TOP

Breteuil, Rambouillet et Maintenon : 3 châteaux en véloscénie

chateaux véloscénie vélos

Breteuil, Rambouillet et Maintenon : 3 châteaux en véloscénie

Le point commun entre les châteaux de Breteuil, Rambouillet et Maintenon ? Ils se situent tous les trois en ouverture du parcours de la Véloscénie, après Versailles. 3 haltes bobos pour notre périple à vélo. Dont un coup de coeur.

Relier Notre-Dame de Paris au Mont Saint Michel à vélo, c’est un dessein que je nourrissais depuis l’ouverture de la Véloscénie, en 2010. Parce que le parcours associe vélo, nature et culture. En effet, la Véloscénie permet, en quelques jours, sur 450 km seulement, de découvrir de grands monuments de France et des pans importants de son histoire.

Les 3 châteaux en début de Véloscénie

 
Ça y est, nous y sommes : au cœur de la vallée de Chevreuse, après une 1e journée de mise en jambe avec de belles côtes.


Sur cette route des châteaux, je suis d’ailleurs plusieurs fois confortée dans mon choix d’avoir opté pour le vélo électrique. Non seulement, cela m’a permis de ne pas trop me brider sur le contenu – et donc le poids – de mes sacoches (plusieurs sorties et soirées prévues le long du périple m’y ont un peu obligée), mais en plus, j’ai l’assurance de profiter pleinement des paysages et des villages traversés, quelque soit le dénivelé et le trafic.

Il était une fois le Château de Breteuil

Le château de Breteuil ne figure pas parmi les sites inoubliables énumérés dans la navigation du site de la Véloscénie. Et pourtant. Il y a deux motifs pour lesquelles il mérite d’être mis en exergue, selon moi :

  1. c’est un musée très apprécié des enfants : 8 contes de Perrault y sont mis en scène avec une vingtaine de personnages de cire dans les dépendances du château. Ce n’est pas un hasard : Perrault n’était pas uniquement conteur, il était aussi directeur du Trésor du ministre Louis de Breteuil, de 1657 à 1665. Vous faites la véloscénie avec vos enfants ? Ne ratez pas cette halte.
  2. c’est une femme qui a initié la fabuleuse restauration du château et contribué à le réhabiliter, dès les années 1970, tout en l’adaptant au jeune public : Séverine de Breteuil, passionnée d’art et de patrimoine.

Le château de Rambouillet, et surtout sa forêt

Une vingtaine de kilomètres sépare les châteaux de Breteuil et de Rambouillet, quand on fait un crochet par l’espace Rambouillet, niché au coeur de la forêt éponyme. Je vous conseille de le faire, ce détour. Surtout, une fois de plus, si vous voyagez avec votre progéniture. Le parc abrite une telle densité animalière, dans un espace naturel tellement beau, apaisant et presque sans obstacle entre les animaux et les visiteurs … En outre, les innombrables animations pour sensibiliser à la flore et la faune sont très bien faites.
Le château de Rambouillet est incontournable. Pour la beauté de ses jardins, l’élégance de ses décors magnifiques et son aura de résidence d’été présidentielle. Mais c’est surtout la traversée de la forêt qui marquera cette étape de ma Véloscénie. D’autant qu’il faisait très chaud. Cette heure passée à pédaler lentement sous la canopée fut un réel plaisir à la suite des côtes et la densité du trafic sur certaines départementales, quand on a quitté Saint-Rémy-lès-Chevreuses.

Le château de Maintenon, ou était-ce Cendrillon ?

22 kilomètres plus loin, en passant par Éperon et Hanches, suivant toujours la Véloscénie, nous mettons le cap sur Maintenon. Le trajet à vélo sur les routes balisées et les pistes cyclables est charmant : nous serpentons parmi les routes de campagnes et ruelles de villages, avant d’aboutir soudainement droit devant le château, protégé par sa grille discrète.
Discret, le lieu le serait certainement resté s’il n’avait appartenu à une femme exceptionnelle. Madame de Maintenon, née Françoise d’Aubigné, a marqué la vie d’un roi de France, l’histoire du pays et le début de l’accès à l’éducation pour les jeunes Françaises de la noblesse pauvre. Et si le domaine n’avait été traversé, en arrière-plan, par une portion d’un caprice royal : l’aqueduc de Vauban.
L’histoire de Madame de Maintenon ressemble à celle de Cendrillon, mais en mieux : puisqu’elle est vraie. Née en prison, placée chez une tante et ensuite chez sa marraine qui la place au couvent des Ursulines de Niort, Françoise d’Aubigné découvre peu à peu les salons littéraires sous la protection d’une soeur bienveillante. Elle épouse en premières noces le poète Scarron, de 25 ans son aîné. À la mort de celui-ci, Françoise d’Aubigné, sans le sou, devient gouvernante des enfants naturels du Roi Louis XIV, qui s’éprend d’elle et l’épouse après quelques années.  Oui, l’histoire de Madame de Maintenon, c’est l’histoire d’une gouvernante devenue l’épouse du Roi !
Ce n’est pas le côté Cendrillon cependant qui fait mon coup de coeur dans cette histoire. C’est la pugnacité de cette femme, sa volonté à s’éduquer et à s’extraire de la misère, sa capacité à commercer avec les plus grands personnages de France. Et sa vie consacrée à l’éducation d’autres femmes, qui comme elles, auraient eu un destin de misère, si elles n’avaient pas eu accès à la culture et l’enseignement.
Ce que j’aime particulièrement dans ce périple de la Véloscénie, c’est cela : de découvrir ou redécouvrir l’histoire de France, par épisodes, entre des heures d’itinérance à vélo à travers les campagnes. Et d’apprécier la qualité exceptionnelle des animations et expositions des monuments, sites et châteaux visités.

Je suis la fondatrice et l’éditrice de ellesfontduvelo.com, et la cyclo-gimmick de la bande. 5 vélos (Bianchi, Canondale, Kona, Wilier et Brompton), mon coeur bat pour les braquets et le moulin. J’ai pratiqué beaucoup, un peu, passionnément. Ai procrastiné longtemps aussi. Et prépare un grand retour à mes premières amours: le vélo. Et plus particulièrement le vélo de route. Et le pliant. Et le weehoo pour mes enfants.

Ajouter un commentaire