TOP

Longue distance en indoor cycling : 100 miles ou 161 km sur home-trainer

Longue distance en indoor cycling : 100 miles ou 161 km sur home-trainer

Je vais vous parler des sorties virtuelles longues. 100 miles en indoor cycling, soit 161 km sur home-trainer connecté. Un challenge autant physique que mental.

Cela représente 161 kilomètres… oui, vous avez bien lu. 161 km en indoor cycling. Rien d’impossible en soi.
En outdoor, c’est une distance que je parcours sans difficulté, mais en indoor cycling, c’est vraiment différent et pas plus simple qu’on pourrait le penser.
Je vous explique pourquoi.

Pourquoi 100 miles en home-trainer ?

Parce que c’est un challenge courant avec les simulateurs qui sont principalement d’origine anglo-saxonne, et donc en mesure terrestre, c’est donc un 100 « logique » (non non, pas de jeu de mots ici)
Alors que 100 km, c’est assez facilement bouclé en 3-4 heures avec une résistance modérée (circuit avec peu de dénivelé), c’est donc considéré comme aisément réalisable.
Ainsi, vous le trouverez en standard dans Zwift, au niveau des accomplissements via le menu Badges du simulateur :

indoor cycling

Badge 100 miles « aucune importance »

Pour VirtuGO, il n’y a pas de badge ou équivalent, mais l’équipe des développeurs avait lancé ce défi pour pousser les tests de la version bêta début juillet 2018. C’est avec celui-ci que j’ai réalisé mon premier 100 miles sur home-trainer.

Ressenti sur 100 miles en indoor cycling

Physiquement, je n’ai pas souffert, car je suis très bien installée sur mon vélo de route, adapté à la longue distance. De plus, je ne subissais pas la météo (vent) et ni le revêtement de la route.
Mon gros ventilateur plafonnier et les fenêtres grandes ouvertes pour faire courant d’air suffisaient à me rafraichir, même si au bout de plusieurs heures, je commençais à me liquéfier un peu.
En indoor cycling, on a aussi le confort des pauses indispensables et la facilité de se ravitailler. Les fringales sont peu probables. On peut aussi faire des breaks sans s’arrêter: pédaler moins fort et consulter les encouragements des copains et copines sur le smartphone…
Depuis que je roule sur simulateur, je n’éprouve pas le besoin d’écouter de la musique sur mon HT, mais cela aurait sans doute été nécessaire sur une distance encore supérieure.
J’ai donc fait 2 fois 100 miles, à 15 jours d’intervalle, sur 2 simulateurs qui ont 3 ans d’écart. Zwift a pour le moment beaucoup d’avance sur VirtuGO, donc le ressenti est forcément différent, et c’est ça qui est justement très intéressant.

100 miles avec VirtuGO

Le 11 juillet 2018, je relève donc le fameux défi des concepteurs. J’ai préalablement configuré le simulateur indoor cycling VirtuGo en « imperial », pour avoir un meilleur point de repère sur la distance parcourue en mesure terrestre.
Je débute mon free-ride dès 7h00, et ma fille se charge de me ravitailler quand c’est nécessaire, afin de limiter au maximum les pauses, car le chrono, lui, ne s’arrête pas lorsque mon avatar ne pédale plus et attend sagement sur le bord de la route de Pulseville…
Ce que j’ai trouvé dur avec ce simulateur, ce sont la lassitude et la solitude, indépendamment des 3 bosses bien « coupe-pates » du circuit qu’il faut franchir souvent car le parcours est assez court (4,7 mi / 7,5 km). Je ne connais pas le dénivelé de Pulseville, et je n’ai pas de cumul du D+, c’est dommage, car c’est un chiffre qui me motive en général.

indoor cycling

100mi accomplis en Free-ride sur Pulseville, le temps inclut les pauses.

Je ne blâme pas cet excellent simulateur très prometteur, car il en est qu’à ses débuts, puisque la version bêta que j’ai utilisée ne permettant pas de changer de route ni de sens: je peux vous garantir que 22 fois le parcours de Pulseville, m’ont permis de bien mémoriser tous les détails des jolis paysages (LOL).
De plus, je n’ai croisé que ces fameux bots (cyclistes virtuels) et un testeur: pas moyen de prendre la roue, ni d’entrer en contact avec qui que ce soit. Je me sentais bien seule, et au fil des heures, ce sentiment d’endroit fantôme se renforçait de plus en plus.
Au final, j’ai eu une immense satisfaction d’avoir bouclé ce challenge en 8 heures (pauses incluses), j’ai dû rouler un peu moins de 7 heures. Je compte le recommencer lorsque VirtuGO offrira plus de possibilités et de fonctionnalités.

