TOP

400 km pour tester les sacoches Apidura

Laura a profité d'une sortie humanitaire de 400 km à vélo en 24 heures pour tester les sacoches Apidura, prêtées par la marque pour l'occasion! Voici son verdict!

400 km pour tester les sacoches Apidura

 Laura a profité d’une sortie humanitaire de 400 km à vélo en 24 heures pour tester les sacoches Apidura, prêtées par la marque pour l’occasion! Voici son verdict!

Dans le cadre du projet « Chéri, y a plus de sel » dont nous vous avons parlé, la marque de sacoche haut de gamme Apidura nous a prêté 3 sacoches pour notre périple. Il était en effet question de parcourir 400 km en 24 heures sans assistance pour ramener 6 kg de sel camarguais depuis le petit village d’Ardèche La Voulte-sur-Rhône.

Nous avons donc reçu un kit composé d’une sacoche de selle, d’une sacoche de cadre et d’une sacoche de guidon. Incroyablement légères tout en respirant la robustesse, ses sacoches sont sans aucun doute conçues pour endurer moult péripéties. Passons-les en revue pour voir ce qu’elles ont dans le ventre.

La sacoche de selle

Apidura nous a gâtés avec la sacoche de selle grand format d’une capacité de 17,5 l pour un poids de seulement 400 gr. J’ai pu aisément y glisser une veste thermique, un cuissard et des maillots de rechange, puis 1,5 kg de sel pour le retour.

Une fois bien fixée, rien ne bouge. On peut ressentir le balourd lorsqu’on se met en danseuse, mais c’est ce que l’on appelle l’inertie et on ne peut pas lutter contre la physique.

apidura-1

La fermeture est astucieuse et permet de se passer d’une fermeture éclair, souvent le maillon faible d’un tel équipement. Le filet sur le dessus est bien pratique pour y mettre une veste. Pour avoir roulé de nuit, nous avons apprécié le petit insert qui permet d’y fixer un feu arrière.

apidura-2

apidura-3

La sacoche de cadre

La sacoche de cadre fut une révélation pour moi! Tellement pratique et facile à ouvrir en roulant! La fermeture éclair est d’une facilité et d’un confort déconcertants à manipuler pendant qu’on roule. J’y mettais de quoi m’alimenter d’un côté et mon téléphone de l’autre.

apidura-4

apidura-5

Attention tout de même à bien choisir sa taille de sacoche en fonction de la taille de son cadre. N’étant pas très grande, j’ai par conséquent un cadre compact (oui, c’est comme ça qu’on dit quand on ne veut pas dire petit). Avec cette sacoche de cadre, j’ai dû condamner l’accès à mes bidons d’un côté.

apidura-6

Même s’il existe des sacoches de cadre plus petites, je pense qu’il aurait été plus approprié d’utiliser une petite sacoche qui se fixe sur le tube supérieur. La contenance est relativement moindre, mais l’accès y est encore plus facilité.

apidura-7

La sacoche de guidon

D’une capacité de 9 l, la sacoche de guidon se fixe sur le guidon et à l’avant du cadre. En forme de boudin, il n’y pas de fermeture éclair. La fermeture s’effectue comme la sacoche arrière: en enroulant l’ouverture, des clips empêchant que ça se déroule.

Par contre l’accès n’était pas facile avec les guidons tordus de route et il faut prendre gare à ce que la sacoche ne gêne pas le freinage ni le passage de vitesse. Il faudra donc s’assurer que le guidon est assez large.

Le filet sur le dessus peut s’avérer pratique pour y mettre un vêtement ou encore la mascotte Sandrine.

apidura-8

Test réussi pour les sacoches Apidura!

Les sacoches Apidura sont indéniablement de très grande qualité. On sent qu’elles ont été construites à force d’expériences. Elles permettent de faire de l’itinérance avec un vélo qui ne supporte pas de porte-bagages. C’est donc une très bonne alternative lorsqu’on n’a qu’un vélo de course avec lequel on prévoit de faire un voyage.

