TOP

Quand le vélo urbain roule au féminin

Quand le vélo urbain roule au féminin

Quand le vélo urbain roule au féminin

Le vélo urbain au féminin est une histoire qui s’écrit au fil des jours. Une histoire d’autonomie et de liberté à l’image de notre mode de vie urbain. 

En ville, mon vélo me colle à la peau

« Je n’ai besoin de personne, en Harley Davidson ». Au guidon de mon byclo, c’est un peu la même chanson. Quand je pédale au rythme de ma vie urbaine, j’aime la sensation de liberté, d’autonomie et d’indépendance.
La demi-heure à ronger mon frein à attendre le bus? Non, merci. À vélo, je gère mes déplacements quand je veux, comme je veux.
La galère de la crevaison où il faut traverser la moitié de la ville à pieds pour trouver une boutique de réparation? Très peu pour moi. À vélo, je gère les réparations comme une pro.

Le vélo urbain au féminin: vers plus d’autonomie…

Alors que les vélo-écoles fleurissent à chaque coin de rue (ou presque), les ateliers de do-it-yourself font fureur.
En ville, on trouve de plus en plus facilement ces ateliers de réparation vélo: en quelques séances, on est autonomes pour gérer les réglages et interventions mécaniques de base. Dans certains ateliers, comme ceux de la rue de Voot (Bruxelles), on apprend même à monter et démonter son vélo pièce par pièce.
Ce que j’aime? Retrousser mes manches et mettre les mains dans le cambouis. Pourquoi j’aime ça? Parce que j’ai envie de comprendre et de maîtriser la mécanique de mon byclo. 

Vélo urbain et look féminin? Même pas peur.

À vélo, look et sécurité sont devenus un duo (presque) inséparable. Exit le vieux gilet jaune, les nouvelles tenues trendy et tendances révolutionnent le look de la cycliste urbaine. Petits créateurs et designers dénichent chaque jour de nouvelles trouvailles.
Quelques exemples? La Caspuche by Jaquotte, le pantalon Betabrand, le trench Tumavu, les Bikie Girls Bloomers… Même le casque à vélo se transforme en chapeau tendance et mondain.

Mon vélo, mon mode de vie

Le vélo urbain, c’est beau, c’est tendance. Oui, mais pas que: en tant qu’urbaine (plus que) convertie, je me reconnais et je me retrouve dans la pratique du vélo. Elle correspond au rythme de ma vie urbaine, à mes envies d’autonomie, à mon besoin de bouger.
Alors oui, les villes ne sont pas encore 100% adaptées aux cyclistes. Oui, il y a encore des progrès à faire en termes d’aménagements. Mais à chaque coup de pédale, le vélo urbain roule un peu plus au féminin. Et pas seulement parce que c’est bon pour la santé, mais aussi parce qu’il correspond à nos modes de vie et nos pratiques urbaines.
Et ça, ça donne envie de mettre le pied à la pédale…n’est-ce pas mesdames?
Crédit photo: Ed Yourdon – Creative commons.

pub

Ajouter un commentaire