TOP

NatureWomen format L 2018 par NatureMan avec Liv

naturewoman

NatureWomen format L 2018 par NatureMan avec Liv

Le NatureWomen est la version femme du NatureMan. Des avantages et des cadeaux pour nous motiver et faire la promotion de ce triathlon au féminin.

NatureWoman L

Ce dossard… je l’ai rêvé 2 ans, je l’ai eu un peu à l’arrache, (Merci Charlotte Morelle… pas Morel non ce n’est pas une faute d’orthographe ☺)… et je l’ai presque regretté… Mais comme chaque expérience reste bonne à vivre et riche d’enseignements, tout ceci vaut bien un petit (grand ?) compte rendu.

Le NatureWoman est, pour rappel, le triathlon NatureMan mais pour les femmes.  Il y a quelques avantages tels que:

  • Un départ décalé sur les 2 épreuves (15’ d’avance sur le distance M (samedi) et 25’ sur la Naturewoman (dimanche))
  • Un vestiaire pour se changer dans le parc à vélo
  • Une boisson chaude offerte avant le départ
  • Des cadeaux athlètes féminines personnalisés
  • Une prime doublée pour la féminine franchissant la ligne d’arrivée devant le premier homme (25’ d’avance au départ)
  • Un positionnement privilégié dans le parc à vélo

La marque LIV Cycling partenaire du Naturewoman créée en 2014 est la marque dédiée au cyclisme féminin numéro 1 au monde. Rendez-vous sur la page Facebook du NatureWoman

NatureWoman L: un triathlon tant attendu

Météo du dimanche, format L, s’annonce catastrophique

Et pourtant, depuis une semaine, ça dissertait pas mal sur les réseaux sociaux au sujet de la météo de ce week-end dans le Verdon. Rouge, vert, rouge, orange, vert… rerouge… noir… cata… Bon, j’essaye de calmer le jeu… de toute façon, la météo, c’est un truc à ne pas partir en week-end et à s’apercevoir après coup qu’il a fait grand soleil… Sauf que là, à force de tourner… la roulette s’est arrêtée sur : grosse pluie le dimanche matin sur le NatureWoman L… pile pour la natation et le vélo…

Le samedi, la météo était quasi parfaite pour le NatureWoman M

La veille, on a bien profité des températures clémentes sur le village expo au retrait des dossards. L’occasion pour moi de discuter et faire des photos sympas avec Charlotte Morel (oui l’autre, la championne, avec un seul « L » ☺) et Camille Donat (qui a remporté le M le matin même).

Mais aussi de découvrir les cadeaux que l’organisation réserve aux femmes pour le NatureWoman :

naturewoman cadeau femme

  • un sac de transition siglé NatureWoman aux couleurs de LIV (bordure violette), partenaire de la course. Vraiment joli le sac : j’ai même vu des gars le réclamer (et l’obtenir ) aux bénévoles à la place de la version Natureman avec bordure anis !… Bon pour moi ça sera le 3 ème sac de transition de l’année (Cannes, Alpe d’Huez, NatureWoman)… plus les 2 de Explore Corsica et Étape du Tour… ça devient pire que dans mon dressing de sport… je ne sais plus lequel choisir au moment de partir !!
  • un gel douche, un shampoing et une crème de soin pour les mains de chez l’Occitane… là j’avoue ça change des cadeaux habituels… et ça fait plaisir. Qualitatif et utile… j’aime bien !
  • Un dernier clin d’œil pour le bonnet de natation… je ne suis pas spécialement girly mais je kiffe sa couleur rose nacrée… peut-être un que j’oserai remettre à la piscine…

Briefing de la NatureWoman sous le soleil

Un peu distraite pour l’explication du sac à côté du vélo

Rien à signaler à part une explication que je n’ai sans doute pas écoutée avec assez d’attention : qu’est-t’on autorisé à laisser à côté du vélo… un sac poubelle pour protéger ses affaires de la pluie ? avec le gym bag bleu (violet pour les filles d’ailleurs)… j’aurais dû demander .. et si on n’a pas de sac poubelle, on peut sacrifier son joli sac de transition ?… j’aurais dû…

