TOP

À bout de nerfs – BRM 1000 d’Angers EP 3

À bout de nerfs - BRM 1000 d’Angers EP 3

À bout de nerfs – BRM 1000 d’Angers EP 3

pub

Le BRM 1000 d’Angers, ce n’est vraiment pas de la tarte. Séverine s’accroche mais les nerfs sont à vif…

Jumilhac le Grand- St Germain les Belles: des moments difficiles

Le petit déjeuner avait été réservé à Jumilhac le Grand au km 433. La montée vers le château est raide mais quel bonheur une fois en haut. Nous nous regroupons tous sous le chapiteau du restaurant pour un petit déjeuner gargantuesque. Que cela fait du bien! Omelette, charcuterie, croissant, tartines, café, tout y passe. C’est qu’il faut reprendre des forces pour attaquer la journée.
C’est l’estomac bien rempli que nous repartons. J’ai le moral malgré un fessier qui commence à me faire mal. Je sais que les heures qui vont suivre vont être compliquées et j’angoisse un peu. Je pense qu’à mon rythme, je dois réussir à passer les difficultés mais je ne vis pas très bien le fait que les autres soient obligés de m’attendre.
Jean-Claude, Nicole et Christian font preuve de beaucoup de patience et moi je culpabilise. Je monte comme je peux et j’essaye de rattraper du temps dans les descentes. Je m’y amuse d’ailleurs beaucoup et heureusement, cela m’a permis de ne pas me décourager.
Sincèrement, j’avais vu sur le papier que cette portion serait compliquée mais si j’avais su que cela était aussi dur, je ne me serais certainement pas lancée… Et j’aurais eu tort!

Vers Châteauneuf sur Cher: à bout de nerfs

L’arrivée sur St Germain les Belles est difficile. Je m’agace avec les mouches qui viennent se coller à mon visage. Le groupe s’est étiolé. Chacun monte à son rythme. Nicole et Christian m’attendent en haut des côtes et je préfère. J’ai moins l’impression de leur faire perdre leur temps et eux peinent moins.
Je suis au bord de l’explosion. J’ai très chaud. Nicole me prend sous son aile. Elle m’emmène dans la supérette du coin pour me faire choisir à boire et à manger. Badoit, melon, pêche, abricots secs, compote. Je suis sur le trottoir, en larmes, à bout de nerfs et je me demande bien ce que je suis venue faire là.
Et puis, cela passe. Nous retrouvons Jean-Claude un peu plus bas qui me réconforte et Jérôme du groupe 1 qui nous rattrape. Obligé de dormir chez l’habitant pour se refaire une santé, le bougre a l’air d’avoir repris du poil de la bête. Il me donne également des nouvelles de Chéri… Il me dit qu’il roulait fort hier et qu’il avait fini par partir devant… Encore une rumeur certainement…
Un peu requinquée, je remonte sur mon vélo direction Châteauneuf sur Cher, pointage du km 495. L’objectif est d’arriver avant 12h30, heure de fermeture du Super U. C’est chose faite à quelques minutes près.

Avec sa saga « BRM 1000 d’Angers: Une néophyte au milieu des Grands », Ellesfontduvelo vous invite à suivre l’incroyable aventure sportive et humaine de Séverine Devolder sur le BRM 1000 d’Angers. Une petite mise en jambes avant d’entamer le Paris-Brest-Paris! Un parcours de 1000 km à vélo qui donne parfois mal aux fesses mais ne manque jamais ni de chaleur humaine ni d’humour.

Episode précédent: Premier coup de barreEpisode suivant: Vague à l’âme

pub

Ajouter un commentaire