TOP

Eva Joly, et une cyclo-addict de plus, une!

Eva Joly, et une cyclo-addict de plus, une!

Eva Joly, et une cyclo-addict de plus, une!

pub

Cyclo-addict depuis peu, Eva ne peut plus se passer son vélo. Découvrez son interview.

« Et a peine le vélo reposé, j’attends qu’une chose, c’est d’y retourner. Mal aux fesses? Même pas peur! »
Eva, elle est passée par toutes les étapes « classiques » à vélo, de ses petites roues au cyclotourisme, elle nous raconte pourquoi elle aussi, ne peut plus s’en passer. 


J’ai tout d’abord utilisé le vélo comme moyen de locomotion, j’ai trouvé ça naturel, un régal de voguer et dépasser les voitures (en ville surtout). Puis, je viens de passer au vélo de route, pour pousser un peu plus loin la discipline. Et c’est de la folie. Même si je remonte quand même tous les jours sur mon vieux vélo, le vélo de route me permet de m’évader, d’allonger les distances et chaque sortie est un défi.


Oui, je me souviens de la première fois où j’ai appris à faire du vélo sans petites roues! Je vous passe les détails, nos souvenirs sur le petit vélo tout rose sont presque tous pareils…
Quant à mes premières sorties en vélo de route, elles datent d’il y a deux mois. Et à peine le vélo reposé, j’attends qu’une chose, c’est d’y retourner. Mal aux fesses? Même pas peur!


Un beau souvenir? Hm… Une rando’ vélo organisée par Sandrine de MyHappyCanadaTour, une rando’ à la cool en bonne compagnie avec pique nique à la plage à la clé. Sinon, un défi ? Il y en aura oui, j’ai bien envie de partir un de ces 4, et pédaler à la rencontre des gens.


Je ne partirai jamais sans mon casque. Il est essentiel, hier encore j’ai lu un de vos articles disant qu’il sauve des vies. Et oui, c’est bien vrai et je veux y croire. Alors, ne vous inquiétez pas les filles, ils sont légers et pas si moches que ça! Sinon, toujours mon portable sur moi (pas très digital detox, je sais! mais si j’ai un pépin: « Allô papa ! »), un billet de 10€ et à boire.


Vous avez envie? Allez-y, n’hésitez plus je vous jure. Et vous vous direz: elle avait raison de me dire qu’a chaque fin de sortie on a envie de remettre ça! N’ayez pas peur, vous trouverez votre rythme et surtout le type de pratique que vous souhaitez faire. Et si vous vivez en ville, le vélo est obligatoire, je vous mets pas la pression, mais c’est très conseillé! Et si vous êtes dans le 44, faites moi signe, je vous attends!



Vous aussi vous êtes un(e) Bike addict? Contactez-nous et témoignez!

pub

Ajouter un commentaire