marrons et qu’on prend le risque de s’y attarder vu les tentations !
Sur cette édition Ardéchoise 2018, je pense que nombre de cyclistes se souviendront du vent, assez fort, en particulier sur le col du Gerbier de Jonc. Mais en contrepartie nous n’avons pas eu trop chaud malgré le soleil radieux.

#ardechoise 2018 Soleil et partage #efdv

A post shared by @ ptitcaktus on


Ce que j’ai trouvé de vraiment troublant c’est que lorsque l’on roule sur la Volcanique, au moment où l’on bifurque et qu’on se sépare des cyclistes roulant sur les Boutières, tout à coup il n’y a presque plus de filles… et puis après le Cheylard, lorsque l’on se rejoint à nouveau, hop la gente féminine réapparait. Alors, je voudrais dire à toutes celles qui roulent, n’hésitez pas, La Volcanique, c’est certes plus long mais ce n’est pas difficile !

#ardechoise #ardeche #specialized_ruby #oakley

A post shared by Laila Beerden (@mrs_pink_ruby) on

L’Ardéchoise 2018 en mode préparation EDT

Ce qui est sympa c’est qu’il y a suffisamment de monde pour trouver une locomotive à son niveau dans les différents cols. Personnellement sur 2 cols j’ai choisi des gars qui roulaient juste un peu plus vite que moi pour me forcer à tenir un bon rythme. II y a eu Pierre puis Laurent, qu’ils en soient remerciés.
Question parcours, tous les cyclistes avec lesquels j’ai discuté me mettaient en garde sur la difficulté du col de Lalouvesc : « faites attention ! il faut en garder sous le pied, le col de Lalouvesc est terrible avec ses 7% » oui bon ben les gars, je ne sais pas si c’est parce que j’avais été trop bien préparée psychologiquement ou si il y en a un peu trop qui se mettent la pression mais franchement c’est pas un col HC non plus.
Personnellement, je n’ai pas trouvé qu’il soit difficile. En même temps je m’amusais à rattraper des targets les uns après les autres et c’est passé tout seul. Ensuite, j’ai eu plus de mal à suivre mes 2 lièvres sur les derniers 25 km, 2 frères ou cousins (il y avait le même nom sur leurs dossards mais l’heure n’était pas bien à faire connaissance pour savoir quel était leur lien de parenté) qui m’ont emmenée, au taquet, dans les descentes et les relances pendant toute la descente de La Louvesc jusqu’à 2 km de l’arrivée à Saint-Félicien.  J’avais les quadri en feu mais je n’ai pas lâché et j’ai adoré.


Au final, j’ai sorti un chrono au-delà de mes espérances, j’ai passé une journée mémorable et je prévois bien sûr de revenir l’année prochaine. Mais cette fois, je pense activer le mode course ! Vraiment l’Ardéchoise est à la hauteur de sa réputation !
Sur la photo principale: Guy Marchand 106 ans et Gérard Mistler, le président

Commentaires (3)

  • Avatar

    J’étais aussi sur la Volcanique (15 eme participation …) . Je pense que si tu n’as plus vu de filles après le Cheylard, c’est que tu étais plutôt devant non ? Il y en avait un certain nombre quand même. Et c’est vrai que par contre sur les Boutières elles sont nombreuses. Alors l’an prochain sur l’Ardéchoise 220 km ou les Sucs ? quand on a goûté à l’Ardéchoise …

    répondre
  • Avatar

    Maggie

    Guy Marchand sur la photo principale… Une erreur qu’il n’est pas facile de pardonner, même à une cyclotouriste…

    répondre
    • Gaëtane

      Bonjour,
      Merci pour votre commentaire.
      De mon point de vue, il est pas facile de pardonner votre commentaire sans explication objective, même à une cyclotouriste.
      N’hésitez pas à parcourir notre magazine, vous y trouverez d’autres articles sur l’Ardèchoise avec des femmes cyclistes en illustrations principales. Vous pourrez donc aussi y laisser un commentaire. On compte sur vous.
      Bien à vélo dans la diversité, respect et mixité.

      répondre

Ajouter un commentaire