Des interventions de Ravenman plutôt surprenantes

  • S’en suit une présentation des œuvres que Ravenman offrira à une femme et un homme choisi pendant la course et…
  • une séquence tendance mystique orchestrée par Ravenman lui-même… Il nous invite à tous nous prendre par la main et à fermer les yeux 30 secondes pour remercier tous les bénévoles et organisateurs de la course… jusque là c’est bienveillant et bon enfant… même si mon voisin a l’air un peu réticent à me donner la main.
  • La deuxième séquence de 30 secondes les yeux fermés prend des allures d’incantation « au Père » comme Ravenman le nomme lui-même, pour lui demander une météo clémente pour le lendemain… mes voisins asiatiques ont besoin d’une traduction… et moi je le confesse, je ne ferme pas les yeux…et je me marre doucement… que l’on me pardonne…

Bref, c’est sans doute à cause de moi que les prières de la foule n’ont pas été exaucées…parce que le lendemain dès 6 heures du matin IL DRACHAIT FORT !!!

NatureWoman: plusieurs ajustements suite à la météo

Dimanche matin donc pas le choix… je n’ai vraiment pas envie mais je me prépare quand même…rituel habituel… David me dépose sous la pluie au village… je l’envie presque de retourner se coucher après mais je ne vais pas lui dire hein !!! il est déjà bien sympa de se fader de me conduire à chaque fois…

Je trouve des concurrents qui ont l’air de savoir comment on accède au parc à vélo… il pleut et il fait vraiment noir… je ne vois pas où je mets les pieds et il y a des escaliers… heureusement je suis avec un groupe d’habitués… ils ont des frontales pour accéder au parc… eux savent que vers 7h du matin en octobre il fait encore nuit…

 

View this post on Instagram

 

Début d’une journée qui sera exigeante mais forcément inoubliable.

A post shared by Natureman VAR (@natureman_triathlon) on

Le parcours vélo est modifié pour des raisons de sécurité

En arrivant au parc la nouvelle tombe : le speaker annonce que le parcours vélo est modifié pour des raisons (évidentes) de sécurité… pas de gorges du Verdon …parcours du M… 2 fois une boucle de 25 km avec montée à Aiguines et redescente au lac… Je suis partagée entre le sentiment de frustration de ne pas rouler dans ces gorges magnifiques… le clou du spectacle, la raison principale de ma venue sur cette course… et le soulagement de ne pas avoir à gérer les descentes techniques sous la pluie … autant j’adore descendre autant quand il pleut c’est galère.

Préparation dans le parc vélo: quel sac, telle est ma question

sac de transition liv naturewoman

Dans le parc, je tatonne pour trouver ma place, il pleut toujours bien fort, je mets ma combi et range toutes mes affaires dans mon beau sac LIV tout neuf qui a l’air à peu près étanche… mais soudain, on m’informe que les sacs sont interdits sur le parc à vélo… du coup, je mets tout dans le gym-bag violet en me disant que mes affaires seront légèrement épargnées par la pluie et vais déposer mon sac de transition à la consigne… où on me le refuse… « on ne prend que les gym-bags ici » … je retourne à ma place… note au passage que le chemin est boueux et caillouteux.. il faudra faire gaffe tout à l’heure… Je sors mes affaires de mon sac, les range sous mon coupe-vent de l’Ardéchoise, pas étanche pour deux sous… histoire de faire comme si elles étaient protégées du déluge…et retourne mettre à la consigne mon beau sac de transition LIV dans mon beau gym-bag violet… cette fois j’ai tout bon… c’est déjà ça.