De plus, chaque fixation au vélo est dotée d’une couche de silicone pour éviter le glissement de la sacoche, mais aussi pour éviter de marquer nos beaux vélos.

Néanmoins, faites bien attention aux dimensions pour que la sacoche s’adapte parfaitement à votre vélo et ne vous gêne pas dans vos mouvements. Dans ce cas, les sacoches Apidura savent se faire oublier pour que vous profitiez pleinement de l’aventure qui s’offre à vous!

Alors mesdames, vous aussi vous avez envie de tester les sacoches Apidura? Racontez-nous tout!

Pour découvrir ces sacoches, rendez-vous sur le site de la marque Apidura!

Crédits photo: Laura et Apidura

pub

Commentaires (14)

  • Avatar

    Ludo

    Bonne review !
    C’est du très bon matos, bien pensé, solide et pratique mais je reviens juste sur un petit détail. A la longue, les sacoches (surtout celle de cadre) font de bonnes rayures sur les émaillages/peinture des cadres. Ce n’est pas très grave vu que les vélos de bikepacking prennent souvent des « pocs » mais ça peut en embêter certains.
    Sinon, quelle est le modèle exact de la sacoche de guidon et surtout est ce que tu connais la largeur de ton cintre ?
    Bonne journée.

    répondre
    • Avatar

      Rebecca, la Curieuse

      Bonjour Ludo, merci d’avoir attiré l’attention de nos lectrices et lecteurs sur ce point. Cela pourra peut-être en aider certains dans leur décision. Nous transférons votre question à notre rédactrice afin qu’elle y réponde au plus vite.

      répondre
  • Avatar

    Jean-Christophe

    Bonjour,
    Puisque vous avez eu la chance de rouler beaucoup avec, quels sont les problèmes rencontrés en danseuse ? Je m’explique. J’habite en Haute-Savoie. La sacoche de selle m’intéresserait dans deux cas : pour mes grandes sorties de 8h (en général 3000 m D+) et mes sorties en fin d’automne où la gestion vestimentaire est toujours extrêmement complexe quand je pars de chez soi à 450m (disons autour de 10°) pour atterrir à 1700m (disons parfois en t° négatives) et où il faut songer à descendre dans de fortes pentes avec des vitesses dépassant les 50 km/h et un froid ressenti de plusieurs degrés négatifs. Jusqu’à présent j’utilise un sac à dos, mais si je pouvais mettre mon change sur le vélo, ce serait mieux. D’un autre côté, si grimper en danseuse provoque un ballottement de la sacoche trop important, c’est à oublier dans des montées qui dépassent souvent les 10% sur de grandes longueurs.
    Par ailleurs, la sacoche de cadre ne vous a-t-elle pas gênée lors du pédalage ? Et pareil en danseuse ? Car j’avais une petite sacoche de cadre fut un temps (du style de celle que vous n’avez pas eu en test et qui se met non sur le dessous mais sur le dessus de la barre centrale) et que je n’utilise plus car beaucoup trop gênante en passage en danseuse.
    En vous remerciant par avance de votre réponse à ces questions.
    Jean-Christophe

