TOP

Le vélo rassemble ! [stage paiani ventoux j1]

le-velo-rassemble-stage-paiani-j1

Le vélo rassemble ! [stage paiani ventoux j1]

J1 du Stage Paiani Ventoux pour #efdv, 2e édition. Souvenirs à 4 voix de Aude, Sandrine, Anaïs et Cath. En un mot ? Non en 3 : le vélo rassemble.

❊ AUDE ❊

Ca y est, le stage EFDV, c’est fini, on vous raconte tout ! Première journée. Une première journée de découvertes, de rencontres et de mise en jambes

L’organisation pré-stage

J’ai eu la chance de participer à la première édition du stage en 2018.
Aude Morin nous raconte le stage #efdv ventoux

Donc cette année, pas de questionnements inutiles, pas d’inquiétude où je me demande si je vais avoir le niveau, qu’est-ce que l’on va manger, en plus je suis végétarienne, comment vont-être les chambres, est-ce que j’ai prévu assez de change… J’ai juste une envie : rouler avec les copines, m’amuser, rencontrer de nouvelles personnes et partager.

Le stage Ventoux #EFDV: le plaisir d’abord

Je sais que durant ce stage c’est le plaisir qui a la primeur. C’est en mode joyeux que le vélo rassemble. Jean-Lou, notre coach, adapte le rythme en fonction de chacune, de la météo et du ressenti. Notre hôte, Olivier Brochery, nous accueille comme à la maison et est aux petits soins pour nous. C’est donc avec impatience que je vois la date approcher.

Pour faire la route, ça fait déjà quelques mois que je voulais organiser un co-voiturage, plus économe, plus écolo et surtout plus sympa ! Sur la cyclo de la Grand Trophée Bourgogne, fin avril, j’ai fait la connaissance d’une autre contributrice Sandrine, avec qui le courant est passé tout de suite.

Le vélo rassemble : préparatifs Ventoux

Avec le co-voiturage, on prend de l’avance

Elle habite en Haute-Savoie, moi en Savoie, c’est tout naturellement que nous nous donnons RDV à Chambéry pour nous rejoindre. Les trois heures de route sont passées vitesse grand V. Nous avons déposé son fils Lucien chez sa maman sur la route et nous avons papoté tout le long. Ça nous a permis de faire plus ample connaissance, c’est vraiment super sympa.
C’est tellement bon…. Que l’on prend un peu d’avance !

Nous arrivons au Bed and Bike, chez Olivier Bochery à 18h30. Nous avons fait le choix, comme je l’avais déjà fait l’année dernière d’arriver la veille au soir, pour être en forme à 9h le lendemain. D’ailleurs, dès l’inscription cette option était proposée.

Sur place, nous retrouvons Jean-Lou, accompagné de Laurent qui sera notre chauffeur de mini-bus transporteur de ravito et de nos sacs de pluie. Il est cycliste aussi, et connait bien la région.

Le vélo rassemble tous les horizons … On fait les présentations ?

Gaëlle et Fred sont là aussi. Ils tiennent tous les deux une salle sport, le studio C, dans l’Hérault. Fred sera le deuxième coach. Gaëlle nous prévoit des séances de stretching et d’automassage.

Il y a aussi Mathilde L’Azou, elle vient comme moi de Savoie et est originaire de Bretagne : que de point communs ! En plus elle est super sympathique. C’est la marraine du stage, habituellement sur les motos à photographier les cyclistes, elle va profiter à son tour. Il y a des têtes connues Stéphanie, qui est venue passer une semaine chez moi l’été dernier, Catherine « la doyenne » qui est venue cette année accompagnée de sa belle-sœur Nathalie.

Annabelle et Valérie originaires du Nord, wahh elles ont en fait de la route ! Comme Tatyana, qui nous rejoindra un peu plus tard … chapeau les filles ! Il y a aussi Alexa de Toulouse, mais aussi Hélène alias Florence Foresti, Laurence de Nice… Et bien sûr Muriel sans qui rien ne serait arrivé.

Le premier challenge, vous l’avez compris…. C’est déjà de retenir les prénoms ! Surtout que tout le monde n’est pas là, certaines logent à l’extérieur, par choix ou aussi parce que Bed and bike c’est familial donc les chambres ne peuvent accueillir tout le monde.

