TOP

Expression cycliste: Le coup de bordure

Expression cycliste: Le coup de bordure

Expression cycliste: Le coup de bordure

Lors d’étapes de plaine ou de course en ligne, l’une des stratégie d’équipe utilisée est le coup de bordure. Le vent devient un acteur pour la victoire.
Coup de bordure par ci, coup de bordure par là, il n’a pas fallu deux étapes dans ce Tour de France 2015 pour que les commentateurs nous martèlent cette expression. Je dois bien avouer qu’à la première écoute, j’entendais « coupe-bordures » et je me demandais bien pourquoi les présentateurs et consultants nous parlaient jardinage.
Mais non, c’est bien « coup de bordure » dont il s’agit. Explications.

Le coup de bordure, la stratégie du vent

Dans les étapes de plaine, il arrive fréquemment de voir la tête du peloton en éventail. Il occupe toute la largeur de la route jusqu’à la bordure. Ce placement n’a d’autre vocation que de protéger l’avant du peloton des rafales de vent lorsqu’il vient de droite ou de gauche et tenter de faire exploser le peloton en plusieurs groupes en accélérant.
Les coureurs qui se retrouvent en file indienne derrière l’éventail, le long de la bordure ont tout intérêt à créer un deuxième éventail pour éviter les efforts inutiles.
C’est ainsi que l’on peut se faire piéger en se retrouvant dans un deuxième voir un troisième éventail et peut être ne plus revoir la tête de la course.
Ce sont ces images d’un peloton morcelé que l’on a pu voir lors des étapes venteuses du Tour de France.

 
Le Tour de France regorge d’expressions imagées. Faites nous parvenir celles qui vous amusent, vous interpellent ou simplement celles que vous ne comprenez pas.

pub

Ajouter un commentaire