TOP

Vélo et grossesse: peut-on continuer à pédaler en étant enceinte?

vélo et grossesse

Vélo et grossesse: peut-on continuer à pédaler en étant enceinte?

Une croyance populaire raconte que le vélo est une activité dangereuse pour la mère et le bébé. Mais qu’en est-il réellement ? Vélo et grossesse peuvent-il faire bon ménage, ou faut-il bannir cette activité de la vie des futures mamans ?

Durant ma grossesse, j’ai arpenté les rues de Montréal jusqu’à mon 5e mois de grossesse. Et en hiver en plus ! Autant vous dire que j’en ai choqué du monde.

Notamment ma sage-femme à qui j’ai dû expliquer de je me sentais plus en sécurité avec mes pneus à clous sur le bitume, qu’en chaussure sur les trottoirs glacés. Finalement, ce sont les nids-de-poule qui ont eu raison de ma persévérance. À partir du 5e mois, chaque choc de faisait mal au ventre, je n’ai pas souhaité prendre de risque inutile. Mon vélo a été remisé et j’attends maintenant l’été pour remonter en selle !

Vélo et grossesse, est-ce réellement dangereux ?

En réalité le vélo est considéré comme une pratique sportive moyennement dangereuse durant la grossesse. C’est-à-dire que ce n’est pas le sport qui présente un danger pour la mère ou l’enfant, mais plutôt les conditions dans lesquelles il est pratiqué :

  • le trafic automobile pour les accidents,
  • la qualité de la route qui va créer ou non des chocs et
  • le risque de chute.

Mais cela n’est pas seulement dû au vélo. La totalité de ces risques est à éviter lors de la grossesse, peut-importe l’activité.

Le plus important c’est de se sentir bien, de se faire plaisir et de rester à l’écoute de son corps. En ajustant alors votre pratique pour limiter les risques cité ci-dessus, il n’y a pas de réelle contre-indication à la pratique du vélo lors de la grossesse.

N’hésitez pas à ajuster votre vélo, (baisser la selle, lever la potence par exemple) pour vous assurer un confort de route.

Retrouvez ici quelques conseils pour pédaler en toute sécurité en attendant bébé.

Grossesse et bien être, ça passe aussi par le vélo

Par mesure de précaution trop de femmes cessent de pratiquer toute activité physique durant la grossesse. Un mode de vie problématique qui est souvent la cause d’une déprime pour la maman, et ne permet pas au corps de se préparer convenablement à l’accouchement. Et le vélo peut-être une réponse à cette problématique.

En plus de vous donner une excuse pour vous aérer l’esprit, ce sport soulage les jambes lourdes, renforce vos muscles et améliore la capacité d’oxygénation du corps. Un entrainement idéal pour se préparer à l’accouchement ! Et aussi de pouvoir vous remettre en selle plus rapidement !

Et si vous avez l’habitude de vous étirer après une sortie vélo, cela soulagera aussi un ensemble de douleurs dues aux changements physiques de la grossesse, comme le mal de dos.

Mais le plus important c’est de vous faire plaisir, sauf contre-indication médicale.

Les limites de l’entrainement sportif durant la grossesse

Cependant, pratiquer des activités sportives ne sont pas toujours anodines dans la vie d’une future maman. Écoutez-vous, prenez soin de vous. Acceptez d’aller moins vite et de voir vos capacités diminuer. C’est normal. Durant 9 mois, vous vous entrainez pour deux.

Alors n’oubliez pas :

  • de boire beaucoup d’eau
  • de ne pas faire d’entrainement trop intensif
  • de toujours penser à limiter les chocs

Consultez votre médecin ou sage-femme en cas de :

  • contractions
  • essoufflement anormal qui peine à s’atténuer
  • vertiges
  • saignements ou pertes vaginales
  • douleur sévère à la poitrine

Et si vous n’osez pas pédaler sur les routes, vous pouvez toujours pratiquer le vélo stationnaire et/ou de l’aquabike qui limitent la quasi totalité des risques liés au vélo.

Chacune sa façon de vivre sa grossesse et chaque grossesse est unique. Attendre le premier enfant ou un troisième, par exemple, influencera également vos choix.  Votre médecin pourra vous rassurer et/ou vous guider lors des visites de contrôles.

Et vous, avez-vous allié vélo et grossesse ? Quelle a été votre expérience ? Bonne grossesse à vélo à toutes les futures mamans et rendez-vous sur les routes avec vos enfants !

pub

Commentaires (13)

  • Avatar

    Cycy

    J’ai pédalé jusqu’à la fin, et jusqu’au bout puisque je suis allée à la maternité en tandem !
    Je vélotaf habituelllement avec mon vélo de course, mais ma boîte ( grosse boîte bleue qui vend des articles de sport, connaissez ?) m’a prêté un vélo électrique pour que je puisse continuer à venir vers les 4 mois de grossesse car maux de dos et essoufflement déjà conséquent (et les transports en cpmmun pendant les chaleurs … non merci !). Il faut effectivement accepter de ne pas rouler fort, mais alors pas fort du tout, et plus que jamais faire attention aux chutes ! Dernière sortie route à 2 mois de grossesse parce qu’il faisait déjà lourd et j’ai très vite eu mal au coccyx, mais les trajets à vélo n’ont jamais cessé ! J’ai eu de la chance sur cette grossesse 🙂 !

