TOP

Le vélo couché pour voyager, en 7 points

Le vélo couché en voyage reste un mythe qu'on espère percer un jour sans oser franchir le pas. Après un voyage de 4000 km, Laura nous livre ses impressions!

Le vélo couché pour voyager, en 7 points

Le vélo couché en voyage reste un mythe qu’on espère percer un jour sans oser franchir le pas. Après un voyage de 4000 km, Laura nous livre ses impressions!

Le vélo couché pour voyager… Et pourquoi pas?

Laura a testé le vélo couché pour voyager… Voici en 7 points comment Laura est devenue une adepte du vélo couché pour ses expéditions à vélo!

  1. Premier atout: le confort

    L’atout majeur du vélo couché c’est bien sûr le confort. Pas de douleur avec la selle, ni de point d’appui sur les mains et poignets. Le dos et la nuque restent droits. Autant d’avantages qui apportent au voyage une nouvelle dimension; celle de pouvoir avancer sans douleur!
  2. Un nouvel équilibre à trouver
    À vélo couché l’équilibre est totalement différent, il faut réapprendre à faire du vélo. Cependant c’est un exercice assez simple. En voyage beaucoup de gens ont essayé mon vélo et ils ont tous réussi entre 0 seconde et 30 minutes.
  3. Idéal pour la vitesse

    Le vélo couché est le partenaire idéal de la vitesse. La position couché réduit la surface frontale vous rendant plus aérodynamique. On fend le vent facilement et avec moins d’effort qu’en vélo droit.
  4. Un vélo tout terrain?

    Comme tout vélo, on peut adapter son vélo couché aux différentes routes. Envie de chemin? Des pneus larges suffisent pour être confortable. Mais du tout terrain… Pas sûre… La position allongée rend le cycliste plus vulnérable aux chocs car le corps les encaisse sur toute sa longueur, et ses pieds en hauteur empêchent de se rattraper aussi facilement qu’en vélo droit.
  5. Visible ou invisible

    Malgré la hauteur spécifique de mon vélo et les sacoches de voyage, on reste moins visibles sur la route; ce qui ne veut pas dire invisible pour autant! Pour compenser, j’allumais ma dynamo.
  6. Et pour les bagages?

    Pas de problème pour les sacoches, il y a un porte-bagage arrière et beaucoup d‘espace sous la selle. Mes sacoches classiques étaient parfaites, quant à mon conjoint il a simplement adapté un sac étanche trouvé dans un magasin de sport.
  7. Difficile en montée

    Un point négatif tout de même; pour monter des côtes, vous n’avez plus que vos jambes. Et même si tous les autres muscles (abdos, bras, etc.) viennent en renfort, les côtes se montent avec un peu plus d’efforts qu’un vélo droit. Pour des parcours avec beaucoup de dénivelés positifs, des pédales à clip pourraient s’avérer avantageuses.

Le vélo couché, un vélo pour la longue distance

Décidément oui oui et re-oui! Le vélo couché est idéal pour des parcours longue distance. Son confort et son aérodynamisme se révèlent être de très bons atouts de voyage.
En résumé, je suis séduite! Le vélo couché aura été un atout pour mois durant ce voyage. Aucune douleur à déclarer à part ma frustration dans les montées. J’ai battu tous mes records: pointe de vitesse (80,2km/h), vitesse moyenne (30km/h et plus), et plusieurs journées de 130km parcourus facilement. D’autant plus que son aspect inusité intrigue beaucoup et facilite les rencontres.
Et vous, des expériences de voyage à vélo couché à nous raconter?
Merci à Laura pour son passionnant récit et ses impressions sur le vélo couché!
Crédits Photo: Laura
 

pub

Ajouter un commentaire