    répondre
      • Avatar

        Jean-Christophe

        Bonjour Laura,
        Merci beaucoup pour toutes ces précisions et le temps que vous avez accordé à me répondre. J’avais bien pensé et vu la sacoche de guidon. Mais dans mon cas, c’est pour emmener de quoi me changer arrivé au sommet et ne pas redescendre trempé dans le froid. Or il faut savoir qu’arrivé au sommet, on n’a pas vraiment froid mais que très vite, en manipulant les affaires mouillées pour mettre les sèches, les doigts gèlent. Cette opération doit donc se faire le plus vite possible (oui je sais, c’est technique, mais à 1800-200m en fin d’automne ou début du printemps, qui n’a pas essayé ne comprend pas…). Et si le brouillard est de la partie au sommet, ça devient très compliqué si on veut éviter la descente avec les mains gelées (ce qui, vous en conviendrez, pour freiner n’est point l’idéal…). Et de ce point de vue, la sacoche de guidon me parait plus complexe à gérer que la sacoche de selle (mais n’ayant pas manipulé les Apidura, c’est difficile de juger). Initialement, lors de mes premières tentatives, j’accrochais mon change au guidon. Mais c’était trop complexe à gérer pour sécuriser l’accroche à la descente (beaucoup de vibrations car les routes sont abimées). J’ai perdu une fois mon paquetage et il s’en est fallu de peu que je ne bascule pas par-dessus le vélo. Du coup, j’avais acheté un sac à dos Osprey jaune fluo (pour être visible) 15l. J’ai l’habitude d’utiliser les salomon pour le trail, mais ils n’en font pas en jaune fluo (ils viennent de sortir un 15l en jaune fluo plus orienté rando mais avec les même caractéristiques que ceux de trail et donc je viens de l’acheter pour voir).
        Par ailleurs, j’ai peur que la sacoche de guidon gène la liberté de mouvement des mains avec les gros gants de descente et les mains qui finissent par s’engourdir au bout de 15/20km de descente. Peut-on, comme pour la sacoche de selle, gérer la largeur en la minimisant si on ne rempli pas complètement la sacoche ?
        En fin, concernant la sacoche de cadre, la gêne que j’avais avec celle qui venait sur le dessus du cadre, c’était qu’en danseuse, mes genoux frottaient la sacoche ce qui était très désagréable. Du fait que la sacoche que vous avez testé est sous le cadre, si elle est adaptée en taille (vu que la votre était trop grande), pensez-vous toujours que elle saura se faire oublier comme vous dites si joliment ?
        Merci beaucoup pour votre aide et bien amicalement,
        Jean-Christophe

        répondre
          • Avatar

            Jean-Christophe

            Une fois encore, merci beaucoup et bonne route

  • Avatar

    Je regrette beaucoup de ne pas pouvoir utiliser la sacoche arrière mais je n’ai pas assez d’espace libre sur le tube de selle … bien dommage car j’en aurais vraiment l’usage …

    répondre
  • Avatar

    Kali

    Bonjour,
    Sympa l’article…
    Je serai intéressée par les sacoches Bikepacking (sacoche sous selle et guidon)
    En fait, mon ami et moi voudront faire des voyages à vélo avec nos vélos de route actuel avec une autonomie d’environ de une à trois nuits. Mais je voudrais savoir les quantités à emporter… J’ai du mal à voir combien je peux prendre avec, par exemple trousse de toilettes, chaussures, tenues de rechange, pantalon, pull, etc …. Et aussi la nourriture (exemple : petits déjeuner). Est-ce faisable ou pas ?
    Mais d’avance pour votre réponse.
    Cordialement Kali

    répondre
  • Avatar

    Jean-Claude COSTE

    Il existe une astuce très simple pour éviter de rayer son cadre par d’éventuels frottements de sacoche(s) ou autres.
    Il suffit de poser un morceau d’adhésif à l’endroit du frottement, et hop… le tour est joué.
    Et puis il existe des adhésifs de couleur pour les coquet(te)s, des petites fleurs pour les poètes, du fluo pour les prudents,…
    Vive le vélo !

    répondre
  • Avatar

    Julien

    Bonjour,

    Je dispose d’une sacoche de selle Apidura et comme beaucoup d’entre nous, j’ai bien rouler en sécurité. Je trouve ça super de pouvoir mettre un feu arrière sur la sacoche mais ma Bontrager flare R ne s’y accroche pas très bien et ballotte beaucoup. Quel modèle de feu arrière utilisez-vous ? Avez-vous une astuce pour l’accrocher facilement et durablement à la sacoche ?
    Merci !

    Julien

    répondre

Ajouter un commentaire