TOP

Pédalez sur la ViaRhôna de Seyssel à Lyon avec Marine!

Le récit de Marine sur les voies vertes de la ViaRhôna: 200 kilomètres de nature, de montagnes et de paysages ressourçants.

Pédalez sur la ViaRhôna de Seyssel à Lyon avec Marine!

Le récit de Marine sur les voies vertes de la ViaRhôna: 200 kilomètres de nature, de montagnes et de paysages ressourçants.

ViaRhôna est une véloroute-voie verte de 815 km, en cours de réalisation, qui reliera le lac Léman aux plages de Méditerranée. Chouette projet n’est-ce pas? Voici mon récit des quelques 200 kilomètres parcourus au printemps dernier entre Rhône et montagnes

Une destination sauvage, en dehors des sentiers battus

L’aventure démarre du côté de Seyssel en Haute-Savoie. De l’autre côté de la rive se trouve… Seyssel, côté Ain ce coup-ci! Au milieu s’écoule paisiblement le Rhône, mon compagnon de voyage pour les 5 prochains jours. Je quitte les deux Seyssel après une visite très instructive à la Maison du Haut-Rhône, histoire d’en apprendre un peu plus sur le fleuve et ses habitants.
Sur mon chemin, je croise peu de vélos mais beaucoup de promeneurs. Les montagnes autour de moi et le fleuve à mes côtés, j’avance sans trop me soucier du dénivelé… la ViaRhôna tient ses promesses de véloroute accessible à tous!

De pépites en pépites!

La ViaRhôna, c’est avant tout un formidable outil pour découvrir autrement le Rhône et les territoires qui le bordent. À plusieurs reprises, je m’éloigne des rives du fleuve pour varier les plaisirs.
Dans ma sacoche à pépites, je trouve Chanaz surnommée la petite Venise savoyarde, le village de Lhuis connu pour son atelier de poterie, les impressionnantes grottes de la Balme, des châteaux, des villages en pierre et moult autres merveilles!
Pour les gourmandes comme moi, les yeux (mais surtout l’estomac!) se régaleront avec la longue liste des spécialités régionales: le gâteau de Savoie, la célèbre brioche aux pralines de Saint-Genix-sur-Guiers, le fromage Brillat-Savarin, etc. Je termine en beauté mon périple en m’attablant dans un traditionnel bouchon lyonnais. Tripes, boudin, saucisson…je fais mienne l’expression « Tout est bon dans le cochon! ».
Conseil pratique : la ViaRhôna n’est que partiellement balisée! Certaines portions sont très bien indiquées mais il n’est pas rare de se retrouver à une intersection sans aucune information sur la direction à suivre! Consultez le site www.viarhona.com avant de partir en randonnée pour étudier votre parcours.
Et vous, quels sont vos coins préférés sur la ViaRhôna?
Pour retrouver les pépites de Marine, rendez-vous sur le site www.velovoyageur.com
 
Merci à Marine la vélo-voyageuse, pour son récit envoûtant sur la ViaRhôna!
Marine, son job c’est de dénicher les pépites culturelles, gourmandes& insolites d’une région pour créer des séjours à vélo inoubliables ! Elle sillonne les voies vertes de l’hexagone avec mes cartes et mon solide appétit, insatiable de nouvelles découvertes.
 

pub

Commentaires (7)

  • Avatar

    bravo
    a chaque sortie, claudio constate que le balisage s’améliore , mais en effet parfois il manque
    d ou la nécessité de préparer son parcours
    Les outils sont moultes , carte, web, sites et Jean passe
    mais c’est du plaisir car comme disait boris le meilleur c’est avant qd on monte l’escalier
    claudio a force de péripater sur viarhona a écrit un topo guide qui peut aider
    http://cbandiera.free.fr/parcours/le-rhone-a-velo/topo/
    claudio

    répondre
    • Avatar

      Rebecca, la Curieuse

      Merci Claudio pour votre intervention éclairante et votre guide. Qui sait, il pourra peut-être aider nos lectrices (ou lecteurs 😉 ). Bonne continuation à vélo!

      répondre
  • Avatar

    Guillaume

    Bonjour,
    Très chouette description, affiche de rêve (du Léman à la Mer, y a pire comme programme) et beaucoup d’enthousiasme!
    Je nuancerais un peu le propos!
    Malgré la petite réserve en fin d’article sur les conseils pratiques, je trouve que la situation du cycliste est moins idyllique qu’il n’y parait dans l’article.
    Paysage, gastronomie ect, parfaitement d’accord et un grand merci pour le récit!
    Pour ce qui est de l’aménagement, c’est assez déconcertant. J’ai fait Genève-Lyon. Selon les départements traversés, ça change du tout au tout! Dans l’Ain et la Savoie on est bien, voire extrêmement bien, sur l’itinéraire. On sent (comme le dit Claudio) que l’amélioration se poursuit. Effectivement, le site a parfois du retard sur la qualité des aménagements (des tronçons désormais aménagés étaient encore identifiés comme mixtes sur internet). Quand on a le malheur de passer le Rhône pour se retrouver en Isère, sur les départementales bien fréquentées, le vidage de tête fait place à la crainte du fauchage (plus pistes, signalétique??)! Quand à la Haute-Savoie, on pourrait s’amuser à compter le linéaire de bande/piste cyclable sur l’itinéraire…
    EFDV participera peut être à faire changer les choses!!
    Merci en tout cas pour votre travail, les évasions proposées et la mine d’informations qu’on trouve ici!!

    répondre
    • Avatar

      Rebecca, la Curieuse

      Merci à vous Guillaume, pour votre intervention enrichissante! Et pour votre présence et enthousiasme! À bientôt sur notre magazine en ligne !

      répondre
  • Avatar

    daccord avec guillaume
    perso jai appris a nuancer mes propos et de faire comme nos politks a pratiquer la langue de bois
    si en 74 73 38 ça va en 69 c’est pas terrible comme a lyon
    mais il parait que ça vient
    de geneve a lyon
    http://cbandiera.free.fr/recits/2015-sete-geneve-3/F/3.html

    répondre
    • Avatar

      Guillaume

      Chouettes tes clichés sur le tracé. Le pont en quittant l’Ain et en arrivant en Isère est particulièrement évocateur de mes réserves dans le commentaires précédents.
      En tout cas pour la partie Genève-Lyon (seule que j’ai pu faire pour le moment), je dirai merci au CG01 qui semble s’être saisi de la ViaRhôna avec plus de vigueur que ses voisins.
      Pour mon info, qu’as-tu pensé de la suite, entre Lyon et la mer?

      répondre

Ajouter un commentaire