Paris-Roubaix Challenge 2018

J’ai fait le Paris-Roubaix Challenge 2018 et voilà ce que je retiendrai. Je ne suis pas une rouleuse et le plat m’ennuie. Avant mars 2018, je n’avais jamais fait 172 km de vélo. Beaucoup de gens m’ont dit que j’étais folle…..

Paris-Roubaix Challenge pour « Le rêve de Lucas »

Rouler sur les 172 km du Paris-Roubaix Challenge pour soutenir le rêve de Lucas.

Lucas, 10 ans, a perdu sa motricité suite à un arrêt cardiaque à 21 mois. Pour réaliser son rêve : remarcher et financer sa rééducation, mon ami Christophe, le cousin du papa de Lucas, a vendu des pavés virtuels (soit 528 000 pavés!).

Il a rapporté à l’association la somme de 8950.00 €. Lucas fait trois stages en Espagne par an et chaque stage coûte près de 3000 euros. Ces stages ne sont pas remboursés et pourtant ils lui permettent d’améliorer sa motricité.

Aussi, nous étions donc 7 à courir le Paris-Roubaix Challenge 2018 pour Lucas . Nous sommes arrivés ensemble dans le vélodrome où Lucas nous attendait avec ses parents et son frère. C’était une émotion immense qui nous a fait vite oublier la douleur des secteurs pavés.

Paris-Roubaix Challenge 2018

Paris-Roubaix Challenge: vélo plaisir  – vélo souffrance

L’enfer du Nord porte vraiment son nom. Avant le premier secteur pavé, je n’avais vraiment aucune idée de la technicité et de la difficulté de rouler sur les pavés. J’avais attentivement lu les bons conseils de Laurent Defrancq pour préparer le Paris-Roubaix Challenge.

Marion Delas, autre contributrice EFDV, qui l’avait fait, m’avait dit : reste souple sur tes bras…..

Pendant les 15 premiers secteurs (28 en tout), j’ai roulé en haut du pavé. J’avais de bonnes sensations, c’était même drôle. Beaucoup de gens m’ont doublé. J’ai gardé ma trajectoire avec une moyenne de 20 km/h (moins à la fin) quand les pros passent à 44 !

“No pain no gain”

Au bout de 14 secteurs et 105 km, j’ai commencé à sentir la douleur dans les mains et les avant-bras. Le stress d’une éventuelle chute est palpable et me crispe encore plus.

Du coup, les 10 derniers secteurs, j’ai « triché » en prenant les bas-côtés quand ils étaient praticables. Le rendement est moins important mais cela permet de reposer les bras et les poignets. Certains secteurs s’enchaînent, d’autres secteurs sont vraiment longs (3.7 km).

Finalement, le mental joue beaucoup dans cette épreuve. Les caravanes déjà en place sur les secteurs m’encouragent « allez madame : » et ça fait du bien.

Paris-Roubaix Challenge 2018

De beaux pavés irréguliers

Paris-Roubaix Challenge 2018: comment s’y préparer ?

En terme de préparation physique, hélas, rien ne peut nous préparer à rouler sur des pavés.

15 jours avant la course, j’avais fait un 195km (Tour du lac Léman) pour tester un peu mon endurance. La course étant tôt dans la saison, c’est difficile d’avoir des bornes au compteur surtout moi qui vit en montagne. De plus l’an passé, je n’ai pas roulé avec ma grossesse. Heureusement, j’ai fait un peu de ski de fond cet hiver ce qui permet de garder un peu de condition.

Pour l’équipement, j’ai opté pour des pneus de 28. J’ai acheté des pneus neufs Specialized Roubaix. J’ai pas eu de crevaison et je suis satisfaite de leur performance. J’avais prévu trois chambres à air de rechange. J’ai utilisé mon vélo habituel en carbone.

C’est impressionnant le nombre de cyclistes qui crèvent sur cette épreuve! Autre chiffre important : le nombre de bidons, sacoches de selles et autres pompes qui valsent pendant la course et entraînent de nombreuses chutes.

Aussi, j’avais prévu le coup et j’avais pris un petit élastique pour serrer mes porte-bidons. Résultat, mes deux bidons sont restés scotchés à mon vélo et m’ont bien servis vu la météo!

Enfin, j’ai doublé la guidoline pour atténuer le ressenti des vibrations. J’ai manqué de souplesse sur les avant-bras ce qui m’a valu pas mal d’ampoules aux mains et de grosses douleurs aux poignets. C’est pourquoi, si c’était à refaire, en-dessous de mes gants, que je prendrais neufs, je mettrais de la bande adhésive élastique type Elastoplast.

Paris-Roubaix Challenge 2018

un des secteurs les plus durs

Paris-Roubaix Challenge: on y va ?

Oui, Paris-Roubaix Challenge fait partie des grandes classiques et, à mon goût, doit être fait une fois dans sa vie de cycliste. Le Paris-Roubaix Challenge 2018 était ensoleillé avec un vent très favorable. La perception de la course aurait été complètement différente avec de la pluie et la boue… heureusement !

Bravo aux vélos vintage;)

Sur ce challenge, il existe trois parcours (172, 145 ou 70 km). Aussi, si vous souhaitez goûter au doux plaisir amer des pavés, vous pouvez commencer en douceur par la version raccourcie avec 75km dont 10 km de pavés repartis en 8 secteurs.

Je n’arrive pas à trouver de chiffres officiels sur la participation féminine. En revanche, sur les résultats, si je sélectionne le sexe féminin, j’ai 216 résultats. Est-ce que ça veut dire que sur 5400 personnes sur tous les parcours il y avait 216 femmes ? Possible

Cependant, j’ai constaté trois points négatifs à l’organisation du Paris-Roubaix Challenge 2018

  • Tout d’abord, le contenu des ravitos était léger. Je regrette également l’absence de produits régionaux.
  • Par ailleurs, la Trouée d’Arenberg, qui est le secteur pavé le plus connu et le plus attendu, n’a pas pu être empruntée dans son intégralité. Je pense que l’organisation a voulu garder le secteur « intact » pour le pros le lendemain. Dommage !
  • Enfin, les cyclistes qui sont arrivés après 18h00 n’ont pas eu la possibilité de rentrer dans le vélodrome pour faire le dernier demi-tour de piste. Je trouve ça dommage d’arracher ce passage mythique aux derniers…

Et vous cela vous dit de participer au prochain Paris-Roubaix Challenge?  On y retourne?  Il faut s’y montrer les filles et arriver plus grand nombre!

Étiquettes :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.