C’est la veille qu’il faut s’alimenter, car avec le temps de la digestion, le petit déjeuner c’est déjà trop tard.

Nous nous installons dans les chambres, puis c’est l’heure de passer à table. Olivier nous prépare un repas pour préparer nos organismes à la journée de lendemain : salade de betteraves et pommes en entrée, poulet et riz puis gâteau aux fruits secs. Jean-lou nous le dit, c’est la veille qu’il faut s’alimenter, car avec le temps de la digestion, le petit déjeuner c’est déjà trop tard. Surtout que ça risque de fatiguer l’organisme.

Quelques papotages plus tard et les estomacs remplis, nous allons nous coucher, cette première soirée est déjà passée bien vite ! J’ai hâte de faire les premiers tours de roues!

❊ SANDRINE ❊

L’humeur est déjà au beau fixe. On se tatoue mutuellement. Aude et moi, on a pris de l’avance avec la Bourgogne Cyclo, on retrouve le coup de main.

@EFDV sandrine regeon rédaction elles font du vélo
En parlant de papotages, justement, je partage la chambre avec Aude et Stephanie. On continue un moment les discussions. Stéphanie me raconte sa dernière cyclo, la Chullanka Ladies Grandonfo dans le Mercantour, avec une météo difficile et la moitié des engagées (course entièrement féminine) qui ne sont pas venues. J’ai l’impression d’avoir vécu la même chose 15 jours avant, en Bourgogne.

Jour 1 : Session tatou et Luberon

Au petit matin, il y a déjà du monde autour de la grande table du petit déjeuner. Certaines sont déjà en tenue et d’autres apprécient le premier café du matin fraichement servi par Olivier. Le briefing est programmé vers 09h00 afin que les filles qui ne dorment pas au gite aient le temps d’arriver.

Sandrine, Aude et Cath avec Jean-Lou : stage ventoux

Le vélo rassemble les femmes tatouées

Du coup, on en profite pour présenter le dernier petit craquage de Gaëtane : les tatouages EFDV. L’humeur est déjà au beau fixe. On se tatoue mutuellement. Aude et moi, on a pris de l’avance avec la Bourgogne Cyclo, on retrouve le coup de main.

3, 2, 1 … ça rameute et piaffe sur Facebook

Le briefing commence… Mathilde filme, Aude poste des notes pour les retardataires sur le groupe Facebook. Et fait déjà saliver Olivia qui coincée au boulot ne viendra que le soir du premier jour.

Jean-Lou présente les deux parcours et leurs profils la longueur, les difficultés, les ravitos. Nous avons le choix entre 77km – 1350m D+ ou 100km – 1650m D+ ! Le Col de Murs (626 m) est la première difficulté. Elle est commune aux deux parcours.

Ainsi, Jean-Lou propose qu’on fasse le point en haut sur qui souhaite faire quel parcours. Jean-Lou nous expose aussi l’art de la descente ou comment prendre son virage. Je sais que c’est une faiblesse pour moi, j’écoute avec attention.

❊ ANAÏS ❊

Je vois tous ces vélos posés dans l’allée, et surtout je vois ces filles avec la casquette EFDV : ça me fait chaud au cœur.

Pour ma part j’arrive le matin pile à l’heure! Quand je débarque chez Olivier (le gérant de Bed and Bike donc), je vois tous ces vélos posés dans l’allée, et surtout je vois ces filles avec la casquette EFDV. En fait, ça me fait chaud au cœur de pouvoir partager avec elles cette même passion pour le vélo!

anais-rech-arnaud-manzanini

Rencontre fortuite entre Anais et Arnaud Manzanini au stage.

En ce qui me concerne, c’est mon tout premier stage. J’ai quand même la pression, et je n’ai pas roulé depuis 7 jours!

Jean-Lou nous donne des conseils, nous fait un schéma explicatif pour savoir quand freiner dans la courbe, puis nous avons même droit à la démo sur un vélo d’appartement flanqué dans le salon du Bed & Bike.

Après des séances photos et vidéos, nous déposons nos affaires dans le camion Paiani et en route ! On a de la chance avec la météo car il fait beau et même chaud !! On décolle vers 09h45.

