TOP

Voyager à vélo avec son chien : récit de notre périple de 2300 km avec Ocho

Voyager à vélo avec son chien Fred

Voyager à vélo avec son chien : récit de notre périple de 2300 km avec Ocho

pub

Voyager à vélo avec son chien, c’est possible.  On vient de parcourir 2300 km à vélo en 21 journées avec notre chien. Je vous explique comment préparer votre voyage au mieux.

Avoir un chien, c’est génial mais c’est aussi contraignant…surtout à l’approche des vacances. Le laisser en pension ou à la famille c’est bien mais l’assumer pleinement c’est encore mieux car il faut dire que ça fait toujours mal au coeur de le laisser…

voyager avec son chien à vélo ocho

Préparer son voyage à vélo avec son chien

Nous avons profité de cette période un peu bizarre de pandémie pour faire un break et rendre visite à des amis que nous n’avions pas vu depuis plus de 6 ans. Nous sommes donc partis de Sigean dans l’Aude en direction du Morbihan. Puis, sur notre lancée, nous avons tracé jusqu’à Saint Jean de Luz voir d’autres amis et enfin nous sommes rentrés chez nous. Le tout à vélo avec notre petit border-collie, Ocho, du haut de ses 1 an et 8 mois. Au total, 21 jours de vélo et 2300km en empruntant un maximum de chemins.

Nous avons longtemps hésité pour deux raisons:

  • Ocho s’est fait opérer d’un coussinet début juin et il a mis plus d’un mois a récupérer sa marche à 4 pattes (il a ailleurs fait les 4 premiers jours du séjour à trois pattes)
  • Aussi à cause de la remorque (il n’était pas fan du tout de la remorque et on se voyait mal parcourir autant de kilomètres dans ce contexte).

Mais… Ocho est un chien qui s’adapte a beaucoup de situations et on a décidé de lui faire confiance. Au pire, on s’est dit qu’on rentrerait plus tôt.

single remorques vélo chien

Pour la préparation du chien ça a été un peu compliqué de notre côté à cause de sa blessure mais je vous conseille d’habituer votre chien quelques semaines avant votre voyage (condition physique et apprentissage de la remorque).
Au niveau de ses bagages, nous avons pris: sa remorque avec chambres à air et rustines, sa gamelle avec environ 2kg de croquettes pour commencer, des friandises, son jouet fétiche, ses gourdes pour l’eau, son harnais avec sa laisse, sa muselière (pour les transports au cas où), son passeport et carnet de vaccination, son tapis de sol, des sacs pour les déjections et enfin sa trousse à pharmacie (désinfectant, crème coussinet, collyre, bandages, chausson…).

ocho et sa remorque vélo
Lorsqu’il n’avait plus de croquettes on essayait de trouver une clinique vétérinaire pour refaire le plein ou en grande surface. Ocho n’est pas très sensible au changement d’alimentation mais il est vrai que c’est plus conseillé de garder la même nourriture et d’opérer une transition lorsqu’on change de croquettes. Concernant l’eau nous faisions le plein aux fontaines ou on achetait des bouteilles si nous n’avions pas le choix mais Ocho aimait se baigner et boire dans les rivières…et c’est là que ça peut être dangereux. En effet, il faut faire attention aux cyanobactéries (algues bleues) qui sont des particules présentes dans l’eau et qui peuvent produire une toxine mortelle pour les animaux et engendrer de nombreux effets secondaires chez l’homme, tels que des vomissements, des nausées ou encore des douleurs musculaires. Il faut se renseigner en amont auprès des Agences Régionale de Santé de la région en question.

La grande traversée : 2300 km aller-retour

Notre seul objectif était finalement de nous adapter à Ocho. On l’observait sans cesse, on faisait de longues pauses à l’ombre aux heures les plus chaudes et parfois des détours pour rejoindre des points d’eau pour le baigner.


A chaque fois qu’il courait, nous faisions un « lap » au GPS dans le but de totaliser le nombre de kilomètres qu’il avait parcouru à la fin de la journée. Au final, Ocho a couru entre 15 et 30km par jour mais sur des segments de maximum 5 kilomètres et à son rythme. Afin de préserver ses coussinets, on privilégiait les revêtements souples et à l’ombre.

voyager avec son chien à vélo lap parcours
Si les deux premiers jours il fallait porter notre canaille pour le mettre dans la remorque, les jours suivant ce n’était plus nécessaire…il avait complètement compris le système et on avait vraiment l’impression qu’il adorait ça: un simple « Ocho, remorque » et voilà que l’énergumène montait tout seul et tout content dans son carrosse !

voyager avec son chien à vélo

Nous avons tracé notre parcours sur Komoot en privilégiant un maximum de chemins. C’était par moment très galère car les mono-traces étaient parfois étroits et avec la remorque c’était plutôt sport ! Par moment on basculait sur des traces « gravel » pour éviter des parties trop compliquées avec la remorque. En effet, la remorque chargée pesait 43kg. Lorsqu’on rajoute le poids du vélo et les bagages, Fred avait un convoi exceptionnel de 63kg et moi seulement 24kg (bagages, vélo, sac à dos).