100 miles avec Zwift

C’est parti pour 100 miles en indoor cycling le 25 juillet 2018, dès 7h00. Cette fois, je laisse le simulateur Zwift en système métrique, car sinon, je suis perdante au niveau des points cumulés, Zwift gratifiant de 20 points chaque kilomètre ou mile parcouru (pas folle Vélizienne car 1mi=1,6km), et comme je n’ai pas encore atteint le niveau maximum…
Et tant que j’y suis, je vais optimiser mon activité pour décrocher un autre badge en parallèle, celui de réaliser 25 fois le tour du volcan de Watopia 🙂 . Il y a un compteur géant sur le parcours quand on choisit le circuit qui fait le tour du volcan, pas besoin de compter soi-même.
Malgré la canicule annoncée, je ne suis pas plus gênée par la chaleur qu’il y a 15 jours, car j’ai renforcé l’aération avec un second puissant ventilateur.
L’énorme avantage de Zwift, c’est qu’on peut changer de route et de sens à sa guise, et prendre la roue d’un cycliste (le drafting), donc l’ennui et la lassitude étaient absents aujourd’hui, et ce malgré le fait d’avoir tourné 39 fois autour du volcan pour réaliser le challenge.

indoor cycling

Badge « aucune importance » décroché lorsqu’on roule 100mi pour la première fois.

Je n’ai pas ressenti le besoin de modifier mon trajet après 25 tours, j’aime bien ce circuit, c’est joli et il y a toujours du monde. J’ai d’ailleurs remarqué pour la première fois au bout de 120km, lorsque mon avatar faisait un break en même temps que moi, que les Bernard l’Hermite sur la plage au pied du volcan se déplacent parfois…
La présence d’autres cyclistes, le fait de voir en permanence mon classement se mettre à jour, me permettait de garder un bon rythme. Les kudos d’encouragement que je recevais régulièrement tout au long de ma session, étaient également motivants.
Au final, il ne m’a fallu que 5h45 pour réaliser 102 miles (6h30 de temps écoulé, c’est à dire pauses incluses). Je le retenterai, mais sur un circuit avec plus de dénivelé afin d’augmenter la difficulté.

Conclusion de 100 miles en indoor cycling

C’était une expérience intéressante, et j’ai vraiment aimé relever ces deux défis, en Zwift et en VirtuGo
Moralement, c’est plus difficile qu’une sortie extérieure pour deux raisons:

  • d’une part, l’ennui peut donner envie d’arrêter facilement,
  • et d’autre part, la facilité d’être chez soi ne nécessite pas d’effort pour retourner au point de départ, puisqu’il suffit d’arrêter de pédaler et basta…

Physiquement, la difficulté se vaut entre outdoor et indoor cycling, à condition d’avoir un home-trainer connecté dont la résistance est pilotée par le simulateur.
J’ai trouvé plus difficile le challenge sur VirtuGO, car le circuit le plus plat grimpait plus que celui que j’avais choisi sur Zwift. Lorsque je connaitrai le profil exact du circuit de Pulseville, il faudra que je réessaye sur un circuit de Zwift cumulant le même D+.
En conclusion, je pense que ce type de challenge est un excellent outil pour s’entrainer à faire des sorties longues outdoor.
Et vous mesdames, avez-vous envie de tenter 100 miles en virtuel en indoor cyling?  Bien à vélo!


Même si vous êtes une cycliste régulière outdoor, et que vous pratiquez le HT en complément, voici quelques recommandations importantes, car le cardio est beaucoup plus sollicité indoor à cause de la température plus difficile à réguler pour le corps, et les malaises ne sont pas une légende:

  • ne vous lancez pas dans un tel défi du jour au lendemain si vous ne faites jamais plus d’une heure de HT, mais augmentez la durée de vos sessions progressivement sur plusieurs semaines avant le jour J,
  • assurez-vous d’avoir une pièce énormément ventilée et/ou climatisée,
  • buvez très souvent même si vous n’avez pas soif,
  • ne soyez pas seule chez vous pendant que vous réalisez de longues sessions.

 

pub

Ajouter un commentaire