    répondre
    • Avatar

      Laura Pedebas

      Bravo ! Quelle belle opportunité tu as eu d’avoir un vélo électrique pour garder ton autonomie de déplacement.
      Moi j’ai dû faire une pause durant l’hiver canadien qui a été très glacé cette année. Mais j’étais effectivement moins confortable dans les transports en commun, surtout que mon ventre n’était pas visible avec les gros manteaux de neige…

      répondre
  • Avatar

    fred pat

    Si la maman se porte bien et faisait du vélo avant d’être enceinte, je pense qu’elle peut continuer. Personnellement j’en ai fait jusqu’à la veille de mon accouchement. J’étais bien suivi par mon médecin qui m’avait dit d’arrêter si j’avais des douleurs, j’ai eu la chance d’être en bonne santé !!! N’hésitez pas à continuer le sport, le fait d’être enceinte n’est pas une maladie, mais soyez prudente !!

    répondre
    • Avatar

      Laura La Cyclonomade

      C’est tout à fait ça 🙂

      répondre
  • Avatar

    Flop40

    Même enthousiasme pour moi, j’ai pedalé jusqu’à la veille de mon accouchement. J’ai troqué le vélo route typé course contre un VTT equipé en pneus slick pour rester sur la route, potence haute, et selle plus basse, mais quel plaisir d’être autonome. Pour ma part plus a l’aise en vélo qu’en marchant, pour une même durée d’exercice.

    répondre
    • Avatar

      Laura Pedebas

      Effectivement le vélo permet d’être assise et de parcourir plus de distance qu’à pied avec le moindre effort.

      répondre
  • Avatar

    Marjorie D

    Ah je suis contente de constater que d’autres femmes ont pédalé jusqu’à la veille de leur accouchement ! j’en fais partie et si c’est à refaire (prochaine grossesse peut-être) je referai du vélo tout le long de ma grossesse. Le vélo fait partie de mon quotidien, alors il n’était pas pensable d’arrêter au prétexte que j’étais enceinte. Tout mon entourage bondissait en l’apprenant, mais ma sage-femme m’a dit de maintenir une activité physique pour mieux préparer l’accouchement. J’ai eu la chance d’avoir une grossesse sans grandes douleurs (le dos excepté, comme tout le monde je pense) et d’avoir envie de continuer le vélo. Et oui, bien sur, le rythme est beaaaaaucoup plus lent. Limite, les piétons me doublaient parfois ! Mais j’étais mieux à vélo qu’à piétiner, surtout quand il faisait chaud l’été. Belle expérience et vraiment, arrétons les idées reçues comme quoi il faut s’arrêter de bouger (de vivre ?) quand on est enceinte !!

    répondre
    • Avatar

      Laura Pedebas

      Merci pour ce beau commentaire. Effectivement c’est trop important de rester active quand on est enceinte. Et c’est toujours bon de se faire plaisir, même à vélo !

      répondre
  • Avatar

    Colombe

    Ici team vélo jusqu’à 6 mois de grossesse. Passé ce délai, l’épuisement a eu raison de moi mais j’ai quand même poursuivi l’activité physique : yoga, natation, vélo d’appartement… J’ai nagé jusqu’à l’avant-veille de mon accouchement. Il faut dire que j’étais bien coachée car mon compagnon est l’auteur d’une thèse sur la pratique de l’activité physique pendant la grossesse

    répondre
    • Avatar

      Laura Pedebas

      Woaw ! Ce devait être agréable d’être bien accompagnée avec le futur papa. Sa thèse est-elle disponible en ligne ?

      répondre
  • Avatar

    La_d

    Idem, j’ai pédalé jusqu’à 2 semaines avant le terme. Alors, moins vite sur la fin évidement 😅 !
    J’ai trouvé ça plus confort que la marche (on porte moins son ventre), ça permet plus d’autonomie et de faire de plus longues distances.
    Pour se sentir bien sur le vélo : monter le guidon, baisser la selle pour ouvrir l’angle au niveau du ventre.
    Faut s’habituer aux réflexions d’absolument tout le monde (sauf le futur papa cycliste aussi 😉) et expliquer que ce n’est pas dangereux en soi (je ne suis jamais tombé d’un vélo en 25 ans, c’est pas aujourd’hui que ça va commencer), que le gros problème ce sont : les automobilistes (original, je sais…). Donc, sur pistes cyclables protégées, comme c’était mon cas, on m’a un peu foutu la paix 😊 !

    C’était un des endroits où je me sentais le mieux pendant ma grossesse !

    répondre
    • Avatar

      Laura Pedebas

      Merci pour ce beau témoignage et les conseils pour être bien à vélo. J’avais fait la même chose que toi : monté le guidon au maximum et baissé la selle. Ainsi j’étais plus droite et mon ventre plus confortable.

      répondre

Ajouter un commentaire