Voyager a velo avec son chien gaelle

Pour une fois je pouvais le suivre en montée et même l’aider ! Fred m’a tout simplement impressionné par sa force en montée et sa technique dans certaines descentes…On se demande encore parfois comment la remorque a tenu le choc !

tunnel avec remorque chien
Il nous est également arrivé de prendre des bouts de routes fréquentées. Dans ce cas, Fred était devant avec la remorque et le drapeau puis moi derrière avec l’éclairage. Généralement les automobilistes s’écartaient en pensant peut-être que nous avions un enfant dans la remorque.
Dans les Landes, nous avons emprunté la Vélodysée. De belles pistes cyclables dans la forêt mais où le chien doit être tenu en laisse. La traversée des villes se passaient généralement bien.
Ocho mangeait le matin, le midi et le soir. Entre les repas on lui donnait des petites friandises. Sa dépense énergétique étant bien plus élevée qu’en temps normal, on veillait à ce qu’il ne perde pas de poids. L’hydratation est aussi primordiale. Même lorsqu’il était dans la remorque on pensait à l’hydrater régulièrement. En effet, les chiens ne régulent pas leur température comme nous et un coup de chaleur peut leur être fatal.
La nuit Ocho dormait avec nous dans la tente. Nous avons fait un maximum de camping « sauvage » mais il nous est arrivé de dormir dans des camping normaux. Dans ces derniers, nous avons eu a payer pour lui entre 3 et 5 euros (c’est parfois gratuit) et il faut qu’il soit tenu en laisse.
Généralement les chiens sont bien acceptés dans les établissements (restaurants, camping), en tout cas nous n’avons pas eu de problèmes. D’ailleurs lorsque l’on parlait avec des gens c’était surtout pour parler d’Ocho car il a suscité beaucoup de curiosité.

La déprime du retour

Lorsque nous sommes partis, nous n’imaginions pas faire le périple en entier. On s’était dit que si on parvenait à aller en Bretagne ça serait déjà un exploit. Pour finir, nous avons fait notre périple complet ! Voyager à vélo avec son chien n’est pas toujours aisé. Il y a eu des moments très difficiles (je pense notamment à un portage épique en pleine canicule où nous n’avions plus beaucoup d’eau et Fred faisait un début de déshydratation), des grands moments de panique (je pense à Ocho qui s’est jeté dans une rivière et s’est fait emporter par le courant et nous avons du aller le chercher à la nage) mais au final tous ces moments ont fait de ce séjour un moment inoubliable. Nous étions une équipe, une famille et ce moment de partage avec notre petit Ocho restera gravé dans nos coeurs…et je pense dans le sien.

Ocho voyage à vélo mer

Le retour à la réalité a été assez « violent ». Il faut reprendre le rythme du travail et les petites balades d’Ocho n’ont pas le même goût. La remorque, laissée là dans le garage n’attend qu’à repartir et Ocho, lui, espère juste qu’on lui donne l’ordre pour se jeter dedans comme s’il était prêt à repartir à l’aventure…parce que c’était une merveilleuse aventure…

Et vous, vous avez déjà voyagé à vélo avec votre chien?  N’hésitez pas a partager vos conseils et relisez un de mes articles sur le Cani VTT et Anne Fulleringer, multiple championne de la discipline.

J’ai commencé le vélo assez tard et pourtant c’est un sport qui m’a toujours attiré (fille d’une maman hollandaise oblige ;-) ). Lorsque j’étais ado, j’avais pris des renseignements auprès d'un garçon qui pratiquait le vélo et ce dernier m’avait déconseillé fortement cette pratique en me disant que ce n’était pas un sport de fille… Lorsque j’ai débuté le vélo bien des années plus tard je m’en suis voulu de l’avoir écouté car c’est vraiment un sport de filles et de femmes ! J’adore le VTT que je pratique avec mon amoureux, le vélo de route et les longs cols de montagne même si je n’ai pas le profil de grimpeuse (ma passion pour le chocolat est trop grande). Depuis peu, le vélo voyage toujours avec mon chéri et notre chien Ocho.

pub

Commentaires (2)

  • Avatar

    Marie Delas

    Merci pour ce bel article,
    je réfléchis depuis un moment à partir en voyage vélo avec mon loulou sénior !
    Vous me motivez !! 🙂

    répondre
  • Avatar

    Véro

    Très bel article 😉

    répondre

Ajouter un commentaire