Un amour de VTT: focus sur la championne Amélie François

Des endurances aux marathons VTT, pour se dépasser en prenant du plaisir. Rencontre avec Amélie François, la championne FCWB XC Marathon 2015.

De l’achat de son premier VTT au championnat de Wallonie

Le 27 septembre 2015, la Belge Amélie Français remporte, très émue, le maillot de championne de Wallonie. Vous croyez-nous si l’on vous dit qu’il y a à peine 5 ans, elle était cavalière entraîneuse pour chevaux de course? Extrêmement sportive, une mauvaise chute la pousse à changer de discipline… à exercer de manière compétitive. Amélie s’achète son premier « bon » VTT et commence à rouler tous les dimanches en VTT en forêt. C’est le dépaysement qu’elle préfère. Elle change plusieurs fois de club pour rejoindre l’équipe des Blancs Gilets: les équipes trop individualistes dans un sport qui est déjà solitaire, ce n’est pas son truc. Très vite elle passe à la vitesse supérieure… tout en restant très humble.

« Cette année en faisant les marathons, je me suis prise au jeu des courses. Avant ça, je roulais pour le plaisir, mais “commencer et finir” reste ma devise. Je ne suis pas une grande performeuse. Je ne m’entraîne pas comme une Alice Pirard; je suis encore loin de son niveau. Je suis très contente d’avoir gagné les championnats de Wallonie, mais si elle avait été là, je suis certaine que ce n’était pas pour moi. »

Un amour de VTT: focus sur la championne Amélie François

Le petit penchant d’Amélie: les marathons et les endurances

Le concept de l’endurance: faire le plus de tours en un temps record! Certaines endurances durent quelques heures, d’autres 24 h. Vous pouvez le faire en équipe mixte, en équipe de 2 ou 3 personnes ou en solo.

« Les endurances sont très motivantes: de la musique, des équipes, des bavardages avec les connaissances lorsque le coéquipier roule… C’est vraiment une course, on donne tout ce qu’on a à chaque tour. »

Le marathon est une course individuelle chronométrée sur longues distances. On ne passe pas deux fois au même endroit! « On se bat vraiment contre soi », explique Amélie. Ses premiers marathons (une dizaine) datent de 2014. Cette année, Amélie s’est fixé comme objectif de faire tout l’O2 BIKERS Marathon Challenge! Ce marathon vise le dépassement de soi (et non la rapidité) avec un objectif simple: parvenir à terminer le plus grand nombre d’épreuves longues distances inscrites au calendrier belge. Et elle s’est vite prise au jeu: 21 marathons, une dizaine de podiums et le titre de championne FCWB! Chapeau!

Un amour de VTT: focus sur la championne Amélie François

Le VTT en amoureux lui donne des ailes

Alexis Matthys, vous connaissez? Ce champion du monde de VTT en solitaire sur 24 heures est aussi l’amoureux d’Amélie! Les avantages de partager la même passion? Amélie le suit et l’épaule dans ses courses; elle s’occupe du ravitaillement, calcule les secondes qui le séparent de ses adversaires. Impressionnant… mais tout de même stressant! Et, Alexis la booste lorsqu’elle pédale!

« C’est quelqu’un qui est là à 100 % pour vous. On a déjà fait quelques endurances en équipe… On a gagné à chaque fois. Lorsque l’on participe tous les 2 au même marathon, il fait marche arrière lorsqu’il a passé la ligne d’arrivée et vient me rechercher sur les derniers kilomètres ! Autant je peux avoir l’impression de ne plus en pouvoir, autant quand il arrive il me redonne de l’énergie. C’est très motivant. »

Un amour de VTT: focus sur la championne Amélie François

Une petite pause pour retrouver le plaisir

Amélie a beaucoup roulé cette année, s’est mis beaucoup de pression pour gagner et s’est coupée en 4 entre son travail et ses entraînements la semaine (en extérieur et sur home trainer). Alors, elle a décidé de lever le pied

« Aujourd’hui, la moindre côte m’exaspère. Je me demande souvent ce que je fais encore sur le vélo. Donc, je me suis dit “repos”! L’année prochaine, mon objectif sera de reprendre du plaisir sur le vélo. Avoir du plaisir est plus important que d’être compétitif. Quand il y a du plaisir, on est performant. Quand il n’y va avec des pieds de plombs, on ne fait pas de bons résultats. Or j’ai un peu perdu de mon plaisir à force de me dire “il faut qu’on y aille”, “il faut qu’on se lève”, “je veux gagner” et, finalement, ça devient très dur moralement. Le vélo ne doit pas devenir une addiction, il faut trouver le juste milieu et faire en fonction de son corps et des ses capacités. Il ne faut pas oublier qu’on a des limites. »

Merci Amélie pour ce témoignage très humain, inspirant et motivant. On ne peut donc vous souhaiter qu’une chose pour 2016… Du plaisir à vélo… et encore du plaisir!

Vous aussi vous avez participé à des endurances et des marathons VTT cette année? Racontez-nous!

Étiquettes : , ,


2 commentaires à propos de “Un amour de VTT: focus sur la championne Amélie François”

  1. buxant marc dit :

    Superbe aventure…

  2. Mariane dit :

    Avec quel plaisir, Amélie, j’ai vu tes photos et lu ton si bon interview.
    Suivez avec toujours plus de joie et de confiance les « Routes » que vous avez prises.
    Joyeuses Vivantes félicitations et – pourquoi pas ? – l’occasion de joindre mes voeux les meilleurs pour 2016 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.