Départ pour la natation femmes différé de 15′

Départ de la natation… l’eau est évidemment plus chaude que dehors… quelques coups de bras histoire de m’échauffer un peu.. je ressors de l’eau 10 mn avant le départ…pour apprendre que celui-ci est décalé de 15 mn…

Les femmes n’ont plus qu’un départ décalé de 15′ par rapport aux hommes

Seconde déconvenue: les hommes ne partiront pas 25’ mais 15’ après nous… les hommes qui vont me revenir dessus avant que je ne sois sortie de l’eau… ambiance Aix les bains il y a 1 mois… et les 15 mn où on attend en se caillant franchement… Allez, haut les cœurs, ça va être une belle journée !! (méthode Coué !)

Départ pour la natation du NatureWoman

On est littéralement les unes sur les autres… ah ben ça, c’est encore une nouvelle expérience de nat pour moi… difficile de se faire une place mais finalement, ça s’étire et je me retrouve à la fin du ventre mou avec les nageuses moyennes… rien que du normal… quelques difficultés à l’approche des bouées, de nouveau prise en sandwich…j’arrive quand même à poser une nage propre… pas de quoi rougir vu d’où je viens mais rien de remarquable… à chaque course, je gagne 1’’ au 100 en moyenne… y’a de l’espoir.

Après la dernière bouée, je remarque, un bateau qui nous filme sur la gauche… le temps de m’interroger sur la raison pour laquelle un réalisateur voudrait faire des images d’un ban de gracieuses otaries aux bonnets roses et je comprends que l’attraction vient en fait de ma droite où les nageurs de tête du groupe d’hommes dont en train de nous doubler…du coup sur le tapis, on profite largement des encouragements des spectateurs… c’est assez inhabituel une telle ferveur pour mes sorties de l’eau !

Je trottine jusqu’à mon vélo les pieds dans la boue et les cailloux (une ou deux longueurs supplémentaires de cette jolie moquette violette auraient sans doute été les bienvenues)… et aie… je marche sur un caillou plus pointu… je n’y prête guère attention… de toute façon, le froid sur le vélo anesthésiera la douleur…. Ce n’est que la nuit suivante que je remarquerai que mon pied saigne et que je me suis fait un joli petit steak de 2 cm dans la peau épaisse du talon

Départ pour le vélo du NatureWoman

T1 : maillot, manchettes, coupe-vent, chaussettes, chaussures.. le tout détrempé… ça me prend un peu plus de 5mn… allez je file. J’attaque le vélo… c’est l’inconnu… Je sais qu’il y a deux fois la boucle de 25 km à faire et 900 de D + mais je ne connais pas le parcours… je ne m’y suis absolument jamais intéressée… j’étais venue pour rouler dans les gorges du Verdon sous le soleil !! mauvaise pioche ! Il pleut des seaux au départ du vélo, la route est détrempée, le vélo ne freine pas…

Je gère la première boucle en mode “Reconnais le parcours mais fais-toi un peu mal quand même dans la montée »… montée qui passe assez vite… je me fais doubler par un paquet de mecs mais normal vu qu’ils étaient tous ou presque juste derrière moi à la sortie de l’eau.

Au sommet, qui arrive assez vite, un super ravito, avec des bénévoles tout sourire et ça repart pour un peu de vallonné… puis ça bascule pour une longue descente que je gère très prudemment… toujours beaucoup de flotte et aucune idée de la forme des virages…bon je double quand même un peu parce que debout sur les freins, ce n’est pas non plus la solution dans ces conditions. Et hop, c’est déjà le 2ème tour. Je décide d’appuyer un peu plus.

J’ai une fille avec un Bianchi vert en ligne de mire, j’augmente la cadence j’ai mal aux cuisses et je ne peux pas faire plus… je n’ai jamais réussi à la rejoindre dans la montée, je me suis rattrapée après ! Cette fois il ne pleut plus mais il y a du brouillard… comme je connais la descente je gère plutôt bien… belle trajectoire bien ample, pas de freinage de dernière minute… je pédale tout le temps et je double pas mal….je suis hyper concentrée quand même histoire de ne pas faire une boulette. Et c’est déjà la fin du vélo… la deuxième boucle était sympa… ça m’a paru hyper rapide, je n’ai pas eu trop froid mais j’ai les pieds et les mains congelés.

