TOP

Entraînement et surentraînement, modérez vos efforts

Entraînement et surentraînement, modérez vos efforts

Entraînement et surentraînement, modérez vos efforts

L’hiver est une saison idéale pour poursuivre son entraînement cycliste afin d’être fin prête lors de la prochaine saison. 
S’il y a un sport ou l’entraînement est primordial, c’est bien le cyclisme. Il vous aide à atteindre un certain niveau de performance et surtout, il vous permet de vous y maintenir.
Attention, l’entraînement ne fera pas de vous une championne si vous n’en avez pas la constitution. 

L’entraînement a ses limites

La vitesse d’un bateau est limitée par sa vague d’étrave. Les performances d’une cycliste le sont par son PMA (Puissance Maximale Aérobie). Le PMA, c’est la puissance atteinte à la consommation d’oxygène maximale. C’est à dire, la quantité maximale d’oxygène que l’organisme peut utiliser par unité de temps au cours d’un exercice musculaire intense. Il est admis qu’un cycliste ne pourra, en aucun cas, dépasser sa PMA de plus de 20%
Conscient de cette limite, il est inutile de pousser votre cœur trop loin pour éviter un surentraînement.

Le surentraînement: le burn-out cycliste

Si vous ressentez une fatigue générale anormale, que vos performances sont en baisse et que votre enthousiasme à avaler les kilomètres s’estompe, c’est que le surentraînement vous guette. Associé à cela, si vous avez un sommeil perturbé, un stress ou des angoisses, des courbatures, vertiges, douleurs et d’autres faiblesses, ce sont des signes qui ne trompent. Vous allez devoir lever le pied.
Le remède est simple et primordial. Lâchez la pression et réduisez l’intensité de votre entraînement. Il n’est pas nécessaire de tout arrêter, mais augmentez, par exemple, vos temps de repos. Dans une à deux semaines, tout devrait rentrer dans l’ordre. En cas de fatigue excessive, n’hésitez pas à consulter votre médecin.

La bonne manière de s’entraîner

Maintenant que l’on sait comment ne pas trop s’entraîner, il reste à savoir comment bien s’entraîner.
Le test à l’effort par un professionnel est une première étape qui permet de connaître sa condition physique ainsi que les limites à ne pas dépasser.
La préparation physique, surtout hivernale, sera constituée de 2 phases: la préparation physique généralisée et la préparation physique spécifique. La première destinée à améliorer le niveau de forme de base, la seconde à améliorer les qualités physiques.
Vous élaborerez ensuite un plan d’entraînement. Vous déterminerez vos objectifs, travaillerez votre progression et soignerez votre récupération.
Pensez à partager vos résultats avec une communauté. Les applications mobiles dédiées à cela sont multiples et abondamment utilisées.
Et vous, quels sont vos bons trucs pour éviter le surentraînement?

pub

Ajouter un commentaire