TOP

Le vélo au féminin et la question du genre et de l’origine

En 1895, Kittie Knox ébranle les représentations du vélo au féminin en participant au meeting annuel de la ligue masculine de vélo.

Le vélo au féminin et la question du genre et de l’origine

En 1895, Kittie Knox ébranle les représentations du vélo au féminin en participant au meeting annuel de la ligue masculine de vélo.
Kittie Knox est alors une jeune couturière de 21 ans, née d’une mère de peau blanche et d’un père de peau noire. En 1893, elle devient membre de la “League of American Wheelman” (actuel League of American Bicyclists).

La ségrégation raciale et de genre à vélo

Mais en 1894, les choses se compliquent lorsque la ligue décide d’instaurer une “barrière de couleur”; refusant donc l’adhésion aux personnes de couleurs.
Kittie avait déjà fait parler d’elle pour son statut de “femme à vélo et son palmarès assez étonnant jusque là: lors d’une course de 100 miles, elle est arrivée 12ème parmi 50 participants hommes et femmes.
En 1895, Kittie décide de participer au meeting annuel de la ligue masculine de vélo, malgré la barrière de couleur. Elle se présente au meeting munie de sa carte de membre et se voit refuser l’accès à ce rassemblement.

Ébranler les représentations du vélo au féminin

La presse de l’époque s’en est donnée à coeur joie pour reprendre l’histoire à leur manière. On trouve divers récits, certains spécifiant que Kittie a rejoint le meeting de force, d’autres affirmant qu’elle n’avait subit aucune interdiction.
Ce qui est sûr, c’est que Kittie a contribué à la réflexion raciale concernant le vélo et a mis au défi l’opinion public. Si les femmes à vélo étaient rares à l’époque, les personnes d’origine sociale mixte l’étaient encore plus. Kittie Knox n’a pas hésité à enfourcher son vélo coûte que coûte.
Et vous, vous connaissez d’autres histoires de vélo au féminin comme celle de Kittie Knox?
Crédits Photo: The League of American cyclists & The Boston Globe

pub

Ajouter un commentaire