TOP

L’équipe Paule Ka met la clef sous la porte

l'équipe paule ka fin

L’équipe Paule Ka met la clef sous la porte

pub

En juin dernier, nous vous annoncions l’arrivée de l’équipe Paule Ka dans le cyclisme féminin. Engagée pour quatre ans, la marque de prêt-à-porter s’est finalement retirée avec effet immédiat la semaine dernière.

L’équipe Paule Ka a vu le jour fin avril 2020

Trois petits mois et puis s’en vont. Petit rappel des faits : fin avril 2020, les coureuses de la formation Bigla-Katusha appelaient à l’aide dans une lettre ouverte. Après 15 ans dans le peloton professionnel féminin, l’équipe suisse était menacée de disparition. La marque Paule Ka s’est alors engagée à reprendre le sponsoring, jusque fin 2024. Une bonne nouvelle pour le vélo féminin.

L’équipe Paule Ka est dissoute faute de moyens en octobre 2020

La lune de miel a été de courte durée : dès le mois de juillet 2020, les salaires ont été payés en retard. Avant de ne plus l’être du tout, en août, septembre et octobre. Une situation délicate, qui a obligé les managers de l’équipe à devoir dissoudre la formation, faute de moyens. Pas de Tour des Flandres, pas de 3 Jours de la Panne.

“Notre priorité est de trouver de nouvelles équipes à nos coureuses et notre staff”

Dans un communiqué de l’équipe, la direction de la formation a réagi : “l’équipe comptait encore passer plusieurs années ensemble, en quête de victoires. Mais c’est avec regret que nous ne pourrons plus partager cet objectif, l’équipe étant condamnée à la dissolution après quinze années dans le peloton. Maintenant, notre priorité est de trouver de nouvelles équipes à nos coureuses et notre staff, pour sécuriser leur avenir”.

Les cyclistes de l’équipe Paule Ka ont reçu un seul mois de salaire?

Cette situation laisse tout de même perplexe les suiveurs du cyclisme féminin. Comment la marque Paule Ka n’a-t-elle pu payer qu’un seul mois de salaires, tout en s’engageant sur quatre années ?

Toute formation, et ceci est valable pour l’équipe Paule Ka également, pour accéder au World Tour, doit présenter des garanties bancaires. Quels sont les risques de voir cette mésaventure se reproduire à l’avenir ? Le cyclisme féminin a besoin de sponsors motivés sur le long-terme, pour pouvoir poursuivre son développement.

Le sponsoring doit reposer sur des motivations fondées, des objectifs concrets. Le « mois d’essai », ou l’expression « satisfait ou remboursé », ne fonctionnent pas dans le monde du sport. Derrière le nom d’une équipe, se cachent plusieurs dizaines d’employés qui voient leur avenir s’assombrir.

Le mot de la fin est pour Lizzy Banks, leader de l’équipe Paule Ka, qui résume bien la situation : “Je suis une battante, et je me battrai encore”.

 

View this post on Instagram

 

Walking away from my teammates and writing this post hurts a lot but I want to explain to you all what is going on. The news is official that my team, @equipe_pauleka will close and that we will not be participating in any more races this season. No Flanders. No De Panne. As fans of the sport you all deserve to know what’s going on. The truth is that this has been an incredibly difficult two weeks. We learned at the beginning of last week that @paulekaofficiel, who committed to three and a half years of sponsorship, only paid one instalment in July and as of this moment, the team is waiting for the rest, and because of this the team was simply unable to manage any further financial commitments of racing. That’s pretty much the whole story that there is to tell. I really hope everyone from this talented group finds a new job and a new team that believes in them the same way that this project believed in all of us. I started my European career in January last year as a total nobody. I was so green, my knowledge of race craft was very limited. I can’t believe how much I’ve progressed over the past 2 seasons, my highlights of course being 2 stage wins of the Giro Rosa, taking 2nd in Plouay WWT and another 24 top 10s. Results aside, my personal development in to the team captain and road captain is one of the things I’m most proud of and having played a role in the development of all the athletes on this team and played a part in creating a culture of succesful teamwork which has taken us to the 4th best team in the world. Another sad day but I am a fighter and I will fight again.

A post shared by Lizzy Banks (@elizzybanks) on

Crédit photo est de F.Ossola / Giro Rosa
pub

Ajouter un commentaire