Sandrine : Le col est à 15 kilomètres du départ. La mise en jambe est courte mais ça monte régulièrement. Chacune monte à son rythme. Fred est à l’arrière et Jean-Lou est à l’avant du groupe. Ils ont le temps de faire des photos tout comme Laurent qui s’arrête régulièrement et descend du camion.

Anaïs : Nous grimpons le col des Murs, des petits groupes se forment déjà. Je fais la connaissance de Mathilde L’Azou, marraine du stage, elle est photographe-journaliste avec un beau palmarès, et c’est une chic fille en tout cas.
Au sommet de cette première ascension, premier ravito, Jean-Lou nous demande si on veut maintenir le groupe. Nous sommes 10 nanas à avoir choisi le grand parcours, et on décide de repartir ensembles.

Quand le vélo rassemble autour des bons conseils de Jean Lou

Solidarité et encouragements font chaud au cœur

Sandrine : Je pars avec le premier groupe, l’allure est bonne, on s’attend en haut des bosses. On traverse le pittoresque village de Roussillon et ses ocres, sublime. Un guitariste reprendre du Piaf, on ne résiste pas de chanter quelques airs avec lui. Stéphanie et Aude pose avec  !

Anaïs : 14h, arrivée toujours groupées à Gordes, c’est l’heure de manger ! C‘est un ravito classé au guide Michelin, déjà y a une table et des tabourets : le standing !! Puis bien sur y a des pizzas, des quiches… mais aussi des crêpes pour le dessert, un vrai menu 3 étoiles !!! Après tout ça, on fait une super photo pour immortaliser ce moment, et surtout… on prend le temps de boire un café pour digérer !
C’est l’heure de repartir pour le col des Trois Termes, et oui les filles ! Il ne faillait pas trop manger ! Au sommet nous attendons celles qui ont été distancées, nous les encourageons, et spontanément une haie d’honneur se forme pour l’arrivée de Muriel ! Je trouve ça super cette solidarité entre nous.

Sandrine : Moi suis contente d’avoir pris la crêpe sucrée au ravito. En effet, il fait chaud et ça monte pas mal. La route qui part de Gorde à notre Dame de Sénanque est grandiose et aérienne. Le final, le Col des Trois termes est court mais dur. Déjà je pense à demain, au Ventoux… L’image que je retiendrai de la journée c’est l’arrivée de Muriel en haut de ce col. La solidarité des filles et les encouragements font chauds au cœur. Encore une fois la preuve que le vélo rassemble.
Enfin, félicitations à Victoire et Mathilde qui n’avaient jamais fait une sortie de 100 kilomètres! Bravo les filles!

Le col des Murs, pour composer les groupes selon les allures

❊ CATHERINE ❊

Comme quoi, c’est bien le vélo qui nous rassemble.


Superbes retrouvailles avec les filles de l’édition 2018. On ne s’est pas forcément retrouvé entre-nous faute de localisation mais j’avoue qu’avec certaines, nous avons eu la chance de nous voir sur des cyclos.

Je dis bonjour à toutes les nouvelles. J’ai adoré la remarque d’une qui m’a reconnue une fois mon casque sur la tête. Elle m’a dit: « mais ouiii toi je te connais ! » Comme quoi, c’est bien le vélo qui nous rassemble.

Puis le rythme se met tout seul en route

J’ai trouvé que sur cette première sortie nous étions parties un peu fort. Cela mettait le doute à certaines de savoir si elles pourraient continuer. L’année dernière ça avait fait pareil, mais le rythme se met tout seul en route par la suite.
Le vélo rassemble pour Catherine

Tout au long de la journée, je discute un peu avec toutes les stagiaires, histoire de faire connaissance. L’ambiance est toujours légère et sympa. Je retrouve avec plaisir les ravitos de Jean-Lou, toujours bien copieux. Et le parcours toujours aussi beau. Une première journée super, qui donne la mesure du stage…

❊ Mathilde l’Azou ❊

Découvrez le récap de cette première journée avec la vidéo réalisée par notre Marraine Mathilde l’Azou.

 

 

Bien à vélo!

pub

Commentaires (1)

  • Vélizienne

    Vélizienne

    Viiiiiite la suite s’il vous plait 🙂
    J’ai hâte de lire les autres jours.
    Merci pour ce beau reportage.

    répondre

Ajouter un commentaire