TOP

Quels sont les avantages d’avoir 50 ans quand on est une triathlète ?

Christine Dugelay, triathlète à 50 ans

Quels sont les avantages d’avoir 50 ans quand on est une triathlète ?

Dans quelques jours, je vais avoir 50 ans. Chouette! Je ne me suis jamais sentie aussi libre et bien dans mon corps. Découvrez les 10 avantages d’être triathlète à 50 ans!

Voici les 10 avantages majeurs à jouer en Master 2

1. Les entrainements longs peuvent durer vraiment longtemps

Pas besoin de rentrer pour préparer à manger à mes enfants, ni d’ailleurs de filer à l’anglaise pour éviter leurs pleurs

2. J’ai de nouveaux partenaires d’entrainement

Quel plaisir de partager mes sorties à vélos ou en course à pied avec mes enfants devenus grands

 

View this post on Instagram

 

Ah mais je vais finir par y prendre goût au podium !….celui-ci a une saveur spéciale… c’est le podium au scratch féminin… mon premier… à presque 50 ans il n’est pas trop tard. En même temps je suis vraiment allée le chercher… J’étais partie vite mais pas trop dans le dur pour éviter d’exploser en route, les sensations n’étant pas au top ces derniers jours fatigue de l’entrainement oblige. Assez surprise de tenir une bonne allure au dessus de 12 km/h,  les choses sérieuses ont commencé juste après le 6ème km quand j’ai réalisé que je venais de dépasser Anne B, ma principale rivale sur cette course qui venait de s’arrêter au ravito. Elle me reprend 500 m plus tard mais je décide de m’accrocher pensant que je n’ai aucune chance vu ses perfs sur le plat. C’est dur je m’accroche et finalement je la rejoins à 2 km de la fin dans la petite côte…la côte c’est là que je peux faire la différence. Je sais que si je ne donne pas tout c’est médaille en chocolat… ça me motive pour tenir le rythme sur le plat qui suit… bien vu parce qu’à 800 m de la fin je passe devant. J’ai bien grimacé jusqu’à la fin mais j’ai bien kiffé le podium (3ème au scratch 1ère V2F) d’autant que @coraliem09 qui finit 5ème mais 1ère de sa caté après le scratch est montée avec moi sur le podium… C’était un moment très émouvant #efdv #quicoach #mytribecoaching #embrunman2019 #coursedesbordsdesaone

A post shared by Christine Dugelay (@christinedugelay) on

3. J’organise mon planning comme je le souhaite

Je sais que mes ados peuvent / aiment se passer de moi tout un WE ou toute une semaine, du coup je me lâche sans aucune culpabilité pour mes escapades sportives

4. Les kinés et médecins sont aux petits oignons avec moi

Les patientes sportives de mon âge se font plus rares. Une bonne séance de kiné pour soigner une petite blessure vaut mieux qu’un antidépresseur, c’est en tout cas ce qu’ils me disent

5. Les jeunes me respectent

Ils me donnent du : « ah ben moi aussi j’aimerais bien avoir la forme que tu as à ton âge »… c’est toujours flatteur

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Christine Dugelay (@christinedugelay) on

6. J’ai les moyens de faire du shopping

J’ai économisé assez toutes ces années pour pouvoir craquer sur une énième tenue de vélo ou de triathlon ou une nouvelle paire de baskets, absolument, irrévocablement indispensables pour me sentir bien dans mon sport

7. Je ne me censure pas

Je m’autorise à faire la liste de toutes mes envies et à les réaliser : bon OK du coup ça donne une longue liste de courses

8. Je n’écoute plus ma maman chérie

Elle qui me dit régulièrement : « Ne va pas te casser quelque chose » (en même temps, je ne l’ai pas épargnée toutes ces années),  ça me soulage d’une dose de stress

 

9. Je suis meilleure qu’avant en endurance

Du coup, je peux reprendre du monde à la fin des courses, c’est grisant

 

View this post on Instagram

 

Etape du Tour 2018, finisher en 9h00’04! Sans doute la cyclo la plus difficile que j’ai faite jusque là.

A post shared by Christine Dugelay (@christinedugelay) on

10. Le podium devient accessible :

Plus on vieilli, moins on est nombreuses dans la catégorie plus on a de chance d’être sur le podium CQFD

 

Et si l’on prenait le sujet dans l’autre sens ….

Le vrai GROS avantage d’être une triathlète quand on a 50 ans :

C’est de pouvoir manger ce que l’on veut sans prendre les kilos impitoyablement liés aux années qui passent… D’ailleurs, moi, je me gave de bananes, d’oléagineux, de compotes à boire, de fruits séchés, d’avocats, d’eau de coco, d’huile d’olive, de barres énergétiques, de quinoa, de pâtes… mais ma balance ne bronche (presque) pas… oups j’oubliais… je mange aussi des bonbons et de la pogne … mais chuuuut… Alors oui, pour toutes ces bonnes raisons et pour fêter mon demi siècle la saison sportive 2019 sera riche!

 

Venez me rejoindre sur les épreuves suivantes :

Dans le même temps je ferai 2 stages d’entrainement, un à vélo en Espagne avec mon Club, le CSVS et l’autre en triathlon à Embrun avec My Tribe Triathlon, où je suis également licenciée.

 

Pour les années à venir ma liste des projets sportifs est à rallonge

  • tester le ski de rando et / ou le skating,
  • retourner faire le L de l’Alpe d’Huez,
  • participer à un triathlon L mais tout plat
  • m’aligner sur un XTerra
  • partager un semi marathon en équipe avec ma fille (le Duo de l’Hermitage)
  • refaire un marathon sec et passer sous les 4h
  • rouler sur une épreuve de Race Across France (un 300 km suffira pour commencer)…

Du coup dans 10 ans, ce sera comment vous croyez? On se tient au courant.  Racontez-moi aussi votre vécu de votre passage à la cinquantaine! Bien à vélo!

Crédit photo Race Across France lors de la sortie avec Vélosophe

pub

Ajouter un commentaire