Départ pour la course à pied du NatureWoman

Vite fait bien fait… je quitte tout sauf les manchettes, enfile mes chaussures trempées, ça fait spouitch quand je mets le pied dedans.. miam… Je soulève mon sac à eau je trouve ça lourd… je le repose … de toute façon, il fait froid et humide… je vais tester sans…j’avais déjà envisagé le scénario dans mon insomnie de 4h du mat… donc je pense à attraper le gel qui est dans la poche du sac et je file. Les jambes sont un peu lourdes au démarrage… pas douloureuses mais elles ne répondent pas avec l’intensité que mon cerveau ordonne… je ne sens presque pas mon pied droit qui est congelé et me donne l’impression d’avoir doublé de volume et d’être très à l’étroit dans ma chaussure, et j’ai un point de douleur assez violent en bas du dos à droite…

Bon la seule bonne nouvelle c’est qu’il ne pleut plus. Heureusement après 3 km les choses rentrent dans l’ordre et je commence à prendre un peu de plaisir à courir… je suis néanmoins limitée par les jambes et par la gadoue… il y a des passages dans la glaise hyper mouillée, la grosse patinoire…ambiance mud day…je regrette de ne pas avoir pris des chaussures de trail soft ground…mes routes et chemins ne sont pas du tout adaptées …. pas facile de courir… d’ailleurs, je tombe une fois… Au 6ème km, alors qu’elle en est à son 16ème, Céline Bousrez me double et m’encourage d’un « allez Christine », c’est sympa !

Elle est au taquet, hyper concentrée ! Il y a deux petits murs réputés sur la course, le premier à 20% est infranchissable en courant mais le deuxième est composé de lacets et de marches d’escalier à 15% en moyenne, où je passe les 2 fois en trottinant quand tout le monde marche… ça met un peu d’ambiance, je me fais chambrer par les mecs que je double.

Je suis assez contente de ma course… pas tellement du résultat, ce n’est pas une perf en soit, mais de ma gestion, car je n’aurais pas pu faire plus mais je me suis appliquée à faire le max même si dans les 3 premiers km, c’était dur mentalement (je me demandais un peu comment j’allais pouvoir courir 20 km comme cela…) Sinon, c’est confirmé je n’aime toujours pas ralentir et boire en catastrophe au ravito… en plus je puis obligée de bien caler le moment de prendre un gel pour pouvoir boire juste derrière…c’est pas top.

Arrivée du NatureWoman L du dimanche

Pas mécontente d’en finir 5h02 plus tard…je ne profite même pas des joies du ravitaillement de l’arrivé réputé comme particulièrement fourni et sympa. Il faut dire que j’ai froid quasi instantanément et qu’il n’y a pas assez de couvertures de survie pour tout le monde…c’est assez amusant de voir tous ces coureurs emmitouflés dans leur parure dorée sur la ligne d’arrivée.

Je reste sur un sentiment mitigé… grosse frustration de ne pas avoir eu la chance de profiter de cette belle course dans son parcours intégral et avec une météo plus clémente, et petite fierté d’avoir bravé les éléments et d’avoir bouclé une dernière course de la saison dans un timing honorable qui me classe 9ème V2F, comme au Ventouxman et au L de l’Alpe d’Huez…je vais peut-être prendre un abonnement…

Ah non j’oubliais… après la fameuse coupure hivernale, ces 18 jours où je vais être interdite de sport (oui oui je sais c’est pour mon bien !) …qui commence aujourd’hui… je change de catégorie…. Désormais, je jouerai les triathlons en V3F !

Ajouter un commentaire